Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alep : Nobol et AZ Zahra libérés... (Irib)

par Irib 3 Février 2016, 18:16 Alep Nobol Az Zahra

L'armée syrienne a coupé les voies de ravitaillement des miliciens takfiristes reliant la Turquie avec le nord d'Alep, a annoncé à RIA Novosti une source au sein de l'armée.

"L'armée a coupé les routes Mayer-Anadan et Azaz-Alep. De la sorte, les miliciens ne peuvent plus recevoir de renforts et de munitions acheminés depuis la Turquie jusqu’au nord d'Alep", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Selon lui, il s'agit du corridor d’Azaz qui est long d’une cinquantaine de kilomètres et fait parfois à peine quinze kilomètres de large. Il relie la Turquie, via le poste frontière de Bab al-Salam, à la grande ville d’Alep.

Comme l’ont indiqué les militaires syriens, l'armée poursuit son offensive au nord d'Alep et avance vers la frontière turque. Des combats se déroulent près des villes loyalistes de Noubbol et Zahra, assiégées par la branche d’Al-Qaïda en Syrie, le front al-Nosra et ses alliés Ahrar al-Cham depuis trois ans.

En même temps, l'artillerie syrienne pilonne la ville de Retyan qui abrite un important détachement de terroristes, et les avions russes et syriens bombardent les postes de commandement, les dépôts de munitions et les positions d'artillerie des milices.

Les militaires syriens ont fait état pour Ria Novosti d’un important mouvement de désertion dans les rangs des miliciens, au fur et à mesure que l’armée avance.

L’enjeu de la bataille

La prise de cette région par les forces gouvernementales est plus importante de celle de l'aéoport de Kwaïrès, assure le site d'information libanais al-Hadath News.

Au cas où les deux localités Noubbol et Zahra sont libérées, la région devrait servir de base de lancement de l’offensive pour la région Al-Bab, dans la province orientale, et devrait aussi faciliter l'offensive en direction de Der Hafer, la porte du gouvernorat de Raqqa, occupé par la milice wahhabite Daesh (Etat islamique).

La prise de cette région charnière permettra à l’armée syrienne de séparer la province nord d’Alep de la province ouest.

Selon al-Hadath news, une immixtion turque n’est pas à exclure d’autant qu’Ankara est plus d’une fois intervenu en ouvrant sa frontière aux miliciens. Mais elle devrait cette fois-ci prendre en considération les nouvelles conditions, dont surtout les frappes aériennes russes.

Haut de page