Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jamal Maarouf : «l’Armée syrienne libre est sous la coupe d’Al-Nosra » (Le Monde)

par Le Monde 21 Mars 2016, 09:13 Syrie ASL Al-Nosra Al-Quaïda Terrorisme Collaboration

Au sein de l’opposition syrienne, le nom de Jamal Maarouf suscite des commentaires diamétralement opposés. Certains sont reconnaissants à cet ex-ouvrier du bâtiment, qui commanda le Front des révolutionnaires syriens (FRS), une brigade rebelle modérée, d’avoir été le principal artisan de « la deuxième révolution syrienne », à savoir l’expulsion des djihadistes de l’Etat islamique (EI) des provinces d’Idlib, de Hama et de la ville d’Alep, en janvier 2014.

Lire aussi : Syrie : comment la CIA a négligé les renseignements fournis par les rebelles sur la montée des djihadistes

D’autres, vouent aux gémonies ce chef de guerre de 41 ans, éphémère favori de l’Arabie saoudite et des Américains, qui a sali l’image de la révolution et contribué à affaiblir son bras militaire, l’Armée syrienne libre (ASL), en se livrant à des exactions dans les régions sous son contrôle. Depuis son exil forcé en Turquie, à l’automne 2014, suite à l’écrasement de ses troupes par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaida, Jamal Maarouf était resté quasiment silencieux. Le Monde l’a rencontré en janvier dans une banlieue du sud de la Turquie où il réside...

...Quels types de soutien receviez-vous du MOM ?

Un soutien financier essentiellement. De juillet à octobre 2014, on a reçu chaque mois la somme de 250 000 dollars, à diviser entre 4 500 combattants, soit environ 50 dollars par personne. Le soutien militaire était plus faible. Ils nous fournissaient des balles principalement. On avait déjà des armes, qui provenaient pour l’essentiel des entrepôts du régime, dont nous nous étions emparés. Nous avons reçu une seule cargaison de missiles anti-tanks TOW [livrés par l’Arabie saoudite, avec l’assentiment de la CIA]. Il y en avait dix. L’offensive contre l’EI, en janvier 2014, a été menée sans le moindre soutien international. Pas une seule brigade de l’ASL n’a pu rééditer ce que nous avons fait à cette époque. Car aujourd’hui, l’ASL est sous la coupe de Nosra.

Lire aussi : Mohammad Ghannam, le révolutionnaire syrien que Paris et Wasington veulent accueillir (1/10) #Syrie5ans

Que voulez-vous dire ?

Les chefs actuels de l’ASL sont obligés de composer avec Nosra, qui prélève une partie de l’aide humanitaire et militaire qui leur est envoyée. Les leaders de Nosra leur laissent les missiles TOW car ils ne sont pas bêtes. Ils savent que s’ils les saisissent, les livraisons cesseront aussitôt. Et ils ont besoin de ces missiles pour détruire les tanks du régime. En gros, Nosra dit à l’ASL où et comment les utiliser. Les principaux chefs de l’ASL, comme Farès Bayoush et Ahmed As-Saoud [le chef de la « divison 13 », dont les bases à Maaret Al-Nouman ont été récemment saisies par Nosra] sont obligés de se faire tout petits. L’ASL est terriblement handicapée, mais c’est toujours mieux que rien...

Lire la suite


Avertissement : victime de son succès (quelques milliers de visiteurs par jour), le blog de SLT subit une forme de censure sur le web depuis quinze jours. Il est présenté sur les navigateurs comme "potentiellement dangereux", ou comme une "contrefaçon" dissuadant les lecteurs de s'y rendre. Nous avons par conséquent perdu des milliers de lecteurs et sommes descendu à quelques centaines par jour rendant plus confidentiel le blog mais la lutte pour une information libre continue sur la prédation néocoloniale, le colonialisme, le racisme et l'impérialisme.

Haut de page