Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cuba : Une campagne anti-cubaine inefficace avant la visite de Raúl Castro en France (Descubriendo Verdades)

par Percy Francisco Alvarado Godoy 31 Janvier 2016, 13:17 Cuba France Médias Raul Castro Propagande

Cuba : Une campagne anti-cubaine inefficace avant la visite de Raúl Castro en France (Descubriendo Verdades)
Cuba : Une campagne anti-cubaine inefficace avant la visite de Raúl Castro en France
Par Percy Francisco Alvarado Godoy
Descubriendo Verdades
Lu sur LGS

Percy Francisco ALVARADO GODOY

"Le traître est très différend du tricheur : le tricheur prétend s’emparer de propriétés établies, conquérir un territoire et même instaurer un ordre nouveau. Le tricheur a beaucoup d’avenir mais n’a pas le moindre devenir", déclare Gilles Deleuze, écrivain, essayiste, philosophe, professeur, historien et orateur français. Cependant, l’infamie est commune aux deux. Et les 3 chats qui ont commencé à miauler sur les toits de Paris à la recherche d’une action discutable - en continuant la symphonie usée de l’attaque médiatique anti-cubaine - pour manifester leur désespoir et leur impuissance face à la prochaine visite du président des Conseils d’Etat et des Ministres de la République de Cuba, Raúl Castro Ruz, dans la république française soeur, sont infâmes.

Sortis d’un ostracisme obscur et obligé vieilli pendant la Guerre Froide, plusieurs contre-révolutionnaires résidant en France cherchent à se lever face aux ennemis de Cuba et à trouver une visibilité médiatique - toujours bénis et financés depuis Miami par l’extrême droite la plus récalcitrante - pour alimenter dans le pays les campagnes médiatiques contre notre Révolution. De vieux profiteurs et des opportunistes, solidaires des criminels et des terroristes, complètement déconnectés de la réalité cubaine, se joignent à la guerre idéologique dont le but est de créer les conditions pour favoriser une intervention nord-américaine à Cuba.

Pour cela, le dialogue civilisé n’est pas une option possible. Le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ne l’est pas non plus. Pour cela, le discours politique s’appuie sur la force et sur le chantage, sur la distorsion manipulée de la réalité et sur l’imposition de changements par la subversion et l’ingérence. Ce sont les mêmes qui prennent des positions destinées à faire obstacle au processus de rapprochement entre les Etats-Unis Cuba, les défenseurs à outrance du blocus criminel contre notre Patrie et du maintien de tout le fouillis de lois et d’efforts de toute sorte pour détruire façon de gouverner à leur gré. De la même façon, ils enchérissent désespérément pour torpiller le dialogue entre Cuba et l’Union européenne.

Ces mêmes opportunistes, déconcertés et isolés par la marche du processus de rapprochement diplomatique avec Cuba, ont réagi avec exaspération devant la prochaine visite en France du camarade Raúl, en prenant également pour cible de leurs critiques, le président français Françoise Hollande. Le dialogue respectueux qui a débuté et qui se développe entre les deux nations les peine profondément. Si la visite de Hollande en mai dernier les a irrités, la visite de Raúl, annoncée pour les 1° et 2 février de cette année, les irrite encore plus.

"L’énorme importance géopolitique" que la France accorde à Cuba dans le cadre des relations internationales actuellement est sans doute douloureuse pour eux quand la France reconnaît "que Cuba a une importance qui va bien au-delà de sa démographie et de sa géographie". C’est pour la France, "un peu la clef de voûte, la porte d’entrée en Amérique Latine", selon ce qu’a déclaré à EFE Jean-Pierre Bel, conseiller personnel du président français pour l’ Amérique Latine et les Caraïbes.

Sur le tapis de leur colère historique, se trouve l’inquiétude mal dissimulée envers les investissements croissants de l’Union Européenne à Cuba et les avancées enregistrées dans les conversations en cours pour arriver à un accord de dialogue politique et de coopération, en particulier après que les 2 parties aient annoncé qu’elles espèrent, au mois de septembre de cette année, conclure les négociations le plus rapidement possible et abandonner, de cette façon, ce qu’on appelle la "position commune" européenne envers Cuba.

La campagne actuelle, initiée en France par ces contre-révolutionnaires et soutenues aux Etats-Unis, pour gâcher la visite du président cubain dans le pays, est condamnée à un échec retentissant. Contre elle, il y a l’intention légitime des deux états de développer encore plus le niveau de leurs relations bilatérales en pariant sur une nouvelle ère dans les relations entre les deux nations. Bien entendu, c’est un message clair pour les autres nations européennes sur l’importance géostratégique d’augmenter leurs relations avec Cuba.

L’infamie, alors, de l’opportuniste et du provocateur de plus en plus isolé, l’enferme dans son propre piège. Un Raúl optimiste et serein apportera au peuple français la chalereuse accolade des Cubains. Et personne n’y pourra rien.

Haut de page