Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Russes découvrent un Plan secret d'exfiltration des chefs de DAECH vers les Etats-Unis (CVR)

par Ambroise 21 Décembre 2015, 15:14 Syrie USA EI Terrorisme Collaboration

Compte tenu du succès remarquable de l’intervention russe en Syrie, l’Empire anglo-sioniste contre-attaque. La question était de savoir comment et quand. Nous connaissons aujourd’hui deux débuts de réponse.

1- Le 24 novembre 2015, l’Armée de l’air turque a délibérément abattu un avion de combat russe SU-24, même s’il était absolument évident que cet avion ne représentait aucune menace pour la Turquie et pour le peuple turc.

2- Dimanche soir, 6 décembre 2015, la coalition « internationale » avait commis un acte d'agression contre une base de l'armée régulière syrienne dans la région de Deir Ezzor, dans l'est du pays. Ils auraient tué trois soldats syriens et en auraient blessé 13 autres.

Les États-Unis et l’Otan se sont immédiatement approprié l’attaque contre le bombardier russe, en apportant leur plein soutien à la Turquie. Par contre, ils ont totalement nié l’attaque contre la base militaire syrienne. En fait, l'armée américaine a mené un raid aérien contre cette base car elle abrite l'élite des forces spéciales russes (Spetsnaz) qui avaient découvert un projet secret de la CIA pour exfiltrer les hauts dirigeants Daéchiens du Moyen-Orient vers le Tennessee, aux USA.

« Les appareils de la coalition internationale ont tiré neuf missiles dimanche soir en direction du camp militaire », a annoncé le ministère syrien des Affaires étrangères, dans un communiqué repris par la télévision nationale. Une source militaire syrienne a confirmé que des frappes avaient eu lieu entre 20 h et 21 h dimanche et qu'elles avaient atteint un camp d'entraînement militaire. Des dépôts d'armes ont été bombardés et deux tanks ont été endommagés, mais les véritables cibles, des Spetsnaz russes, n'ont pas été atteintes. Damas a vivement réagi en accusant « la coalition menée par les États-Unis » de cette « agression flagrante » qui « viole de façon criante la Charte des Nations unies ».

L'observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH, pro américain) a confirmé l'attaque. L'OSDH rapporte également que les frappes ont fait quatre morts et 13 blessés. Toujours selon l'ONG, il s'agit de la première fois que des frappes de la "coalition internationale" visent des forces syriennes.
Or, jusqu'à présent, les Russes coordonnaient leurs vols, au-dessus de la Syrie, avec les Américains, même si ces derniers ne veulent pas le reconnaître publiquement. Manifestement, et comme toujours, ceux-ci ne respectent pas les accords conclus et les violent sans hésiter lorsque cela leur convient.

Les États-Unis nient avoir touché un camp militaire syrien. « Nous sommes au courant de ces informations parues dans la presse, mais nous n'avons mené aucune frappe dans cette partie de Deir Ezzor », a déclaré à l'AFP un porte-parole américain de la coalition, le colonel Steve Warren. C'est, évidemment, un mensonge éhonté, puisque même leur allié, l'OSDH, a confirmé l'attaque.

Il s'agit du premier incident de ce genre à être annoncé publiquement depuis que les États-Unis et leurs valets européens et arabes ont entamé leur campagne de faux bombardements aériens contre les djihadistes de Daech.
S'ils avaient touché des cibles russes, comme ils en avaient l'intention, cela aurait pu vite dégénérer, car les Russes ont les capacités d'intercepter et d'abattre n'importe quel OVNI, fût-il américain. Je pense que, dorénavant, les Russes vont être plus vigilants.

En réalité, quatre avions de combat américains ont lancé neuf missiles sur la base syrienne, le dimanche soir, tuant trois personnes et en blessant treize autres. Ces attaques sont motivées par la peur que les forces russes, résidant dans cette base, aient découvert un projet « ultra top secret » de la CIA consistant à rapatrier vers les Etats-Unis les dirigeants de Daech pour les former et les entraîner à nouveau, en vue de futures missions, dans un centre secret au cœur de l'Amérique, nommé "Islamville".

Le site américain, Whatdoesitmean.com, qui rapporte l’information, l’analyse ainsi :

« D’abord, Obama, par cette attaque, cible directement ces forces d'élite Spetsnaz russes en Syrie. Ensuite, Obama veut cacher la fait que la découverte de cette base militaire islamiste secrète au cœur de l'Amérique, risque de révéler qu’il y a au moins 22 autres bases qui y ressemblent à travers les États-Unis et qui ont été documentées par diverses sources.»

Pire encore, ce rapport met en garde sur le fait que ces bases "connues" qui sont, en réalité, des centres islamistes de formation et d’entraînement militaires pour des attaques ciblées sur les pays musulmans, sont aussi une menace pour l’Amérique. Le rapport note aussi qu’il y a, aux USA, plus de 2.200 mosquées, dont 75 % appartiennent «réseau des Frères musulmans», car elles sont officiellement détenues par « North American Islamic Trust » (NAIT), la banque des Frères musulmans aux États-Unis.
Source : http://yournewswire.com/us-kill-russian-spies-who-discover-secret-isis-base-in-tennessee/

Le commandant des unités de renseignement de l’armée syrienne a fait état de la reddition de près de 5000 hommes armés, qui ont accepté de combattre, désormais, les terroristes de Daech!

Ces ex-rebelles, qui combattaient l’armée nationale, dans la banlieue de Deraa et d’Al-Soueida appartiennent, entre autres, à la milice Jaïsh al-Harka. Les hommes armés ont accepté de combattre Daech, aux côtés de l’armée syrienne, en échange d’une amnistie générale.

Les pourparlers entre l’armée et les miliciens ont débuté, il y a trois mois, sous l’auspice des dignitaires des tribus de Deraa et de Deir ez-Zor, et l’accord, de part et d’autre, était prêt à entrer en vigueur depuis un mois. Selon les termes de cet accord, les membres de Jaïsh al-Harka quitteront le rif de Deraa et la ville elle-même, pour se rendre à Al-Ghaiteyn dans la banlieue Nord de Homs et aux alentours d’Al-Salmiya, à Hama, où ils devront se battre contre Daech et l’expulser de ces régions; et ce avec l’appui des raids aériens de la Russie.

L’armée syrienne armera aussi ces ex-rebelles et couvrira leur action par des raids aériens. Ces forces ont déjà libéré trois cités, dans la banlieue de Hama, et elles font marche sur la cité de Mahin, à Homs.

Ces redditions massives s'intensifient de jour en jour, d'où la panique des Américains et de leurs supplétifs islamistes.

Haut de page