Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il semble de plus en plus évident que la contamination de l'eau de Flint a causé la mort (WSWS)

par André Damon 27 Janvier 2016, 08:16 Flint Eau contamine

Un hôpital associé à l'irruption mortelle de la maladie du légionnaire à Flint au Michigan a été contaminé par la légionellose provenant de l'eau empoisonnée de la ville, d'après un reportage de Detroit News de vendredi dernier.

La révélation représente une preuve de plus que la décision d'utiliser l'eau polluée de la rivière Flint pour approvisionner les résidents de la ville en eau potable – décision dans laquelle l'administration du gouverneur Rick Snyder est profondément impliquée – a déjà eu des conséquences mortelles. Le 13 janvier, des représentants d'État de la santé ont dit que l'irruption de la maladie du légionnaire a causé la mort de 10 personnes et en a contaminé 77 autres.

Cette nouvelle a été annoncée une journée après que le gouvernement a entamé une enquête sur la manière dont l'organisme fédéral américain de la protection de l'environnement (EPA) a géré le désastre à Flint, un signe d'une crise profonde qui pourrait impliquer davantage l'administration Obama.

Bien que 47 pour cent des patients qui ont été diagnostiqués de la maladie du légionnaire aient bu de l'eau contaminée de la rivière Flint, une proportion encore plus importante avait fréquenté le centre hospitalier McLaren qui aurait servi d'incubateur pour les bactéries de l'eau de la ville.

En plus des morts causées par la maladie du légionnaire, des représentants gouvernementaux ont rapporté qu'ils avaient identifié des dizaines de personnes ayant des concentrations élevées de plomb dans le sang, et des résidents ont rapporté de nombreux autres symptômes, incluant des éruptions cutanées. Les 100.000 habitants de la ville, incluant ses 9.000 enfants, ont été exposés au danger. Il n'existe pas de traitement pour l'intoxication au plomb et ses conséquences peuvent inclure une réduction du Q.I. et de la performance académique pour la vie de la victime.

Vendredi dernier, Snyder a engagé une firme de relations publiques, Mercury LLC, pour aider son administration à faire face à ceux, de plus en plus nombreux, qui exigent qu'il démissionne, qu'il soit mis en accusation et poursuivi en justice pour sa complicité dans l'empoisonnement des résidents de Flint.

Le gouverneur paraît les coups vendredi, annonçant à MSNBC que ses subordonnées dans le département d'État de la Qualité de l'environnement étaient responsables de la crise. «Les personnes du département ne sont pas à blâmer, les chefs n'ont pas reçu pas la bonne information de la part des soi-disant experts.»

Snyder s'est empressé défendre son bilan en tant que gouverneur depuis 2010, déclarant, «Flint est un endroit auquel je me suis dévoué.» Il a ajouté: «Je fais un sérieux effort depuis même avant mon entrée au gouvernement pour dire que nous devons travailler fort pour aider ceux qui en ont le plus besoin.»

Snyder a annoncé la suspension sans solde de deux employés du département d'État de la Qualité de l'environnement vendredi.

Vendredi également, le représentant d'État Sheldon Neeley a accusé l'administration Snyder de cacher certaines correspondances du gouverneur dans cette affaire. Jeudi, Snyder a publié 250 pages de documents qu'il prétendait constituer la totalité de sa correspondance personnelle concernant l'affaire de Flint, mais Neeley a dit qu'un courriel qu'il avait écrit au gouverneur en janvier 2015, neuf mois avant que l'État réagisse à la crise, avertissait du danger de «perturbations civiles» si rien n'était entrepris pour corriger la situation.

La ville de Flint a commencé à utiliser l'eau de la rivière empoisonnée de Flint en avril 2014 après que la ville de Detroit a augmenté le prix de l'eau suite à la restructuration lors de la faillite de la ville. Malgré une forte opposition et des protestations de la part des résidents et de groupes environnementaux, la ville a utilisé l'eau de la rivière pendant 19 mois avant que des preuves de plus en plus flagrantes d'intoxication au plomb l'ont forcée a utiliser l'eau de la rivière Detroit en octobre 2015.

Jeudi, l'Agence de protection de l'environnement (EPA) a dit que les autorités du Michigan n'avaient pas réagi de façon adéquate à la crise et qu'elle commencerait à faire ses propres tests de l'eau potable de la ville. La directrice de l'EPA Gina McCarthy a écrit une lettre a Snyder dans laquelle elle a dit qu'elle était «très inquiète» de «la transparence et prise de responsabilité inadéquates» de l'État.

Ceci a pris place pendant même que le gouvernement fédéral annonçait jeudi qu'il avait ouvert une enquête de l'inspecteur général dans la façon dont l'EPA a approché la crise de l'eau potable à Flint. L'EPA a également annoncé jeudi que son directeur régional pour les six États des Grands Lacs incluant le Michigan et l'Illinois avait démissionné.

L'EPA et le département d'État sur l'environnement savaient depuis au moins janvier 2015 qu'il y avait des taux élevés de plomb dans l'eau potable de Flint, mais ils n'ont rien fait pour avertir le public.

Pendant que l'administration Snyder se démenait pour minimiser les conséquences politiques de la crise, le New York Times s'est efforcé de limiter les dégâts pour l'administration Obama, tentant de blâmer entièrement Snyder pour le désastre et présentant l'empoisonnement des travailleurs de Flint comme une question raciale, plutôt qu'une question de classe.

Un article du Times, «Une question de racisme environnemental à Flint», demandait, «Si la ville de Flint avait été riche et surtout blanche, le gouvernement de l'État du Michigan aurait-il répondu plus rapidement et agressivement aux plaintes concernant son eau contaminée par le plomb?»

L'article dit, «Pour les avocats des droits civiques, la crise de la santé à Flint ressemble fortement à ce qui est appelé le racisme environnemental.» Dans un autre article de vendredi, le journal demandait si «l'État était allé trop loin en imposant la présence de trop de gestionnaires d'urgence dans des municipalités largement noires».

Dans les faits, Flint est une ville ethniquement mixte et la négligence de l'infrastructure et le pillage par les grandes sociétés est répété de ville en ville à travers le pays, affectant des travailleurs de toutes les couleurs. Le but d'une telle présentation de la question est d'absoudre l'establishment politique municipal démocrate noir et la Maison-Blanche de toute responsabilité pour la crise, malgré le fait que l'initiative d'utiliser l'eau de la rivière Flint était appuyée par le conseil municipal de Flint, qui est largement composé de démocrates et d'Afro-Américains.

Le Times a également attiré l'attention sur les commentaires du réalisateur Michael Moore, un apologiste de longue date de l'administration Obama, qui a qualifié le désastre d'«[ouragan] Katrina du gouverneur Snyder».

Même si la comparaison à l'Ouragan Katrina est pertinente – même si dans le cas de Flint, le désastre a été entièrement causé par l'homme – la vérité est qu'il s'agit autant du Katrina d'Obama que de Snyder. La Maison-Blanche a donné son plein appui à la faillite de Detroit qui a entraîné la décision de Flint de se déconnecter du Detroit Water and Sewerage Department. L'administration Obama n'a rien fait pendant des mois face à la protestation populaire et une montagne de preuves scientifiques selon lesquelles l'eau de Flint était contaminée.

En effet, Snyder a été un allié clé d'Obama pour chercher à utiliser la faillite de Detroit comme précédent pour le démantèlement des pensions des employés du secteur public et le détournement des actifs publics aux spéculateurs comme le milliardaire Dan Gilbert, le dirigeant de Quicken Loans qui a acheté au rabais des sections importantes du centre-ville de Detroit.

La crise qui sévit présentement autour de l'empoisonnement de la population à Flint est le résultat des politiques criminelles et antisociales introduites par l'administration Obama au cours des sept dernières années et par l'establishment politique en entier durant des décennies.

(Article paru d'abord en anglais le 23 janvier 2016)

Haut de page