Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce jour-là : il y a cent ans débutait la bataille de Verdun, tombeau de milliers d’Africains (JAI)

par JAI 22 Février 2016, 00:06 Verdun Tirailleurs Senegal Algérie 1914-1918

43e bataillon de tirailleurs sénégalais portant l'inscription "Douaumont 1916" © Domaine public

43e bataillon de tirailleurs sénégalais portant l'inscription "Douaumont 1916" © Domaine public

Le 21 février 1916, il y a tout juste un siècle, la bataille de Verdun débutait. Elle restera comme le plus sanglant affrontement de la première guerre mondiale. Parmi les 500 000 victimes, des milliers d’Africains, tirailleurs « sénégalais » ou « algériens ».

À Verdun, dans les tranchées les plus meurtrières de la Grande guerre, l’humanité a montré ce qu’elle avait de pire. Et les Africains, enrôlés dans une boucherie qui n’était pas tout à fait la leur, en ont payé le prix fort. Même s’il est difficile de savoir avec exactitude combien de « tirailleurs » ont péri aux alentours de Verdun, le chiffre se compte évidemment en milliers.

On estime que, de 1914 à 1918, 250 000 soldats d’Afrique subsaharienne ont combattu en France, quand le même nombre était enrôlé dans tout le Maghreb, sans compter les soldats de Madagascar ou de Djibouti. Au total, ce sont près de 700 000 hommes des colonies, y compris asiatiques, qui ont été mobilisés.

Parmi les tirailleurs du Maghreb, 48 000 soldats sont morts ou ont disparu tandis qu’on en comptait 27 000 parmi ceux originaires d’Afrique subsaharienne. Quant au nombre de blessés, souvent gazés, amputés ou défigurés, il est encore plus grand.

« Ce qui pour nous est la France, pour eux est l’étranger »

Il y avait pourtant bien eu des voix pour s’élever contre ce recrutement, souvent forcé, dans les colonies. Le socialiste Jean Jaurès était ainsi choqué par cette idée « de les jeter d’emblée, par grandes masses, au premier rang de vos troupes européennes ». « Ce qui pour nous est la France, pour eux est l’étranger », ajoutait-il.

Mais, si plusieurs soulèvements éclatèrent lors des recrutements, notamment en Haute-Volta, rien ne devait empêcher la France de se munir de troupes fraîches. Parmi elles, un certain Abdoulaye Ndiaye, enrôlé de force au Sénégal en 1914, puis envoyé en Champagne «pour défendre la patrie française».

Abdoulaye Diop, tirailleur sénégalais, une légion d’honneur et 750 francs par trimestre

Après un entraînement sommaire, il découvrira Verdun, ses canons et ses gaz asphyxiants. Rescapé, le tirailleur mourra dans un Sénégal indépendant le 10 novembre 1998, peu après avoir été décoré de la Légion d’honneur, à 104 ans, et avoir reçu une maigre pension de 750 francs par trimestre jusqu’à ses vieux jours.

À ses côtés dans les tranchées de Verdun, un autre tirailleur, « algérien » celui-ci. Un parmi tant d’autres sans grade de l’infanterie : Amira Ben Khellop. Membre du régiment de marche des tirailleurs et du 9e régiment de tirailleurs algériens, dont la devise était « Le plus haut », il sera « tué à l’ennemi », selon l’expression consacrée, dans la Meuse, le 10 mars 1916, sous le commandement du lieutenant-colonel Tassy de Montluc. Il repose aujourd’hui dans la tombe 577 du « carré musulman » de Douaumont...

Lire la suite sur JAI

Haut de page