Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syrie : les renforts arrivent (Elijahjm)

par Elijah J. Magnier 20 Décembre 2015, 18:43 Syrie Renfort Iran Russie S-300 S-400

Syrie : les renforts arrivent (Elijahjm)
Syrie : les renforts arrivent
Par Elijah J. Magnier
Source elijahjm

Lu sur The Saker

Après avoir reçu et déployé des S-300, Damas annoncera : «Tous les avions qui ne sont pas coordonnés avec nous seront considérés comme hostiles.»

Deux escadrons d’avions de combat iraniens sont prêts à participer à la guerre en Syrie.

La guerre en Syrie roule comme une boule de neige à l’entrée de l’hiver, avec l’introduction de nouveau éléments dans le conflit. La présence de nouvelles armes et de nouvelles armées va peser lourdement sur les diverses forces qui combattent sur le terrain et sur la diplomatie en cours pour réduire la durée de la guerre.

Un officier de haut rang présent dans la salle d’opérations conjointes à Damas (qui réunit la Russie, l’Iran, la Syrie et le Hezbollah) a déclaré : « Damas a reçu une série de missiles russes avancés S-300, qui sont prêts à entrer en service. Bientôt, la Syrie annoncera que tout pays utilisant son espace aérien sans coordination avec Damas sera considéré comme hostile et qu’elle fera feu sur les appareils sans sommation. Ceux qui veulent combattre le terrorisme et se coordonner avec la direction militaire se verront attribuer des couloirs de sécurité.»

Dans un autre développement, selon la même source, «l’Iran prépare deux escadrons de Sukhoi pour faire la guerre en Syrie. Ils seront stationnés dans l’aéroport syrien T4 de Homs, tout près de Palmyre (Tadmur), auparavant connue sous le nom de Tiyas. L’Armée de l’air iranienne rejoindra l’Armée de l’air russe dans la guerre contre le terrorisme extrémiste takfiri en Syrie.»

«La Russie, l’Iran, la Syrie et leurs alliés comme le Hezbollah, les Irakiens et d’autres sont directement impliqués dans la bataille. Les forces armées russes, qui comprennent des troupes terrestres, la Marine et l’Armée de l’air, sont soutenues par un système de défense aérienne utilisant des missiles à moyenne portée TOR M 1 / M2, par des Pantsir S à leurs côtés avec leurs missiles S-400 les plus avancés, afin d’assurer une couverture aérienne complète aux forces russes dans le pays. Un autre aéroport à Homs, al-Sha’ayrat, a été préparé pour accueillir les nouveaux avions russes.

«Al-Sha’ayrat est l’un des aéroports les plus importants en Syrie. Les troupes terrestres sécurisent un large périmètre afin de permettre de manœuvrer confortablement. Les ingénieurs et les services d’équipage au sol sont prêts et ont commencé à recevoir des avions arrivant de la Fédération de Russie, conduits par des SU-34 avancés équipés de missiles air-air pour protéger les autres avions pendant qu’ils bombardent les terroristes d’un autre accident tel que le SU-24 abattu par la Turquie la semaine dernière.»

Les sources ajoutent : «L’Iran a envoyé 4 000 combattants du Corps des gardiens de la révolution iranienne [IRGC dans son sigle anglais] équipés de lance-roquettes avec des canons automoteurs pour soutenir leurs opérations offensives en Syrie. En outre, deux escadrons de l’Armée de l’air iranienne seront déployés dans le T4 – aéroport de Tiyas, situé à proximité d’Al-Sha’ayrat, lorsque les ingénieurs iraniens termineront leur travail sur le site. L’Armée de l’air iranienne, désireuse d’augmenter l’efficacité de ses pilotes dans une véritable opération de combat, offrira un soutien aérien à toutes les forces terrestres de Palmyre à Raqqa. Moscou a accepté de fournir toute la maintenance et les munitions nécessaires aux jets iraniens.»

A propos des S-300, la source a conclu : «Les équipages syriens de défense aérienne ont terminé leur formation sur le système de missile S-300 en Russie et ont reçu les ensembles complets convenus avec le gouvernement et les forces syriennes. Les S-300 fabriqués en Russie, qui peuvent viser 12 cibles simultanément à des distances de 200 kilomètres et des altitudes de plus de 27 kilomètres, seront déployés dans les zones libérées pour couvrir la totalité du territoire syrien. On attend l’annonce imminente de Damas que tout avion non identifié volant dans le ciel de la Syrie sera considéré comme hostile et sera abattu s’il n’y a pas eu une coordination préalable avec les autorités syriennes. La Syrie est prête à mettre en place des corridors sécurisés pour ceux qui veulent combattre le terrorisme.»

Il est peu probable que la Syrie attaque les avions de la coalition occidentale frappant le groupe État islamique malgré le déploiement des S-300 et lorsque ce sera officiellement annoncé. Néanmoins, c’est assurément un message fort à la Turquie qui voit s’évanouir son rêve d’une zone de sécurité aérienne, aujourd’hui plus que jamais. C’est aussi une manière pour Damas de faire pression sur l’Occident, surtout la France et le Royaume-Uni, pour forcer à une coordination diplomatique avec le gouvernement actuel, également en termes de sécurité, de renseignement et de guerre contre le terrorisme. Cependant, des sources dans la capitale syrienne confirment que Assad n’attend pas un retour soudain du drapeau bleu-blanc-rouge sur l’ambassade de France et le retour d’un ambassadeur, malgré l’attaque de Paris. Mais pour que la guerre contre le terrorisme soit efficace, Paris a besoin de Damas, et non l’inverse, pour sa propre protection nationale. Il y a plus de 1 400 moudjahidines takfiris français qui combattent aux côtés d’EI et de al-Qaïda à Bilad al-Sham. Beaucoup d’entre eux sont répertoriés dans les dossiers des renseignements de Assad. La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), le service de renseignement étranger de la France, n’y aura pas accès sans un prix diplomatique à payer. Ce sera un défi pour la France de faire voler ses avions au-dessus de la Syrie sans aucune coordination avec Damas. Le risque qu’ils soient abattus par les S-300 est sérieux, suite à une confusion avec un avion turc ou hostile, comme Israël.

Elijah J. Magnier

Article original paru sur @alraimediagroup

Haut de page