Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil bas de la France à Genève aux pourparlers préparatoires de la Conférence sur la Syrie (Mandaniya)

par René Naba 19 Janvier 2016, 17:33 Suisse Syrie Geneve Conference de paix France Fabius

La France paraît faire profil bas aux pourparlers préliminaires de la conférence de paix de Genève sur la Syrie, qui doit théoriquement s’ouvrir le 25 janvier dans la cité helvétique, à en juger par le compte rendu publié vendredi 15 janvier par le journal en ligne «Al Rai Al Yom», édité par l’influent journaliste Abdel Bari Atwane, ancien propriétaire du journal trans-frontière «Al Qods Al Arabi».

Pour le locuteur arabophone, le récit des coulisses des pourparlers préliminaires de la conférence de Genève sur le lien, http://www.raialyoum.com/?p=374422, dont voici la substance en version française pou le lectorat francophone.

Dans ce récit, il n’est pas fait mention de la moindre démarche ou de la présence française, mais une vive critique de Haytham Manna, chef de l’opposition démocratique et laïque syrienne, à l’encontre de Laurent Fabius, selon le compte rendu du journal arabe:

«Laurent Fabius a cessé de se comporter d’une manière qui sied au statut de son pays en tant que membre permanent du Conseil de Sécurité, porteur de l’oriflamme de la démocratie et de la laïcité».

«J’ai du présenter mes excuses au Parti Communiste Français, au parti des Verts et au Front de Gauche de ne pas être en mesure de rencontrer les députés au sein de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française en raison d’un calendrier chargé, mais il était important que j’expose aux députés français les vues du Président du Conseil Démocratique de Syrie sur le fait que Laurent Fabius a cessé de se comporter d’une manière qui sied au statut de son pays en tant que membre permanent du Conseil de Sécurité, porteur de l’oriflamme de la démocratie et de la laïcité», a déclaré M. Manna, un homme réputé pour son comportement habituellement réservé.

http://www.madaniya.info/2015/12/13/haytham-manna-president-de-l-opposition-democratique-laique-syrienne/

Les divergences russo-américaines ont porté sur la composition de la délégation de l’opposition syrienne. Les Russes avaient une préférence pour des négociations multilatérales englobant diverses composantes autonomes de l’opposition syrienne. Les Américains avaient instruction de privilégier la délégation constituée par l’Arabie saoudite, admettant toutefois qu’elle souffrait de «déséquilibre» et qu’il importait d’«élargir sa représentativité».

Les noms des personnalités suivantes ont été proposées: Samir Aita, Directeur de la version arabe du mensuel «Le Monde Diplomatique», Jamil Kadri, ancien membre du gouvernement syrien ainsi que le groupe de Haytham Manna.

«Deux médiateurs européens ont proposé à Haytham Manna de lui organiser un voyage à Riyad en vue d’aplanir les différends. Le chef de l’opposition démocratique et laïque a subordonné son acceptation à la présence de l’Égypte à ses pourparlers avec les Saoudiens. L’Égypte et l’Arabie saoudite étaient absents de Genève et la Turquie a mis un veto à la présence du chef du parti de l’Union Démocratique du Peuple Kurde, Saleh Moslem, menaçant de saborder la conférence.

A moins qu’un des médiateurs ne soit de nationalité française ou que la France continue en coulisses son soutien à la frange extrémiste du djihadisme erratique en synchronisation avec l’Arabie saoudite, pas une seule fois un éventuel rôle français n’est mentionné dans ce compte rendu exhaustif d’ «Al Rai Al Yom».

Pas la moindre déclaration tonitruante ou triomphaliste du genre «Jabhat An Nosra fait du bon travail en Syrie» ou «Bachar Al Assad ne mérite pas d’être sur terre». Sans doute l’effet Charlie Hebdo et Paris Bataclan et la perspective d’une prochaine sortie de scène du diplomate en chef de la France hollandaise.

Quiconque aura aperçu le spectacle offert par la délégation française à la reprise des travaux de Vienne 2, le 14 novembre, le lendemain des attentats de Paris-Bataclan, aura mesuré en même temps que le désastre subi par la France, l’accablement de ses décideurs. La tête entre les deux mains, les regards baissés, Laurent Fabius et son adjoint pour les affaires de Syrie, Bruno Delaye, ne mouflaient mot pendant toute la durée de la séance. Ils ne relèveront la tête que pour recevoir les condoléances compatissantes des autres délégations dans une transposition symbolique et anticipée de l’oraison funèbre de la diplomatie française sur la Syrie, le prélude au dégagement de son chef. La discrétion française de Genève tendrait accréditer l’hypothèse d’une possible dégagement de Laurent Fabius du Quai d’Orsay à l’occasion d’un prochain remaniement ministériel.

Au diapason des partenaires de son pacte sunnite (Arabie saoudite, Qatar, Turquie), la France, se singularisant, a accueilli à Paris le candidat de Riyad aux pourparlers de Genève Ryad Hijab, ancien premier ministre dissident intronisé chef de la délégation de l’opposition wahhabite à la conférence de Genève.

En revanche, l’Ambassadeur du Royaume Uni, le partenaire de la France dans la guerre de Syrie a rencontré à Genève M. Haytham Manna. M. Gareth Bayle, est-il souligné, a procédé à un échange de vues avec le chef de l’opposition démocratique syrienne «extrêmement positif tant sur la préparation de la conférence de Genève que sur les problèmes géopolitiques ayant des répercussions sur l’accentuation de la violence dans la zone».

De même, la totalité des ambassadeurs des pays scandinaves se sont rendus au siège de l’Institut Scandinave des Droits de l’Homme (SIHR) pour des entretiens avec son président Haytham Manna, qui est dans le même temps le chef de l’opposition démocratique syrienne.

Une révélation surprise, la présence de Jihad Makdessi aux préparatifs de Genève; une recrue de choix pour le chef de l’opposition démocratique syrienne. Fidèle à ses convictions, l’ancien porte parole du gouvernement syrien a décliné une proposition d’une rencontre séparée avec l’émissaire américain, insistant pour se présenter en compagnie de M. Haytham Manna auprès de l’émissaire américain.

«Jihad Makdessi a insisté auprès de Michael Rutney de se présenter en compagnie de M. Haytham Manna «et non séparément» lors de son entretien avec l’ambassadeur américain en charge des affaires de la Syrie, écrit «Al Rai Al Yom». «La conférence du Caire, en juin 2015, est la matrice d’un règlement politique en Syrie en ce qu’elle en est la promotrice». «Le Peuple syrien n’a-t-il pas droit de se reconnaître dans une délégation responsable et équilibrée représentant effectivement la majorité du peuple syrien», a fait valoir M. Makdessi à son interlocuteur américain, selon «Al Rai Al Yom.

La présence de Jihad Makdessi a Genève a fait sensation en ce qu’elle a levé le un halo de mystère entourant cet homme discret et efficace depuis sa défection. D’un flegme tout britannique. La prestance aussi. Un calme olympien. Une urbanité extrême. Une courtoisie exquise. En tandem avec le diplomate chevronné Bachar Al-Jaafari, dans les enceintes des Nations unies, l’homme aura servi de brises glaces aux bouffées délirantes de l’opposition off shore syrienne.

Impassible face aux assauts répétés des mercenaires du Qatar. Impavide dans l’épreuve. Au plus grand désespoir des détracteurs du régime baasiste. A la plus grande satisfaction de tous ceux que révulsaient l’affligeant spectacle de ces supplétifs de l’ancienne puissance mandataire de la Syrie, artisan de son démembrement, cloportes binationaux de l’administration française, version moderne des nouveaux «Bourgeois de Calais», vautrés poings et pieds liés, devant le dieu pétrodollar et ses paillettes médiatiques.

L’homme tranquille de la communication de crise en Syrie brisera en douceur les chaînes qui risquaient de le river, inexorablement, à un régime qu’il ne pouvait cautionner outre mesure. Dans la dignité. Sans propos vindicatifs. Sans promesses tonitruantes.

Protestation muette d’une répression de plus en plus féroce. Sans marchander sa défection, à l’instar de tant d’autres enrichis par la guerre de Syrie sur les débris de leur pays, sur le malheur de leur peuple. Sa défection gouvernementale en pleine bataille de Syrie a donné naissance à un torrent de spéculations, nullement désintéressées.

Titulaire d’un master en diplomatie et renseignement en 2009 de l’Université de Westminster (Royaume-Uni), diplomate en poste à l’ambassade de Syrie à Londres pendant dix ans, il retourne à Damas au début de la guerre civile pour devenir porte parole du Ministère des Affaires étrangères. Il fera défection le 30 novembre 2012.

The Guardian, artisan de deux gros bobards médiatiques de la guerre de Syrie, assurera que Jihad Makdessi se serait réfugié aux États-Unis où, d’après le journal londonien, il coopérerait avec les services secrets américains.

L’autre bobard majeur du «Guardian» aura été l’annonce de la liquidation du général Ali Mamlouk, le chef des services de renseignement syriens, -reprise par le quotidien français Libération-, fuité à la mi mai 2015, en pleine reprise de l’offensive djihadiste soutenue par la triplice sunnite (Turquie, Arabie saoudite Qatar) contre le régime baasiste dans une campagne d’intoxication destinée à saper le moral des troupes gouvernementales après la percée de l’Etat islamique dans l’Est et le Nord du pays (Idlib et Jisr Al Choughour).

Contre-productive, la fuite du Guardian a quelque peu écorné sa crédibilité en ce que qu’elle a coïncidé avec le séjour à Damas d’une importante délégation iranienne couronnée par une longue interview télévisée de ce même Ali Mamlouk, dégageant aux téléspectateurs syriens les résultats de la visite des hommes de Téhéran.
En fait, l’ancien spokesman syrien se situe aux antipodes des États Unis. Pétri de culture anglo saxonne, Jihad Makdessi ne se voue pas pour autant à un destin de serpillière aux menées atlantistes.

Membre actif de la conférence de l’opposition démocratique syrienne du Caire, qui s’est tenue en juin 2015, Jihad Makdessi, désormais consultant international, était déjà présent à Genève, à la mi mai 2015, pour participer aux consultations de l’émissaire des Nations Unies pour la Syrie, Staffan Di Mistura, en sa qualité d’un expert qualifié des affaires de Syrie. Pour avoir observé de l’intérieur les rouages du pouvoir et non en qualité de bi-national exotique ou d’un orientaliste de pacotille en mission commandité.

La délégation du Conseil Démocratique de Syrie aux pourparlers de paix de Genève sur la Syrie est de constitution paritaire. Co-présidée par Haytham Manna et Mme Ilham Ahmad, elle comprend en outre, le militant activiste de la société ivile syrienne Maram Daoud, Battar Al Chareh, Saleh Al Noubouani, Abel Karim Oum et Hathane Faraj, titulaire d’un diplôme des relations internationales et de géostratégie.

Les ministres des affaires étrangères des États Unis (John Kerry) et de Russie (Sergueï Lavrof) devraient se retrouver le 20 janvier à Zurich pour la suite de leur marathon diplomatique.

Affaire à suivre.

René Naba

René Naba : Journaliste-écrivain, ancien responsable du Monde arabo musulman au service diplomatique de l’AFP, puis conseiller du directeur général de RMC Moyen-Orient, responsable de l’information, membre du groupe consultatif de l’Institut Scandinave des Droits de l’Homme et de l’Association d’amitié euro-arabe. Auteur de “L’Arabie saoudite, un royaume des ténèbres” (Golias), “Du Bougnoule au sauvageon, voyage dans l’imaginaire français” (Harmattan), “Hariri, de père en fils, hommes d’affaires, premiers ministres (Harmattan), “Les révolutions arabes et la malédiction de Camp David” (Bachari), “Média et Démocratie, la captation de l’imaginaire un enjeu du XXIme siècle (Golias).

Haut de page