Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Documents déclassifiés. Durant la guerre froide, les Etats-Unis avaient l’intention de détruire des populations civiles dans des villes ennemies par des frappes nucléaires (The Independent)

par Andrew Buncombe 27 Décembre 2015, 11:19 USA Russie Attaque nucleaire Documents declassifies 1956

Documents déclassifiés. Durant la guerre froide, les Etats-Unis avaient l’intention de détruire des populations civiles dans des villes ennemies par des frappes nucléaires (The Independent)

Le document a été préparé à l’été 1956 et a été rendu disponible cette semaine

Les premières villes visées étaient Moscou et Leningrad, avec plus de 300 sites ciblés, appelés Designated Ground Zeros (DGZs), rien que dans ces deux villes.

Puis c’était au tour de Varsovie et Pékin, et ensuite le nombre impressionnant de 1200 autres villes.

C’était la liste des cibles qui devaient subir une « destruction systématique » par les frappes nucléaires américaines au plus fort de la guerre froide pour des frappes nucléaires, et déclassifiée plus de cinquante années plus tard.

Documents déclassifiés. Durant la guerre froide, les Etats-Unis avaient l’intention de détruire des populations civiles dans des villes ennemies par des frappes nucléaires (The Independent)

La liste révèle que la priorité pour toute opération lancée par les Etats-Unis était les aérodromes et les installations, car ils voulaient être en mesure de détruire toutes les chances qu’avait l’Union Soviétique d’attaquer l’Amérique.

Mais chaque ville comprenait des zones spécifiques – un détail qui reste à ce jour classé – que les États-Unis avaient l’intention de cibler en raison de la grande densité de leurs populations. Cette tactique était apparemment en contradiction avec les règles internationales de la guerre qui interdisent le ciblage spécifique des civils.

Le document de 700 pages, le Strategic Air Command (SAC) Atomic Weapons Requirements Study pour 1959, a été réalisé à l’été 1956 et rendu disponible cette semaine par le National Security Archive, à l’Université George Washington à Washington DC.

Au moment où le document avait été préparé, c’était le général Curtis LeMay qui était commandant en chef de la Strategic Air Command.

Documents déclassifiés. Durant la guerre froide, les Etats-Unis avaient l’intention de détruire des populations civiles dans des villes ennemies par des frappes nucléaires (The Independent)

Les chercheurs qui ont publié le document pensent que c’était la liste la plus complète des cibles nucléaires de la guerre froide qui ait jamais été rendue publique.

«Une des choses les plus intéressantes est la quantité des petits détails, » raconte l’analyste principal William Burr à The Independent.

«La priorité concernait les installations. Mais il y avait aussi le ciblage des zones de population humaine. Nous ne savons toujours pas exactement où … Mais cela fait froid dans le dos. «

Le document indique que les opérations de bombardement nucléaire exposeraient les civils habitant à proximité et « les forces et les personnes amies » à des niveaux élevés de retombées radioactives mortelles.

En outre, les auteurs ont élaboré un plan pour la « destruction systématique » de cibles urbaines et industrielles du bloc soviétique, visant de manière spécifique et explicite la “population” dans toutes les villes, dont Beijing, Moscou, Leningrad, Berlin-Est, et Varsovie.

  1. Burr a écrit dans un communiqué de presse que la mise en priorité de la puissance aérienne soviétique était fondée sur l’apparente menace immédiate que les bombardiers soviétiques faisaient peser sur le territoire continental des États-Unis et sur les forces américaines en Europe et en Asie de l’Est «

« L’Introduction détaillée du rapport explique que la priorité donnée aux cibles de la puissance aérienne avait dicté le déploiement géographique des armes thermonucléaires de grande puissance pour détruire les cibles prioritaires, y compris des bases aériennes en Europe de l’Est », dit-il.

« Une telle tactique aurait produit d’énormes quantités de retombées radioactives comparée aux explosions d’armes dans l’air. Selon l’étude, «l’obligation de gagner la bataille de l’air primait à toute autre considération» ».

Haut de page