Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le meurtre de Rehab Nazzal à Bethlehem et l’hypocrisie des médias occidentaux (Al Qods)

par Eric WALBERG 30 Décembre 2015, 09:41 Rehab Nazzal Palestine Israël Colonialisme Meurtre Médias Hypocrisie Eric Walberg

Question : Pensez-vous que la colère suscitée par l’échec des pourparlers de paix soit à l’origine de l’Intifada actuelle ?

Réponse : Personne, ni dans un camp ni dans l’autre ne prend ces éternels pourparlers au sérieux. Netanyahu a clairement dit à plusieurs reprises qu’il n’avait pas l’intention, en tant que premier ministre, de céder d’autres colonies ni d’arrêter leur expansion. Son objectif est de faire de Jérusalem la capitale d’Israël, de détruire la mosquée al-Aqsa et de construire un temple juif dédié au roi Salomon sur le Mont du Temple. Les Palestiniens ne sont pas en position de « négocier », étant donné que l’état que l’ONU leur a donné en 1947, leur a ensuite été dénié par Israël. Ils espèrent seulement que l’ONU finira par réussir à faire appliquer l’accord initial ou à convaincre Israël de négocier une solution conforme à l’accord qui a permis la création d’Israël 1947. Et donc, les intifadas continueront aussi longtemps qu’il y aura assez de Palestiniens en vie pour combattre pour leurs droits.

Q : Que pensez-vous de l’hypocrisie des pays occidentaux qui déplorent bruyamment chaque disparition d’un citoyen occidental et/ou israélien et ignorent l’assassinat quotidien de dizaines de Palestiniens.

R : Oui, les médias occidentaux sont hypocrites, ils se préoccupent de la mort des Occidentaux mais ignorent la torture et le meurtre quotidien de Palestiniens. Mais l’intérêt qu’ils portent aux Occidentaux et à ceux qui ont un passeport occidental n’est pas sans effet. Il y a deux jours, une artiste canadienne d’origine palestinienne, Rehab Nazzal, a été abattue à Bethléem sans provocation de sa part, simplement parce que les soldats israéliens ne voulaient pas qu’elle prenne des photos. Ils avaient de bonnes raisons de vouloir l’en empêcher : ils étaient en train de pulvériser du « skunk », sur un quartier palestinien. C’est un liquide à l’odeur pestilentielle non létal utilisé pour le contrôle des foules. Donc, l’un d’eux s’est retourné et lui a tiré dessus pour lui rappeler qui est le boss.

Eitan Weiss, un porte-parole de l’ambassade d’Israël à Ottawa, a déclaré à l’Ottawa Citizen qu’il n’avait pas connaissance de cet incident, et que dans le cas d’une blessure non mortelle infligée à un individu « il était très difficile de prouver que c’était arrivé comme de prouver que ce n’était pas arrivé. »

Weiss était encore furieux contre Nazzal à cause de l’exposition intitulée « Invisible » qu’elle avait présentée à Ottawa en juin, avant d’aller à Bethléem se faire cavalièrement abattre par ses forces de défense. "Invisible" a eu lieu à la Galerie Karsh-Masson à la mairie d’Ottawa. L’exposition a réussi à faire exactement ce que tout véritable art devrait faire. Elle a attiré l’attention du grand public et l’a faire réfléchir grâce à des photos d’arrestations.

Organisée sous le regard hostile du « gouvernement Harper », l’exposition a déclenché les attaques à la fois au Sénat et à la Chambre des communes, suite à la plainte de l’ambassadeur d’Israël, Rafael Barak, au maire d’Ottawa, Jim Watson. Pour faire bonne mesure, la Fédération juive d’Ottawa a publié une déclaration condamnant l’exposition et appelant à son interdiction.

La ville a résisté aux pressions de fermer l’expo et c’est tout à son honneur. L’exposition qui a soulevé la fureur de l’ambassadeur israélien s’intitulait « Cible » et évoquait la violence que subissent quotidiennement les civils palestiniens innocents. Dans son discours au Sénat Linda Frum a accusé le maire et les conseillers municipaux d’Ottawa « d’incitation à la haine », a exigé de Nazzal qu’elle inclue dans son exposition des victimes israéliennes, et a tout simplement nié le droit de Nazzal d’honorer les victimes de la violence israélienne, dont son frère, considérés dans la vidéo comme des martyrs. Frum a prétendu « parler au nom de tous les Canadiens décents et épris de paix qui abhorrent le terrorisme comme moyen d’obtenir des gains politiques », apparemment inconsciente du fait que c’est plutôt Israël qui se rend impunément coupable d’actes terroristes incessants.

Rehab Nazzal a répondu aux critiques sur son exposition "Invisible" dans l’Ottawa Citizen : « Les œuvres présentées dans « invisible » sont exigeantes, mais elles sont dans la tradition de l’art critique. Il faut des œuvres exigeantes pour mettre en lumière des problèmes passés sous silence. L’assassinat extra-judiciaire des Palestiniens, les attaques contre les manifestations palestiniennes pacifiques et le traitement brutal des prisonniers palestiniens, voilà les principales questions soulevées par les diverses œuvres de l’exposition ».

Bien sûr, les expositions artistiques ne suffiront pas à libérer la Palestine mais elles y contribuent. Comme le font les tentatives israéliennes/sionistes pour les faires interdire, en attirant l’attention du monde à la fois sur l’exposition et sur l’hypocrisie des critiques. Le « problème » de Nazzal, à Ottawa, était que son exposition a attiré beaucoup de public du fait qu’elle était dans l’Hôtel de Ville, à la différence de « Target », l’exposition précédente, présentée à Toronto et à San Francisco, dans des galeries d’art peu fréquentées. « La mémoire collective refait surface dans les interstices de la culture esthétique. A travers l’art et la musique, le théâtre et la danse, on revit l’histoire des victimes des guerres », a écrit Michelle Weinroth, pour défendre Nazzal.

Avec l’élection, à Ottawa, d’un nouveau gouvernement, dirigé par le premier ministre libéral, Trudeau, qui s’est engagé à poursuivre une politique « non partisane » au Moyen-Orient, les soutiens de la cause palestinienne peuvent désormais espérer qu’une certaine pression sera exercée sur Israël. Nos voix ont quelque chance d’être entendues, et nos médias traditionnels vont être obligés de se montrer moins « partisans ». Des milliers de Canadiens engagés dans la cause Palestinienne ont déjà écrit au premier ministre et au ministre des Affaires étrangères pour protester contre l’assassinat de Nazzal. Ce gouvernement ne fera pas semblant de ne pas voir les crimes israéliens. Les efforts visant à informer les Canadiens vont se poursuivre.

Q : La Turquie et l’Arabie saoudite coopèrent avec Israël, même si leurs relations officielles sont froides. La dernière coalition destinée à renverser le gouvernement de la Syrie est dirigée par les Etats-Unis, avec les acteurs clés comme la Turquie et l’Arabie saoudite. Qu’en pensez-vous ?

R : Cette coalition est littéralement un pacte entre des diables. Elle ne peut qu’entraîner davantage d’effusion de sang. Tous les trois ont montré leur incompétence et leur duplicité sur le printemps arabe et ses conséquences. La seule consolation est que leurs machinations sont vouées à l’échec. La seule coalition honorable est celui de l’Iran, la Russie, le Hezbollah et la Syrie. Ce qui serait vraiment nécessaire pour faire face à ISIS en Syrie et en Irak, ce serait une « coalition des coalitions ».

Q : Nous sommes à la fin de l’année 2015, que pouvez-vous dire de la question palestinienne pour cette année et quelle est votre prédiction pour 2016 ?

R : Tout dépend des Etats-Unis. Peuvent-ils ravaler leur orgueil et faire la paix avec l’Iran (et la Russie) ? Ce serait la meilleure façon de repousser poliment l’étreinte mortelle d’Israël, mais vue la pression politique intérieure combinée des sionistes et des évangéliques, c’est beaucoup demander.

Le sectarisme sunnite anti-chiite a affaibli les Sunnites partout. Un « Nouveau Monde » dans la région exige la réconciliation avec l’Iran en particulier, et entre sunnites et chiites en général, que ce soit en Irak, au Yémen, ou au Bahreïn. Les actions des Etats-Unis et de l’Arabie saoudite là-bas montrent que le maintien de la domination sunnite et de la persécution des chiites est ce qui empêche de résoudre la crise. Soudain l’Iran devient le pivot de la solution des cauchemars du Moyen-Orient. Même les médias occidentaux ne peuvent plus le nier.

N’oublions pas Israël où il y a moins d’autocensure qu’en occident, à gauche comme à droite. La campagne d’incitation contre le président Reuven Rivlin d’Israël, qui avait osé exprimer sa sympathie pour la souffrance des Gazaouis, a battu tous les records de haine et de violence verbale dans les médias officiels israéliens. Oui, contre le président lui-même, qui est fervent partisan des colonies de la droite pure et dure. Mais il a finalement eu assez et a décidé de dire ce qu’il pensait.

Une autre voix de la raison est Yaïr Lapid, un ancien ministre des Finances israélien qui est maintenant chef de file de l’opposition. Partisan de la solution de deux états, Lapid, un ancien télédiffuseur, est le chef du parti Yesh Atid (« Il y a un avenir »). Lapid affirme qu’Israël doit prendre l’initiative diplomatique avec les Palestiniens si le pays veut continuer à exister en tant que démocratie à majorité juive. Par conséquent, dans le scénario le plus optimiste, un bouleversement aux États-Unis, par exemple l’élection de Donald Trump à la présidence, pourrait suffire à forcer Israël à faire la paix.

Haut de page