Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Le procès de Laurent Gbagbo est une caricature » (InvestigAction)

par Odile Tobner et Olivier A. Ndenkop 20 Mars 2016, 14:29 Laurent Gbagbo Côte d'Ivoire Françafrique CPI Proces Colonialisme Articles de Sam La Touch

« Le procès de Laurent Gbagbo est une caricature » (InvestigAction)
« Le procès de Laurent Gbagbo est une caricature »
Par Odile Tobner et Olivier A. Ndenkop
InvestigAction
 

 

 

Agrégée des Lettres classiques, Odile Tobner est une intellectuelle engagée. L’épouse de l’écrivain camerounais Mongo Béti (disparu en 2001 !) a publié plusieurs livres et dirigé l’Association Survie qui lutte contre la Françafrique et ses méfaits.


 

Qu’est-ce qui vous a motivée à rééditer les deux livres de Mongo Béti que sont : Mission terminée et Le roi miraculé, des livres publiés il y a près de 60 ans ?

Ils ont été longtemps disponibles parce que pendant un certain temps l’éditeur Buchet les a réimprimés. Ils auraient dû l’être en permanence, comme d’autres titres de Mongo Beti, plus anciens. Les nouveaux propriétaires des éditions Buchet/Chastel n’ont pas voulu les rééditer. Nous avons récupéré les droits et réédité nous-même ces deux ouvrages qui manquaient.
 

Vous arrivez au Cameroun au moment où le paysage socio-politique est divisé pratiquement en deux camps. On a d’un côté ceux qui invitent le président Paul Biya, 83 ans, à se représenter à la présidentielle de 2018 et en face, ceux qui s’y opposent. Quelle est votre position dans ce débat ?

Elle n’est pas difficile à deviner. Si on consulte la totalité des plus de 20 millions de Camerounais, je doute fort qu’il en ait plus de 50% qui soient pour que Biya fasse un nouveau mandat étant donné que c’est un octogénaire, qui est au pouvoir depuis 34 ans. Non c’est tout à fait excessif et c’est vraiment le grand facteur d’immobilisme du Cameroun, figé depuis des années et qui ne progresse pas du tout, comme on le constate. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de gens à part ceux qui profitent du régime (une très petite minorité) qui souhaitent que M. Biya reste au pouvoir après 2018.
 

Vous avez été présidente de l’ONG Survie. Les deux derniers présidents français à savoir Nicolas Sarkozy et François Hollande ont annoncé la fin de la Françafrique. Pensez-vous que celle-ci soit aujourd’hui morte et enterrée ?

Longtemps avant Sarkozy il y avait des journalistes complaisants et des hommes politiques qui disaient que la Françafrique c’était terminé. Pratiquement depuis que François-Xavier Verschave a publié son livre intitulé La françafrique à la fin des années 90, tout le monde a crié en disant « la françafrique a peut-être existé, mais ça n’existe plus ». Donc ça fait au moins 20 ans qu’on a enterré la Françafrique. Mais elle est bien vivante et elle remue encore beaucoup. Non. La Françafrique c’est un système qui perdure même s’il change d’aspect. Sous Foccart c’était une Françafrique affichée, avec l’ingérence directe de la coopération, et la circulation des valises de billets, maintenant c’est la Françafrique, tout aussi impérialiste, des multinationales, la Françafrique des affaires et des commissions. Le ministre des Affaires étrangères français devient un commis-voyageur des intérêts privés français, ce qui était d’ailleurs déjà le rôle de l’Etat sous la colonisation. La Françafrique demeure aussi par ses interventions militaires puisque la France est très présente militairement en Afrique et de plus en plus d’ailleurs. C’est loin d’être le recul annoncé, aujourd’hui sa présence est plus envahissante qu’il y a quelques années. Donc la Françafrique est bien vivante. Elle doit être observée, étudiée, critiquée. Et nous demandons plus que jamais qu’on passe à de nouvelles relations avec l’Afrique.
 

Dans une précédente interview accordée à Investig’Action, vous indiquiez que « la morale et la dignité voudraient que Blaise Compaoré soit jugé au Burkina Faso ». Depuis le mois de février 2016, l’ancien président du Faso est officiellement Ivoirien. Que pensez-vous de cette naturalisation ?

Elle est d’un cynisme absolu. C’est une manipulation grossière pour échapper à la justice. Compaoré a fui le Burkina Faso exfiltré par l’armée française vers la Côte-d’Ivoire et Ouattara n’a rien à lui refuser puisque c’est grâce à Compaoré qu’il est devenu président en Côte-d’Ivoire. La rébellion qui est apparue en 2002 et la tentative de Coup d’Etat pour chasser M. Gbagbo étaient pilotées depuis le Burkina Faso. C’est évident. Guillaume Soro et tous les chefs de la rébellion ont des villas somptueuses à Ouagadougou qui était leur base arrière. La Côte-d’Ivoire en 2002 a été attaquée de l’étranger. Il ne s’agissait pas d’une mutinerie à l’intérieur de l’armée ivoirienne, mais d’un complot ourdi de l’étranger. Les accords de défense qui existaient entre la France et la Côte-d’Ivoire obligeaient donc les Français à rétablir la Côte-d’Ivoire dans ses limites. Ce qu’ils n’ont pas fait, étant donné que le coup d’Etat était fait par leur protégé.

Il y a donc eu cette ligne de démarcation, cette interposition qui n’en était pas une et tous les troubles et les douleurs qui ont été engendrés pour les Ivoiriens pendant 10 ans. La France a achevé en 2011 ce qu’elle n’avait pas pu faire en 2002 avec la rébellion ; c’est-à-dire éliminer Gbagbo.
 

Aujourd’hui, Laurent Gbagbo est poursuivi par la Cour pénale internationale. Ce qui n’est pas le cas des autres protagonistes de la crise postélectorale ivoirienne de 2011, à l’instar de Ouattara, Soro et les autres. Que pensez-vous de la CPI ?

La CPI se ridiculise et perd toute crédibilité. Le procès de Gbagbo est une caricature puisque la procureure n’a pas réussi dans un premier temps à constituer un dossier qui tienne la route. Les crimes prétendus de génocide ne passent pas quand même inaperçus ! Qu’elle manque à ce point de preuves, c’est déjà un désaveu. Et elle n’a guère pu étoffer son dossier après. Donc ce qu’on voit se tramer c’est une comédie ridicule avec des témoins ridicules. En faisant traduire Gbagbo à la Haye, évidemment avec l’accord et la complicité de la France qui le manipule aussi, Ouattara se débarrasse d’un homme politique très populaire et qui a été le seul à essayer de conduire la Côte-d’Ivoire vers une plus grande indépendance à l’égard de la tutelle néocoloniale.
 

Comprenez-vous la position de certains chefs d‘Etats africains qui envisagent une sortie collective du Traité de Rome qui fonde la CPI ?

Je pense qu’elle est justifiée. L’ensemble des poursuites engagées jusqu’à présent se fait uniquement contre des Africains alors que des chefs d‘Etats d’autres parties du monde commettent, par leurs armées interposées, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Donc là il y a une partialité évidente. Je viens d’apprendre avec stupéfaction qu’on a traduit devant la Cour Pénale Internationale un chef touareg qui serait l’auteur des dégradations des monuments dans le nord du Mali. Franchement c’est grotesque ! Les plus splendides monuments de la Perse ancienne ont été rasés à Bagdad par les bombardements américains. Les grands musées de Bagdad qui étaient remplis de pièces uniques ont été pillés à l’occasion de la prise de la ville par les Américains et tout çà est passé dans le silence complet. Donc s’il y a des destructeurs, des profanateurs avant ce Touareg qui a démoli quelques tombeaux, ce sont les Américains. La guerre qu’ils ont faite en Irak a détruit des vestiges inestimables de la Perse ancienne.
 

Le nombre de réfugiés qui frappent aux portes de l’Europe ne cesse d’augmenter, ainsi que le nombre de personnes mortes durant le trajet. A votre avis qui est responsable de cette situation ?

Les gens qui bombardent la Syrie. Les gens qui ont détruit l’Irak et l’Afghanistan puisque ce sont des Afghans, des Irakiens, des Syriens en masse qui fuient leur pays dévasté, livré aux factions. Qui a été mettre le feu de la guerre dans ces pays ? Et le résultat maintenant ce sont ces populations misérables qui fuient ce désastre.
 

Avez-vous un message à l’endroit des jeunes africains en particulier ?

Franchement je ne me vois pas délivrer des messages. Mais j’observe simplement que les jeunes Africains sont assez lucides eux-mêmes sur ce qu’ils subissent et ne croient plus tout et n’importe quoi. Ils sont très critiques aujourd’hui et il en sortira sûrement des choses meilleures pour eux à l’avenir.
 

A votre avis est-ce que le point de vue des femmes est suffisamment pris en compte au niveau des instances décisionnelles des différents pays africains ?

C’est comme les jeunes ou comme le peuple. Est-ce que les Camerounais en général ont voix au chapitre, quel que soit leur âge ou leur sexe ? Est-ce qu’ils décident de leur sort ? C’est à vous de répondre puisque les femmes ont le droit de vote comme les hommes. C’est l’ensemble des Africains qui n’ont pas voix au chapitre. Les femmes jouissent de droits théoriques comme tout le monde et cela reste une théorie. Mais en pratique elles sont inférieures encore, comme en Europe d’ailleurs. La représentation des femmes n’est pas fameuse au parlement français par exemple. Notre société soi-disant égalitaire, n’est pas du tout égalitaire avec les femmes.

Peut-être que les Africaines d’une certaine façon sont plus indépendantes, sur beaucoup de points, que les Européennes. Il faut voir le vécu, la façon de vivre. Moi je vois que les femmes ont beaucoup de responsabilités pratiques en Afrique. C’est sur elles que reposent les familles. Elles sont les maîtresses du sort des futures générations. Leur place est importante et elles ont de l’autorité, de la combativité, souvent plus que les hommes. La pratique sociale fait que les gens fabriquent leur propre pouvoir.

Source : Le Journal de l’Afrique 19 : Deux poids deux mesures

MAJ, le 18.03.16.

Avertissement : victime de son succès (quelques milliers de visiteurs par jour), le blog de SLT subit une forme de censure sur le web depuis quinze jours. Il est présenté sur les moteurs de recherche comme "potentiellement dangereux", ou comme une "contrefaçon" dissuadant les lecteurs de s'y rendre. Nous avons par conséquent perdu des milliers de lecteurs et sommes descendu à quelques centaines par jour rendant plus confidentiel le blog mais la lutte pour une information libre continue sur la prédation néocoloniale, le colonialisme, le racisme et l'impérialisme.

Haut de page