Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Esclavage et réparations : des associations guadeloupéennes assignent l’État français (JAI)

par JAI 4 Mars 2016, 19:21 France Esclavage Reparations Assignation Antilles Guadeloupe

Le tribunal de Pointe-à-Pitre devait examiner ce vendredi l'assignation déposée contre l'État français par plusieurs associations guadeloupéennes. En cause : l'indemnisation des colons, au moment où la France abolissait l'esclavage, au détriment des victimes de ce crime contre l'humanité.

À l’heure d’abolir définitivement l’esclavage, en 1848, la France n’avait pas indemnisé les esclaves, mais uniquement les esclavagistes. Aussi depuis quelques années, la question – sensible – des réparations financières qui pourraient être versées par la République françaises aux descendants d’esclaves ne cesse de rebondir.

« L’Assemblée nationale réglera la quotité de l’indemnité qui devra être accordée aux colons », stipulait l’article 5 du décret-loi du 27 avril 1848. Un an plus tard, la loi d’indemnisation des colons fixait leur préjudice, pour la perte de 247.810 esclaves, à la somme de 123.784.426 de francs or. L’équivalent de 4,4 milliards d’euros, selon l’historien et écrivain Claude Ribbe, spécialiste de cette période.

Réparation

En mai 2015, Liyannaj Kont Profitasyon (LKP Guadeloupe), l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG), la Fondation Frantz-Fanon, et le Collectif de l’ouest de Sainte-Rose et environs (Cose) déposaient une assignation contre l’État français pour demander réparation des « politiques criminelles de colonisation et de mise en esclavage en Guadeloupe ». Dans leur requête, les organisations réclament la désignation d’un « collège d’économistes, d’historiens, de démographes et d’agronomes chargé de fournir tous les éléments d’appréciation du préjudice économique et social causé aux populations de Guadeloupe ». Elles entendent également obtenir la condamnation de l’État français au « paiement d’une provision de 200.000 euros à chaque requérant afin de constituer un organe de travail dédié à l’étude et à l’évaluation du préjudice ». Une première audience devait se tenir ce 4 mars, à 8 heures locales, au tribunal de Pointe-à-Pitre.

Questions prioritaires de constitutionnalité

Au-delà de cette requête, l’assignation des associations guadeloupéennes s’accompagne de deux Questions prioritaires de constitutionnalité qu’elles entendent voir transmises au Conseil constitutionnel. Selon elles, l’inégalité de traitement entre anciens esclaves et anciens colons dans les textes de 1848 et 1849 sont en effet contraires aux dispositions de la Constitution. Il convient donc de les abroger, « avec toutes les conséquences que cela suppose »...

Lire la suite

Avertissement : nous tenons à préciser aux lecteurs que ce site est entièrement gratuit, nous ne recevons aucun argent de la publicité et ne souhaitons pas en recevoir. La publicité sur ce blog est choisie par l'hébergeur pour son compte, nous ne pouvons être tenus responsables de la nature et du type de publicité diffusée ! (SLT)

Haut de page