Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Congo : la police disperse violemment 200 personnes près d'un bureau de vote (AFP)

par AFP 20 Mars 2016, 20:58 Congo-Brazzaville Elections Repression Police Sassou Nguesso Dictature

Congo : la police disperse violemment 200 personnes près d'un bureau de vote (AFP)
Congo : la police disperse violemment 200 personnes près d'un bureau de voteAFP 

 

 

La police anti-émeute congolaise a dispersé dimanche soir à coup de grenades lacrymogènes près de 200 personnes rassemblées autour d'un bureau de vote du sud de Brazzaville qui insistaient pour entrer afin d'assister de près au dépouillement des urnes, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Vers 18h30 (17h30 GMT), plusieurs dizaines de policiers lourdement armés ont tiré une dizaine de grenades lacrymogènes et pourchassé brièvement ces jeunes partisans du candidat d'opposition Guy-Brice parfait Kolélas jusqu'à ce qu'ils évacuent les lieux. Les policiers ont battu à coup de matraques un petit groupe de personnes qui tentaient de s'échapper et ont embarqué une personne à bord d'un de leurs véhicules.

Ce bref épisode de violence semble avoir été un cas isolé à l'issue d'une journée électorale qui s'est déroulée dans le calme dans la capitale congolaise.

A l'issue du dépouillement dans ce bureau de vote du centre électoral Angola Libre de la commune de Makélékélé, auquel a assisté un journaliste de l'AFP, M. Kolélas a recueilli 92,5% des suffrages exprimés contre 7% pour le président sortant Denis Sassou Nguesso.

Avertissement : victime de son succès (quelques milliers de visiteurs par jour), le blog de SLT subit une forme de censure sur le web depuis quinze jours. Il est présenté sur les navigateurs comme "potentiellement dangereux", ou comme une "contrefaçon" dissuadant les lecteurs de s'y rendre. Nous avons par conséquent perdu des milliers de lecteurs et sommes descendu à quelques centaines par jour rendant plus confidentiel le blog mais la lutte pour une information libre continue sur la prédation néocoloniale, le colonialisme, le racisme et l'impérialisme.

Haut de page