Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trafic d'armes. "J'ai révélé la vérité sur le Président Erdogan et la Syrie. Pour cela il m'a jeté en prison" (The Guardian)

par The Guardian 28 Décembre 2015, 19:03 Turquie Syrie Erdogan Can Dündar Trafic d'armes Cumhuriyet Articles de Sam La Touch

En Turquie, un débat aussi vieux que le gouvernement lui-même est à nouveau à l'ordre du jour. Cette fois, il s'agit du transfert d'armes organisé secrètement par le gouvernement turque vers la Syrie.

Au début de 2014, un camion appartenant au service de renseignements turques (MIT) a été arrêté près de la frontière syrienne. La gendarmerie et les responsables du renseignement dans le contrôle du convoi ont trouvé des armes. ...Le camion a été fouillé. Sous le camouflage composé de boîtes de médicaments, des armes et des munitions ont été trouvées. Le camion a été stoppé pendant un certain temps, mais suite à l'intervention des représentants du gouvernement un passage a été accordé en toute sécurité en Syrie.

Le gouvernement a immédiatement déchargé le procureur et la gendarmerie qui a arrêté le convoi et les a fait arrêter. Il a été déclaré que les camions contenaient de l'aide humanitaire. Cet incident, qui a alimenté les allégations selon lesquelles le gouvernement du président Recep Tayyip Erdoğan intervenait dans la guerre civile syrienne, a été rapidemen
t occulté.

En mai 2015, cependant, le quotidien turque, Cumhuriyet, pour lequel je suis rédacteur en chef a acquis les images de cet incident. Il était clairement visible que le camion était rempli d'armes. Il a ainsi été établi que les services de renseignement turques transportaient illégalement des armes dans la guerre civile qui fait rage dans un pays voisin...Nous avons publié les détails de l'opération avec des photos, et transféré la vidéo sur notre site web.

Erdoğan était dans le pétrin. Il ne pouvait pas réfuter l'histoire, donc il a choisi de censurer la publication et de menacer le journaliste responsable, en l'occurence moi. Dans une émission en direct sur une chaîne de télévision d'Etat, il a déclaré : "La personne qui a écrit cette histoire va payer un lourd tribut pour cela; Je ne vais pas le laisser impuni". Il a ajouté que la vidéo était un" secret d'Etat ", et que sa publication était un acte "d'espionnage". En outre, comme pour confirmer que ce ne fut pas un secret d'Etat, mais son secret, il a déposé une plainte personnelle au bureau du procure
ur...

Source :
- The Guardian I revealed the truth about President Erdogan and Syria. For that, he had me jailed 

Haut de page