Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après le départ de Fabius, Assad fait la leçon à la France

par SLT 14 Février 2016, 12:00 Assad Syrie Terrorisme Al-Nosra France Fabius François Hollande Collaboration Articles de Sam La Touch

Après le départ de Fabius, Assad fait la leçon à la France

Laurent Fabius qui soutenait ouvertement le Front Al-Nosra en déclarant en 2012 qu'il faisait du "bon boulot" notamment à Alep et qui voulait éliminer Assad, a été évincé du gouvernement français en raison de problème de santé. Mais la politique étrangère pro-atlantiste de Fabius était en droite ligne de celle du "chef de guerre" français qui n'avait pas hésité à déclarer qu'il avait livré des armes aux rebelles (djihadistes) jusqu'en 2014 et avait demandé à "neutraliser" Assad, devenant ainsi complice des terroristes financés par l'Occident pour abattre le régime d'Assad.

Lire également :
- Le "chef de guerre" François Hollande veut "neutraliser" Assad (video)
- Selon "Le Canard enchaîné", les Etats-Unis et la France protègent Al-Quaïda en Syri
e
- François Hollande confirme avoir livré des armes aux rebelles en Syrie (Le Monde)
- 1600 rebelles d’Al-Qaïda soignés en Israël (Mondafrique)


Assad soutenu par l'armée russe et iranienne et dont l'armée connaît une fulgurante progression face aux terroristes protégés par l'Occident (France, Grande-Bretagne, USA, Turquie, Israël qui les soigne dans ses hôpitaux) et les pays du Golfe (Arabie saoudite, Qatar, EAU) n'a pas hésité à faire la leçon aux Français et plus généralement aux Européens. Après l'éviction de Fabius, il a déclaré à l'AFP :
«La France doit changer de politique sur la Syrie». Sous-entendu, maintenant que Laurent Fabius est parti vous devriez reconsidérer votre position à l'égard du régime syrien et cessez de soutenir les terroristes d'Al-Nosra et autres groupes djihadistes se revendiquant d'Al-Quaïda... Un camouflet pour le ministre des Affaires étrangères mais aussi pour le gouvernement français qui avait fait du départ de Bachar al-Assad une affaire presque personnelle.

Haut de page