Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plus que jamais Israël est très délibérément un État voyou assuré de son impunité (Pour la Palestine)

par Pour la Palestine 15 Décembre 2015, 18:58 Israël Etat voyou Colonialisme Palestine

C’est par dizaines que se comptent les décisions des organes de l’ONU – tant le Conseil de sécurité que l’Assemblée générale – qu’Israël choisit de manière parfaitement délibérée de mépriser. En 1990/1991, l’Irak de Saddam Hussein a été soumis à un embargo total, bombardé et envahi pour n’avoir pas respecté deux résolutions (660 et 661) du Conseil de sécurité. Alors que ses violations se comptent par dizaines Israël, pour sa part, est assuré d’une impunité totale, grâce au soutien inconditionnel des États-Unis.

C’est à ce point caricatural qu’on en est très sérieusement venu – en dehors de tout esprit polémique – à se demander si dans ce couple infernal c’est le chien (les État-Unis, unique super-puissance mondiale) qui agite la queue (Israël, son vassal moyen-oriental) ou si c’est la queue qui commande au chien…

Un nouvel exemple du mépris absolu d’Israël pour les décisions de la “Communauté internationale” (en l’espèce le résolution 1718 adoptée en 2006) nous est fourni par la “révélation” faite à la Knesset de l’envoi d’or pour une valeur de 400.000 US$ à la Corée du Nord, au cours des dernières années.

L’ONU a “demandé des explications”, dont il importe assez peu qu’elles soient fournies, puisqu’en aucun cas cela ne peut déboucher sur quoi que ce soit de concret.

La résolution 1718 fait partie d’un ensemble de mesures prises par les Nations-Unies à l’encontre de la Corée du Nord, officiellement destinées à éviter que celle-ci accède à l’arme nucléaire. Israël – qui n’a jamais signé le Traité de non-prolifération nucléaire et dont la possession d’armes atomiques échappant à tout contrôle international est un secret de polichinelle, sans parler du penchant traditionnel de Tel Aviv à nouer des liens privilégiés avec les régimes les plus autoritaires comme il fut démontré à l’époque de l’apartheid en Afrique du Sud – fait tout naturellement preuve d’une certaine “compréhension” vis-à-vis de Pyongyang.

Au cours des débats à la Knesset, où il est apparu que le parlement avait été tenu dans l’ignorance, un représentant du Ministère de l’Economie a déclaré – rapporte Haaretz – que “à son grand regret il y a eu exportation d’or [vers la Corée du Nord], et de manière très regrettable l’ONU l’a appris”. Il a ajouté que, de toute évidence, cet or n’était pas destiné à la population affamée, mais aux dignitaires du régime.

Il a encore indiqué qu’Israël n’a pratiquement rien exporté vers la Corée du Nord depuis 2011 en dehors de cet or, de livres et d’implants dentaires. Il a encore ajouté que toute tentative pour exporter davantage d’or vers Pyongyang a été stoppée “parce qu’Israël est exposé au ridicule”, écrit Haaretz.

Les exportations israéliennes vers la Corée du Nord ont été nulles en 2014. Alors, pourquoi l’embargo décidé depuis 2006 n’a-t-il pas été respecté ? Israël va invoquer semble-t-il “des difficultés bureaucratiques dans la mise en place d’un comité interministériel”. Apparemment cela prend des années… et si vous ne croyez pas cette baliverne, faites confiance aux équipes pléthoriques d’experts en propagande qu’entretient le gouvernement israélien, ils trouveront autre chose…

Quoi qu’il en soit, la Knesset a désormais approuvé un texte qui interdit l’exportation vers la Corée du Nord de vin, boissons alcoolisées, tabac, caviar, crabes et homards, escargots, mollusques et invertébrés marins, véhicules à moteur, yachts et bateaux motorisés, parfums et eaux de toilette, cosmétiques, fourrures, métaux précieux (y compris l’or et l’argent), les pierres précieuses (y compris les diamants et les perles), la bijouterie, les verres en cristal, les œuvres d’art, les stylos à réservoir, l’horlogerie, les tapis, la maroquinerie “de voyage”, les vêtements, l’électronique grand public, les équipements photographiques, les programmes pour l’électronique de divertissement, et les équipements sportifs.

Voilà une très bonne liste dont l’Union Européenne pourrait s’inspirer si, au lieu de perdre un temps et une énergie précieux avec des palinodies [1], elle se décidait à se conformer à ses obligations et à interdire l’importation sur son marché des produits israéliens contrevenant manifestement au droit international (voir : «Que doivent faire la Belgique et l’Europe face aux produits des colonies israéliennes ?»)

Luc Delval | 10 décembre 2015

[1] Palinodie (selon Wikipédia) : (du grec πάλιν (palin), de nouveau, et ὠδή (ôdê), chant) est la partie d’un texte — en général la conclusion — dans laquelle l’auteur révoque (volontairement) tout ce qu’il s’est efforcé de démontrer dans le développement. Ici : affirmer qu’on est fermement opposé à la colonisation, en violation flagrante du droit international, des territoires palestiniens occupés par Israël sans en tirer de conséquences pratiques pendant 48 ans, puis décider d’attribuer un “label” (étiquette) aux produits issus de cette violation du droit, ce qui revient à leur reconnaître une forme de légitimité et donc à cautionner la colonisation à laquelle on se prétend opposé. Voir aussi : hypocrisie, incohérence, vénalité.

Haut de page