Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le silence de Washington le rend complice des crimes d'Erdogan (Sputniknews)

par Sputniknews 7 Janvier 2016, 18:44 Erdogan Crimes Turquie USA Terrorisme Collaboration

Washington doit cesser d'évaluer les actions de la Turquie sous l'autorité d'Erdogan comme à l'accoutumée, et doit désormais tenter de le faire de manière objective, a déclaré un politologue américain.

Il est temps que la Maison-Blanche considère les faits sur lesquels il est déjà impossible de fermer les yeux, a annoncé David L. Phillips, le directeur du programme sur le renforcement de la paix et des droits de l'homme à l'Institut de l'étude des droits de l'homme auprès de l'Université de Columbia.

Dernier fait d'armes de M. Erdogan: mentionner de manière favorable "l'Allemagne nazie" lors d'un récent discours. Il entrave également le travail des médias et la liberté d'opinion, ce qui est confirmé par le fait que 34 journalistes sont maintenant en prison, y compris ceux qui ont été accusés "d'insulte au président".

Mais ce n'est pas tout. Le président turc bafoue la primauté du droit et a même usé d'un "impudent subterfuge ": il a relancé la "guerre civile" avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) avant les élections pour gagner les électeurs nationalistes. Les attaques contre le peuple kurde se sont dernièrement multipliées en Turquie sous prétexte de la lutte contre le terrorisme. En outre, la Turquie souffre d'une corruption endémique dans laquelle des membres de la famille de M. Erdogan sont impliqués, a écrit David Phillips, ancien conseiller et expert en politique étrangère au Département d'Etat américain, dans son article pour The Huffington Post.

La politique étrangère turque soulève également de nombreuses questions. Au lieu de combattre le groupe terroriste de Daech, la Turquie apporte une aide aux combattants djihadistes: les soldats blessés reçoivent des soins médicaux gratuits dans les hôpitaux turcs et l'Organisation du renseignement national (turc, ndlr) leur ont fourni des armes, de l'argent et un soutien logistique. Bien que la Turquie proclame maintenant son opposition à Daech, un grand nombre d'infrastructures qui soutiennent le terrorisme islamique sont toujours en place.

© AP Photo/ Burhan Ozbilici

NYT: Erdogan a de nouveau franchi la ligne rouge

La Turquie conduit également une forme de politique néo-ottomane dans les Balkans en favorisant un programme qui vise à étendre l'influence turque dans les anciens territoires de l'Empire ottoman. La Turquie exporte l'islamisme sous couvert de mettre en place une coopération culturelle en construisant des mosquées et en finançant des syndicats et des institutions islamiques dans les Balkans occidentaux.

Le président turc a refusé pendant presque un an l'accès à la base aérienne d'Incirlik, primordiale pour l'Otan dans sa lutte contre Daech en Irak et en Syrie.

"L'administration américaine ferme les yeux sur les agissements pourtant scandaleux de M. Erdogan…", a déclaré M. Phillips.

Ce dernier a également expliqué que la Turquie était depuis longtemps un allié indispensable de l'Otan aux marches de l'Union soviétique. Le monde a changé, la Turquie aussi. Sous la domination hégémonique de M. Erdogan, cette dernière a abandonné les valeurs occidentales et ne sert plus les intérêts américains.

"L'administration Obama doit repenser et modifier son approche de la Turquie. Le silence déplorable de Washington le rend complice des crimes de M. Erdogan", conclut l'auteur de l'article.

Haut de page