Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'histoire secrète d'une répétition générale des attentats contre "Charlie Hebdo" (Canard enchaîné)

par Le Canard enchaîné 6 Janvier 2016, 17:56 Attentat Charlie Hebdo Kouachi Repetition Articles de Sam La Touch

L'histoire secrète d'une répétition générale des attentats contre "Charlie Hebdo" (Canard enchaîné)
L'histoire secrète d'une répétition générale
Où est passé le PV relatant le repérage effectué par les tueurs trois mois avant ?
Canard Enchaîné, 06.01.16

C'est la pièce manquante de l'énorme dossier d'instruction sur les attentats de janvier 2015. Un rapport de police qui n'apparaît nulle part dans les 52 tomes. Ce document porte la signature d'un des deux policiers chargés de la protection de Charb. Il est surnommé "Fish". Son collègue, Franck Brinsolaro, est mort le 7 janvier 2015 dans les locaux de "Charlie Hebdo", sans avoir pu faire usage de son arme face aux frères Kouachi. Le rapport fantôme raconte une histoire qui conduit à se poser une nouvelle question : pourquoi les alarmes n'ont-elles pas fonctionné ?

Trois mois plus tôt, Fish - de son vrai nom Patrick Haggeman - reçoit un coup de fil. Un journaliste travaillant à Premières lignes, une agence audiovisuelle, voisine de "Charlie Hebdo", tient à se confier.

Un curieux barbu

Ce mercredi d'octobre, entre 11 heures et 11h30, il grille une clope au pied du 10 rue Nicolas-Appert. Soudain, "un véhicule stationne sur la place de livraison juste devant l'immeuble, se souvient le journaliste entendu comme témoin. C'était un monospace de couleur sombre. Les vitres du véhicule étaient ouvertes. Tout en restant au volant, [le conducteur] mains sur le volant avait l'air de parler seul. Il disait : "Ca va leur apprendre à critiquer le Prophète !". ,Le journaliste s'adresse alors à l'automobiliste, qu'il reconnaîtra plus tard sur une planche photographique comme étant Chérif Kouachi. Lequel se montre alors "très sûr de lui", "très posé", esquissant même "un petit sourire" sous "des traits fins" et "une barbe naissante".

Entre les deux hommes, une brève discussion s'engage alors :

- "C'est à moi que vous parlez ?
- Vous travaillez à "Charlie Hebdo" ?
- Non, pas du tout...
- Mais c'est bien ici les locaux de 'Charlie Hebdo" ? C'est bien ici qu'on critique le Prophète ? De toute façon, on l
es surveille !"

Puis juste avant de démarrer, il lâche : "Vous ferez passer le message !"...

Lire la suite dans Le Canard

Haut de page