Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Zone euro : un risque de déflation enfin évoqué du bout des lèvres (Blog Finance)

par Elisabeth Studer 26 Janvier 2016, 08:57 Zone euro Crise Economie

Cà y est ! Après de nombreux propos alarmants, on ose désormais parler d’inflation négative en zone euro … pour ne pas dire déflation.

Le patron de la Banque centrale autrichienne, Ewald Nowotny, également membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a ainsi estimé vendredi que l’inflation en zone euro pourrait rechuter ponctuellement en territoire négatif au cours du premier semestre. Raisons invoquées : la chute des cours du pétrole.

S’exprimant lors d’une rencontre avec des journalistes économiques à Vienne, Ewald Nowotny a ainsi déclaré qu’après avoir atteint 0,2% en décembre, l’inflation calculée sur douze mois glissants pourrait retomber sous zéro « certains mois » au premier et au deuxième trimestres. Ajoutant que « cela dépendra de l’évolution des cours du pétrole. »

Des propos qui interviennent au lendemain des paroles énoncées par le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, laissant entendre que de nouvelles mesures de soutien monétaire pourraient être prises dès mars prochain. L’homme fort de la BCE a parallèlement reconnu jeudi que « la dynamique de l’inflation » était « en dessous » des « attentes », sans toutefois évoquer explicitement une déflation.

Rappelons à cet égard que de décembre 2014 à mars 2015, la zone euro a connu quatre mois consécutifs d’inflation négative, rechutant par la suite en septembre 2015 (-0,1%).

Ewald Nowotny a quant à lui affirmé pour sa part que le retour à une véritable déflation – caractérisée par une diminution durable et générale des prix – « nous placerait en terres très dangereuses ».

Alors que la BCE a annoncé jeudi sa volonté de maintenir son principal taux directeur à son minimum historique de 0,05%, le patron de la Banque centrale autrichienne estime pour sa part que toute augmentation des taux dans le contexte actuel serait « fatale ».

La BCE « ne capitule pas » face à la faiblesse de l’inflation, a indiqué quant à lui Mario Draghi jeudi, ajoutant que l’Institution avait « le pouvoir, la volonté et la détermination d’agir ». La Banque centrale pourrait « réévaluer et éventuellement revoir » sa politique monétaire lors de sa réunion du 10 mars.

Ewald Nowotny considère par ailleurs comme excessive la chute des marchés engendrée par les inquiétudes des investisseurs quant à la croissance chinoise et la dégringolade du prix du baril. Ajoutant néanmoins que les autorités chinoises avaient été trop ambitieuses dans leur politique de change. « Nous constatons que les tendances en faveur d’une liberté de circulation des capitaux perdent à nouveau de leur force et que la crainte est plutôt de voir les Chinois dévaluer leur devise de manière plus agressive », a-t-il précisé.

Sources : AFP, Le Monde, Reuters

Elisabeth Studer – 22 janvier 2016 – www.leblogfinance.com

Haut de page