Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je suis poursuivi pour avoir ironisé sur les "blancos" de Valls. Je ne m'inclinerai pas (InformAction)

par Bernard Mezzadri 8 Février 2016, 11:43 Bernard Mezzadri Valls "Blancos" Proces France

Bernard Mezzadri, 56 ans, est maître de conférences à l’université d’Avignon. Mercredi 27 janvier, il est convoqué devant le tribunal correctionnel pour avoir ironisé en reprenant des déclarations de Manuel Valls en 2009 sur les "blancos". Il comparaîtra pour provocation à la haine raciale. Il s’explique sur Le Plus.

Tout remonte à mai dernier, lorsque j’ai appris qu’une rencontre était prévue entre la direction de l’université d’Avignon et le Premier ministre, Manuel Valls.

Sur une liste de discussion interne réservée aux enseignants et aux personnels de l’établissement, j’ai réagi à l’annonce enthousiaste de cet événement.

J’ai voulu tempérer cette exaltation, en ironisant sur certains propos tenus naguère par Monsieur Valls.

"Blancos" ? Une référence aux propos de Valls

C’est dans cet état d’esprit que j’ai posté, sur un espace où tout le monde peut, en principe, s’exprimer librement, le message suivant :

"J'espère qu'en cette grande occasion, la délégation de l'université comptera suffisamment de blancos (et pas trop de basanés) afin de ne pas donner une trop mauvaise image de notre établissement."

Si j’ai écrit cette phrase, c’était en référence ironique aux propos que le Premier ministre lui-même avait tenus en 2009 sur le marché d’Évry, alors qu’il était maire de la ville. Dans une vidéo, on le voyait en effet demander à son équipe de rajouter "quelques blancs, quelques white, quelques blancos".

Je voulais simplement rappeler ces paroles, empreintes de xénophobie, de celui qui était devenu entre-temps Premier ministre.

Dans mon message, j’ai d’ailleurs également qualifié Manuel Valls de "chasseur de Roms". Là aussi, il s’agissait d’une référence aux déclarations du chef du gouvernement, notamment en 2013 quand il assénait :

"Les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie."

Et à la politique acharnée d’expulsion visant cette communauté.

Convocation, assignation… J’étais stupéfait

Mon intention était de recontextualiser la venue du chef du gouvernement dans le cadre très limité d’une discussion entre collègues. Par le biais du sarcasme, je voulais ouvrir le débat sur des questions à mon sens très graves et fondamentales.

Mes propos n’ont suscité aucune réaction au sein de la liste de discussion interne. En revanche, ils ont été remarqués par la direction de l’université. Mais je n’ai reçu aucune convocation de sa part.

J’ai appris par la suite que mes déclarations étaient remontées auprès du rectorat, de deux préfets et du procureur de la République, qui a décidé de se saisir de l’affaire. En juillet, j’ai été convoqué par un officier de police judiciaire. Je me suis expliqué, et pensais naïvement que cela s’arrêterait là. Or à la mi-décembre j’ai reçu une assignation à comparaître.

J’étais stupéfait, a fortiori eu égard au chef d’inculpation retenu, celui de "provocation à la haine raciale".

On cherche à me faire taire

Jamais je n’aurais pu imaginer que cette histoire irait aussi loin. Ce qui me choque particulièrement, c’est que ce signalement et ces poursuites sont totalement contraires à la tradition des universités, qui ont toujours été des espaces de libre-parole.

Où se trouve la liberté d’expression dans tout ça ? J’ai le sentiment qu’on se sert de cette histoire pour me faire taire et que l’on veut faire un exemple. Je pense sincèrement qu’il s’agit d’un simple prétexte pour m’intimider.

Je me suis opposé à la politique de réforme de l’université, notamment à propos de la loi Pécresse, j’ai lutté contre la disparition du latin dans l’enseignement, et on savait bien que je continuerais à le faire : ça a dû jouer en ma défaveur.

Le glissement inquiétant du gouvernement

Je crois que le message qu’on a voulu faire passer est simple : désormais, il n’est plus question de s’exprimer librement à l’université.

Mercredi 27 janvier, je serai donc jugé pour "provocation à la haine raciale" ! Mais il n’est pas question que je me taise. Selon moi, le gouvernement cumule les fautes. Le débat sur la déchéance de nationalité est la confirmation de cette dérive scandaleuse, le plus récent symptôme de son penchant pour une politique xénophobe.

Ce glissement est très inquiétant et, jusqu’à preuve du contraire, je suis en droit d’exprimer la répulsion qu’il m’inspire.

Je refuse de m’incliner

Les accusations portées à mon encontre sont infondées, et je crois que je ne suis pas le seul à le penser, car j’ai reçu beaucoup de soutiens : professeurs, amis, étudiants… Je ne m’y attendais vraiment pas, mais ils s’expliquent parce que les enjeux de cette histoire sont bien plus profonds. Il ne s’agit pas d’une affaire personnelle.

J’assume sans réserve mes propos, car j’estime qu’il faut avoir le courage de défendre certains principes. Au nom de la démocratie, je refuse de m’incliner.

Si je suis condamné demain, ce sera, selon moi, la preuve qu’en 2016, en France, on ne peut plus s’exprimer librement sans risquer des représailles.

Propos recueillis par Louise Auvitu

Sur le web : Procès d'un universitaire pour avoir ironisé sur les "blancos"

Haut de page