Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

HRW dénonce la réforme du droit d'asile "méprisable" au Danemark (AFP)

par AFP 27 Janvier 2016, 21:30 Danemark HRW Migrants Refugies Spoliation

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a jugé mercredi "méprisable" et "purement vindicative" la réforme du droit d'asile très décriée votée la veille au Danemark et qui autorise notamment la confiscation des effets de valeurs détenus par les migrants.

"Je trouve méprisable que le Danemark, et dans une certaine mesure la Suisse, veulent saisir les derniers effets personnels de personnes qui, à cause de leur exil et de leur vulnérabilité, sont déjà appauvries et n'ont plus grand chose sur elles", a déclaré le directeur exécutif de HRW Kenneth Roth en présentant le rapport 2016 de l'ONG.
"Est-ce qu'un pays riche comme le Danemark a vraiment besoin de dépouiller les derniers effets de ces demandeurs d'asile désespérés avant de leur offrir des services de base ?", s'est-il interrogé devant la presse.

Le Parlement danois a adopté mardi à une écrasante majorité une réforme très controversée du droit d'asile, qui prévoit la possibilité de confisquer les effets des migrants, de diminuer leurs droits sociaux et d'allonger les délais de regroupement familial.
Ce mois-ci, la Suisse a imposé aux demandeurs d'asile de leur remettre tous leurs biens valant plus de 1.000 francs suisses (913 euros) à leur arrivée sur son sol.
"Il faut noter que cette question n'a rien à voir avec un éventuel remboursement (des services rendus, ndlr) parce que si le Danemark voulait être remboursé par les demandeurs d'asile, il leur offrirait des emplois, ce que la plupart souhaitent", a ajouté M. Roth.

Les mesures de confiscation "semblent purement vindicatives et une tentative d'envoyer le message +comment pouvez-vous oser venir au Danemark vous qui êtes demandeur d'asile arrivé dans l'Union européenne", a-t-il insisté.
"Cette réponse sans pitié n'est pas ce que nous attendons d'un pays riche membre de l'Union européenne", a conclu le responsable de HRW.

Haut de page