Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi Pujadas attribue des images de frappes russes en Syrie à la coalition ? (Russie Politics)

par Karine Bechet-Golovko 12 Février 2016, 20:04 France 2 Propagande Falsification Syrie France Russie

Une fois n’est pas coutume, lorsque les informations touchent la Russie, la machine politico-médiatique tourne bien. Mais là, nous sommes tombés très très bas, dans les bas-fonds peu fréquentables de la propagande bon marché. Cette fois-ci, France 2 et son journaliste vedette David Pujadas ont franchi la ligne rouge en montrant des images truquées de frappes russes en Syrie contre l’état islamique et en les attribuant à la coalition, dans le 20 h présenté par Julian Bugier ce jour là.

Ceux qui ont vus le JT de France 2 le 4 février 2016 ont dû être agréablement surpris : contrairement à ces barbares russes qui frappent n’importe où et n’importe comment, massacrant la population civile et les gentils terroristes opposants au passage, les pays civilisés de la coalition américaine, eux, font des frappes chirurgicales, certes moins nombreuses, mais dont la précision remplace la quantité.

C’est à ce moment du discours que les membres du Parti doivent tous comme un seul homme, se lever, la larme à l’oeil, pour applaudr bien fort.

Voici en substance le message, pas vraiment subtil, diffusé au JT de David Pujadas sur France 2 et présenté ce jour-là par Julian Bugier. Et pour illustrer tout cela, des images évidemments. Mais des images de frappes russes présentées comme portées par la coalition. Or, pour des frappes russes, donc devant tuer un bon millier de civils (chiffre sorti d’un joli chapeau), celles-ci sont extrêmement précises, je dirais même « chirurgicales », bizarre. Pas si barbares ces russes, finalement … Seulement, pour pouvoir les attribuer à la coalition, les sous-titres en cyrillique ont été gommés, et près nettoyage et maquillage, elles furent resservies à nos/vos yeux ébahis d’admiration. Nous sommes forts, quand même ? Nous frappons bien ! Le bon peuple doit être rassuré. Le bon peuple est rassuré. Les affaires peuvent continuer.

Rien à voir avec les déclarations de Kerry ou de Merkel, demandant instamment à la Russie de cesser les frappes pour protéger la population civile et les gentils terroristes, certainement ceux qui vendent le pétrole à la Turquie ou qui sont formés par des instructeurs payés par le Congrès américain, qui n’a d’ailleurs pas apprécié les résultats et remet en cause le programme de financement de cette « opposition » qui recule devant la Russie et Assad.

A propos des Etats Unis. Il faut rendre à César ce qui est à César : France 2 n’a pas innové. Et, oui, ici aussi, il a fallu copier une technique déjà utilisée outre-Atlantique. Puisque en novembre dernier, la chaîne PBS avait déjà utilisé des images de frappes russes pour les attribuer à l’aviation américaine.

A partir de deux fois, cela n’est plus une erreur, c’est une politique. Toutefois, l’ambassadeur russe à Paris, A. Orlov, déclare à l’agence d’information russe Ria Novosti, qu’il y a peu de chances que la Russie ne donne de suite judiciaire à cette manipulation, car il s’agit avant tout d’un problème éthique. Et ce serait faire trop de publicité à une chaîne qui ne le mérite pas.

Certes, cette position est respectable et force le respect. Mais encore faudrait-il que les responsables de cette « farce » ait une conscience. Toutefois, la manipulation a été volontairement faite, car il a bien fallu « nettoyer » les images. Soit le journaliste vedette D. Pujadas n’était pas courant et l’on peut se demander en fait quel est son rôle. Car il se rapprocherait alors plus d’un perroquet, répétant, sans avoir la possibilité de s’interroger, un texte pré-digéré. Soit il était au courant et c’est une faute professionnelle grave. Dans les deux cas, il n’a plus sa place au JT. A moins, qu’il n’ait exécuté des ordres.

Mais voyons, la France, patrie des droits de l’homme, de la liberté, etc, etc, etc. Serait-il possible que la télévision d’état ne soit devenue qu’un simple instrument de propagande ?

Comme disait Coluche :
« Les journalistes ne croient pas les mensonges des hommes politiques, mais ils les répètent. C’est pire. »

David Pujadas, reporter incontournable, présente le JT de 20H sur France 2 depuis 2001, il est le journaliste des Présidents, de formation à Sciences Po et qualifié de « bagarreur » par certains de ses collègues. Remplacé parfois, pas de chances. Personnellement, il y a quelque chose qui m’échappe. On a envie de demander : tout ça pour ça ? Lorsqu’il est devenu journaliste, c’était vraiment pour finir comme ça, comme simple caution propagandiste ? Quitter l’Espagne de la dictature dans les années 60 pour la liberté et finalement contribuer à instaurer une dictature de la pensée. Triste destin.

Karine Bechet-Golovko

Haut de page