Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Françafrique. Après ONPC, Manuel Valls présente ses excuses à Ali Bongo

par Sylvain Moussavou 24 Janvier 2016, 09:21 Valls Ali Bongo ONPC Excuses Françafrique France Articles de Sam La Touch

Comme annoncé, Manuel Valls a bel et bien présenté ses excuses à Ali Bongo vendredi à Davos en Suisse comme rapporté à KOACI.COM par l'entourage du chef de l'Etat gabonais.

Le premier ministre français a profité de sa présence au 46e Forum économique mondial pour clore l'affaire "Valls-Bongo" qui s'était ouverte il y a une semaine par une annonce de non reconnaissance d'élection d'Ali Bongo en 2009 sur un plateau télé français (voir article lié).

Nos sources mentionnent que le président Bongo ne lui en aurait pas tenu rigueur et lui aurait juste conseillé, "amicalement", de faire attention que ce type de situation ne se reproduise plus.

L'affaire avait soulevé un vent de polémique et d'indignation au lendemain de l'émission diffusée sur france 2 dans la nuit de samedi à dimanche dernier.

Par ailleurs, nous apprenons qu'Ali Bongo a échangé avec nombre de ses pairs et des dirigeants politiques avant de s'entretenir avec le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina.

Au cours de cet échange, le service de presse de la présidence rapporte que les deux hommes "ont émis le souhait d'accroitre la coopération entre le Gabon et la BAD" comme relevé.

Le président de la BAD, désireux de voir le Gabon jouer un rôle majeur dans l'économie de la sous-région, a pu présenter le programme 'New Deal On Energy for Africa' au Chef de l'Etat gabonais et a été édifié à son tour sur le programme GRAINE.

D'après l'Indice de compétitivité économique (CGI) produit chaque année par le Forum économique mondial, des progrès remarquables ont été enregistrés par le Gabon tant au niveau de la compétitivité de son économie que de l'environnement des affaires (1er dans la sous-région et 11e en Afrique).

Lors de la session plénière 'L'Avenir de l'Afrique, quelles réponses à apporter face à un monde interconnecté et en constante mutation ?', Ali Bongo s'est prononcé pour une Afrique plus considérée dans un monde interconnecté : « La conception du progrès et du développement ne saurait reposer ni se résumer, a souligné le Chef de l'Etat, à la seule approche occidentale. Dans notre monde interconnecté, il n'y a désormais, ni de petits Etats ou de grands Etats, mais des Etats tout simplement ».

Le Président de la République gabonaise est revenu sur l'année écoulée, évoquant l'adoption des Objectifs de développement durable et de l'Accord de Paris-COP21, mais aussi des questions centrales telles que le terrorisme, la migration et la chute du prix du baril de pétrole.

Enfin, le Forum économique mondial de Davos aura été une occasion pour le Gabon et pour l'Afrique de montrer le poids que peut et doit jouer le continent africain sur l'échiquier mondial. « L'Afrique fait partie de la solution car en dépit des crises multiformes auxquelles elle a été confrontée, elle ne cesse de progresser et de connaître une croissance soutenue ».

Sylvain Moussavou, Libreville

Haut de page