Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Selon un député turc, Daech se serait approvisionné en gaz sarin grace à la Turquie (RT)

par Russia Today 14 Décembre 2015, 19:08 EI Gaz sarin Turquie Syrie Terrorisme Collaboration

Selon les confessions d'un parlementaire turc à RT, la Turquie aurait permis à l'Etat islamique en Syrie de se procurer les matériaux nécessaires à la fabrication de gaz sarin.

«Des données vont dans ce sens», confie à RT Eren Erdem, principale figure de l'opposition en Turquie et membre du parti Républicain du Peuple (CHP). «Des matériaux bio chimiques sont importés de Turquie et sont assemblés dans les camps de Daech, autrefois connus en tant qu'Al Qaida Irak».

Eren Erdem ne mâche pas ses mots. Selon lui, il y aurait même matière à croire qu'Ankara tenterait de dissimuler les preuves d'un tel traffic, car elle aurait refusé d'enquêter sur les voies d'approvisionnement turques utilisées pour fournir aux terroristes les ingrédients nécessaires à la fabrication de gaz sarin.

Le gaz sarin est un agent chimique de qualité militaire, devenu tristement célèbre après avoir été utilisé dans l'attaque de la Ghouta et de plusieurs autres quartiers proches de Damas en 2013.

S'adressant aux parlementaires jeudi dernier, Erdem a exhibé la copie de l'affaire pénale numéro 2013/120 ouverte par le bureau du procureur général de la ville d'Adana dans le sud de la Turquie.

L'enquête a révélé que des citoyens turcs ont pris part à des négociations avec des représentants de l'Etat islamique concernant l'approvisionnement en gaz sarin. Se référant à des éléments de preuve citées dans l'affaire, Erdem a démontré que des conversations téléphoniques enregistrées prouvent que Hayyam Kasap, un militant d'Al-Qaida, a acquis du gaz sarin.

«Les conversations téléphoniques ont révélé tous les détails concernant la façon dont le transfert allait être effectué» explique Erdem. «On savait comment il allait être préparé, du contenu des laboratoires jusqu'aux sources des matériaux. On savait les dates mais aussi quels camions allaient être utilisés. De A à Z, tout était discuté et enregistré, et malgré tout ça, les suspects ont été relâchés !» s'emporte Erdem.

«Tout cela a été détecté» continue Erdem. Il y a même des conversations dans lesquelles on peu clairement entendre «ne vous inquiétez pas pour la frontière, on s'en charge», et nous nous assurons aussi que la bureaucratie suit».

Se basant sur ces preuves, les autorités d'Adana ont conduit des perquisitions et arrêté 13 suspects. Mais une semaine plus tard, l'affaire était mystérieusement fermée et les suspects ont immédiatement traversé la frontière entre la Turquie et la Syrie poursuit Erdem.

«Le transfert a eu lieu», se désole Erdem. «Et il a eu lieu parce que personne ne s'est interposé».

Le gouvernement turc et l'Europe en ligne de mire

Mais le témoignage d'Erdem a RT ne se limite pas à ces accusations. Selon lui, certains éléments tendent à laisser penser que la Corporation Méchanique et Chimique industrielle turque pourrait être impliquée, ce qui sous entendrait que le gouvernement tenterait de dissimuler les preuves, grâce à l'implication du ministre de la Justice, Bekir Bozdag.

«Quand j'ai lu l'acte d'accusation,j'ai vu très clairement que ces gens avaient des relations avec la Corporation Méchanique et Chimique industrielle turque et qu'ils n'ont aucun souci à se faire concernant le passage de la frontière. Par exemple, dans le cas des enregistrements des conversations de Hayyam Kasap, on l'entend faire mention du gaz sarin à plusieurs reprises et expliquer que les ateliers sont prêts pour la production ou encore que les matériaux sont disposés dans des camions supposés transporter des boissons Club Soda» s'insurge Erdem.

Pour avoir soulevé ces points inquiétants et pour avoir confronté Bozdag, le parlementaire se dit désormais victime d'une chasse aux sorcières.

Ses allégations font effectivement l'effet d'un pavé dans la mare : si elle était avérée, l'affaire Adana serait la preuve selon lui que l'Etat islamique est responsable de l'attaque de 2013, ce qui disculperait Bachar el Assad et montrerait que les Etats-Unis ont délibérément cherché à l'accuser afin de justifier une éventuelle intervention en Syrie.

«On a toujours prétendu que l'attaque de la Ghouta était le fait de Damas», poursuit-il. «Or cette attaque a été perpétrée à seulement quelques jours de l'opération pour le gaz sarin en Turquie. Il est donc très probable que cette attaque ait été effectuée à partir de ces mêmes matériaux en provenance de Turquie. Et on a beau prétendre que c'est l'oeuvre de Damas, tout dans l'acte d'accusation prouve que c'est en réalité l'oeuvre de l'Etat islamique. Même les Nations Unies qui sont venues inspecter le site n'ont rien trouvé ! En revanche, avec l'acte d'accusation nous avons des preuves. Nous savons qui a utilisé le gaz sarin et notre gouvernement aussi est parfaitement au courant».

L'Occident et l'Europe en particulier ne sont pas épargnés par le courroux d'Erdem.

«Tous les matériaux de base viennent d'Europe. Les institutions européennes devraient se remettre en question concernant ces relations. Les sources occidentales savent parfaitement qui a réellement commis l'attaque au gaz sarin en Syrie. Ils connaissent ces gens, ils savent avec qui ils travaillent et ils savent qu'ils oeuvrent pour Al-Qaida. Je pense que les occidentaux sont hypocrites», conclut-il.

commentaires

Haut de page