Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CPI, LE JOUR OÙ L'ACCUSATION S'EST EFFONDREE...(Marianne)

par Michel Galy 23 Février 2016, 22:10 CPI Laurent Gbagbo Accusation Effondrement Françafrique Côte d'Ivoire

Comme il peut advenir dans tout tribunal, la Cour Pénale Internationale s'est muée, ce lundi 1er Février, en un terrible théâtre de la cruauté. L'accusation s 'est effondrée , devant les juges de Laurent Gbagbo et les médias internationaux. Moment unique , où 15 ans de mensonges et de montage apparaissent comme tels, dans la méthodique et implacable plaidoirie de M°Emmanuel Altit.
Laurent Gbagbo, président de la Cote d'Ivoire depuis 2000 , a été interpellé par les Forces Spéciales françaises en avril 2011, et remis aux forces d'Alassane Ouattara qui l'a incarcéré dans des conditions honteuses à Korhogo, puis transféré- « déporté » selon ses partisans, à La Haye. Incarcéré depuis 5 ans, il répond , avec Charles Blé Goudé- son ancien ministre de la jeunesse et leader charismatique des foules ivoiriennes de « crimes contre l humanité »- ce qui pour beaucoup d observateurs constitue une accusation nettement disproportionné et surtout à sens unique.
Car qu ' a révélé Maître Altit , ce lundi 1er février sous les yeux effarés de la procureur Fatoumata Bensouda ? La vérité historique, serait on tenté de dire, qui n est qu'un secret de Polichinelle pour tous ce qui ont suivi le « coup d'Etat franco -onusien », une fois désinformation et passions retombées.
Pas une « défense de rupture », comme aurait pu le faire Jacques Vergès en remettant en cause la légitimité de la CPI, mais en contextualisant l'accusation : c' est bien la France sarkosyste qui depuis 2000 n'avait jamais accepté Laurent Gbagbo , qui a armé la rébellion, instrumentalisé toutes les instances internationales, manipulé médias et scrutin, puis mené l'assaut .
A quel prix ? Contre le chiffre sans fondement de 3000 morts, repris à l'envie par les médias et l'AFP, c 'est bien de 16000 victimes civiles dont parle le rapport tenu secret de la commission « Vérité, justice et réconciliation » de l'ancien premier ministre Charles Konan Banny.
La Défense de Laurent Gbagbo a présenté aux juges vidéos, documents, témoignages et analyses démontrant le racket et les massacres des partisans de Ouattara dans la zone Nord, de 2002 à 2010.
Maitre Altit a dénoncé l’assassinat de civils autour de la résidence du président Gbagbo, les jours avant son arrestation, sans citer leur nombre, ni dénoncé précisément les coupables ; or il n 'avait sur le terrain que les chars et hélicoptères d'assaut de l'Onuci et de la force française Licorne..
C'est plus tard que se s'est produit le carnage de la « bataille d'Abidjan » où appuyés par les forces françaises et onusiennes(les forces de l'ONU tirant sur des foules civiles, une grande première mondiale...), les FRCI, mercenaires et dozos ont procédé à des tueries ciblées ethniquement. La chasse aux « BAD »-les peuples Bété, Attié et Dida, par l'armée pro Ouattara, en colonnes infernales en brousse, succédent aux crimes de guerre, fin Mars 2011, contre les Wê de Duekoué, à l'Ouest de la Cote d'ivoire. Sur le millier d'hommes, femmes et enfants de ce peuple supposé pro Gbagbo par les assassins, une association de ressortissants(fondé par Martine Keivao à Paris) a recueilli 1300 dossiers documentés que M° Habiba Touré, du barreau de Paris vient de transmettre à la CPI.
En vain. Car la CPI prend bien le relais de la « justice des vainqueurs » du gouvernement Ouattara à Abidjan. La procureur Bensouda, comme son prédécesseur Ocampo, entretient d 'excellentes relations avec les gouvernements ivoirien et français- qui ont fourni témoignages ou coupures de presse pour le premier, dossiers et documents militaires pour Paris.
Avec une certaine inefficacité, puisque pendant la période préliminaire dite de « confirmation des charges », le prévenu Laurent Gbagbo a failli être libéré pour insuffisance du dossier de l’accusation, en Juin 2013.Il a fallu toute l' insistance des gouvernements Ouattara et Hollance(et dit- on de Laurent Fabius lui même) pour que la CPI offre une seconde chance à l'accusaion de recommencer son travail !
Le Procureur , qui n'a instruit qu'à charge(contrairement aux textes), fait cause commune avec la « représentante des victimes » Paolina Massidda , qui elle ne s 'occupe que de celles du clan Ouattara. Alors que sur les 16000 victimes recensées plus des ¾ sont vraisemblablement le fait des mercenaires et milices de hétéroclite et sanglante armée de Guillaume Soro...
Aussi quand Fatoumata Bensouda et Paolina Massidda se tordaient les mains d' angoisse devant la vue des massacres et se décomposaient à vue d' œil (Bensouda n'acceptera pas d assister, le Mardi, à la riposte des avocats de Blé Goudé), , malgré toutes les précautions prises par une Cour aux ordres, journalistes et ivoiriens dans la salle avaient le sentiment de vivre un grand moment historique, et même un début de catharsis . Antonin Artaud n'affirmait-il pas : « sans un élément de cruauté à la base de tout spectacle, le théâtre n'est pas possible »? Et la tragi-comédie de La Haye risque-sauf accord politique-de continuer ainsi des mois, voire des années.

Michel Galylafrance in Marianne du 20 février 2016

Haut de page