Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des médecins britanniques accusent Israël de "torture médicale" (Global Research)

par Stephan Lendman 23 Janvier 2016, 09:37 Israël Trafic d'organes Torture medicale Colonialisme Sionisme Palestiniens Articles de Sam La Touch

Des médecins britanniques accusent Israël de "torture médicale" (Global Research)
Des médecins britanniques accusent Israël de "torture médicale"
Par Stephan Lendman*
Article originel : British Doctors Accuse Israel of “Medical Torture”
Global Research.ca

Traduction SLT

Soixante et onze médecins britanniques et 343 universitaires veulent que l'Association Médicale israélienne et ses membres soient expulsés de l'Association Médicale Mondiale.

Ils ont accusé les médecins israéliens "de torture médicale" sur des patients palestiniens.

Des milliers de Palestiniens sont emprisonnés seulement pour des raisons politiques. Des soins médicaux vitaux leurs sont habituellement refusés ou insuffisamment dispensés, des médicaments antalgiques sont substitués au traitement, causant des souffrances inutiles, et aboutissant parfois à la mort.

En 2000, l'ancien responsable de l'institut médico-légal israélien d'Abu Kabir, le docteur Yehuda Hiss, a accusé Israël de tuer des Palestiniens pour récolter leurs organes.

Interviewé sur la chaîne Israël 2 à l'époque il a déclaré "nous avons commencé à prélever des cornées. (Ce) qui a été fait était contraire à l'éthique médicale. Aucune permission n'a été demandée aux familles".

Un rapport de Channel 2 a déclaré que les spécialistes médico-légaux d'Abu Kabir prélèvent de la peau, des cornées, des valves cardiaque et des os sur les corps des soldats israéliens, de leurs citoyens, des Palestiniens et des travailleurs étrangers - sans obtenir d'autorisation légale.

Nancy Scheper-Hughes, professeure d'anthropologie à l'UC Berkeley et fondatrice d'Organ Watch, a déclaré plus tôt "les prélèvements israéliens d'organe - parfois avec le financement du gouvernemental israélien et la participation de hauts fonctionnaires israéliens, de médecins israéliens en vue et des ministères israéliens - ont été documentés depuis de nombreuses années. Parmi les victimes il y a des Palestiniens."

"Israël est au sommet" du trafic d'organe. "Il a des tentacules s'étendant dans le monde entier…un système d'organisation pyramidal qui est stupéfiant."

"Ils ont des courtiers partout, des comptes bancaires partout ; ils ont des recruteurs, ils ont des traducteurs, ils ont des agents de voyage qui fournissent les visas."

"Ils payent" les pauvres et les affamés pour lentement démanteler leurs corps" ou prennent simplement ce qu'ils veulent de cadavres frais."

"Les parties du corps sont des matières premières, qui vont être prélevées pour être vendues aux riches, bien que les ventes d'organe soient interdites dans la plupart des pays, mais pas sous le droit international."

La Convention de L'ONU contre le Crime organisé transnational dénonce l'exploitation de l'homme pour l'extraction d'organe afin de réaliser des bénéfices. En 2008, Israël a interdit la pratique. Elle persiste toujours.

Plus tôt, l'ancienne responsable du Conseil européen de la dignité et de l'égalité humaine, Marja Ruotanen, a déclaré :

"Nous avons la législation et des définitions couvrant la traite des êtres humains dans le but d'organiser le prélèvement d'organe, mais il y a un encore un vide légal pour le trafic d'organes, des tissus et des cellules."

Des organes probablement de milliers de cadavres palestiniens ont été prélevés, des spécialistes médico-légaux d'Abu Kabir sont complices avec les autorités israéliennes d'un trafic d'organes.

Des médecins israéliens sont impliqués dans des pratiques médicalement illégales et contraires à la morale et l'éthique, avec les autorités d'état qui les permettent ; ceux-ci devraient être tenus entièrement responsables de leurs crimes.

Séparément mercredi, le Comité de Détenus palestinien (PDC) a déclaré qu'Israël a enlevé et retenu 130 Palestiniens en 2015 pour des commentaires sur les médias sociaux.

Plus d'une vingtaine de personnes font face à des charges injustifiées "d'incitation et de soutien aux groupes terroristes." D'autres peuvent être administrativement retenus sans comparution sans charges, indéfiniment.


Le Comité de Détenus palestinien a déclaré :

"De telles arrestations et violations sont effectuées tandis qu'Israël continue à ignorer des messages médiatiques sociaux israéliens racistes, des photos et des déclarations des extrémistes qui appellent ouvertement à tuer les Arabes, pour les exécuter et pour les faire disparaître de leur patrie."

Toute personne qui critiquerait légitimement les crimes israéliens ou exprimerait sa solidarité avec la résistance palestinienne pour la justice risque l'arrestation, la poursuite, l'emprisonnement ou l'assassinat.

Stephen Lendman vit é Chicago et peut être joint à lendmanstephen@sbcglobal.net.

Son nouveau livre s'intitule "How the US Drive for Hegemony
Risks World War
I
II"

Haut de page