Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Etats-Unis envoient un porte-avions défier la Chine en mer de Chine méridionale (WSWS)

par Peter Symonds 7 Mars 2016, 09:34 USA Chine Impérialisme Mer de Chine

Les Etats-Unis envoient un porte-avions défier la Chine en mer de Chine méridionale (WSWS)

Les États-Unis ont envoyé, en guise d’avertissement direct à la Chine, un porte-avions, l’USS John C. Stennis, ainsi que deux destroyers et deux croiseurs en mer de Chine méridionale. Si le Pentagone a minimisé l’importance de cette massive démonstration de force, suggérant une routine, le Navy Times a lui, souligné l’objectif des opérations en intitulant son article: « Les États-Unis viennent d’envoyer un groupe d’attaque porte-avions pour faire front à la Chine. »

Le groupe d’attaque Stennis comprend les destroyers USS Chung-Hoon et USS Stockdale et le croiseur USS Mobile Bay. Un second croiseur, l’USS Antietam, est également dans la région en route vers les Philippines, tout comme le navire de commandement USS Blue Ridge, qui a rencontré le Stennis avant son entrée en mer de Chine méridionale. Loin de simplement passer dans la région, l’unité d’attaque Stennis entreprend depuis quatre jours des exercices et des patrouilles dont 266 sorties d’avions de combat.

L’envoi d’une unité aéronavale d’attaque fait suite à une campagne croissante de condamnations et de provocations durant l’année passée contre la récupération de terres et la prétendue militarisation d’ îlots administrés par la Chine en mer de Chine méridionale. L’intervention de Washington dans les différends maritimes entre la Chine et ses voisins fait partie de sa stratégie générale du « pivot vers l’Asie » et du renforcement militaire dirigée contre Pékin dans toute la région.

À ce jour, le Stennis et les navires de guerre qui l’accompagnent ne semblent pas avoir pénétré dans la limite territoriale de 12 milles marins autour des atolls administrés par la Chine dans ces eaux. Mais comme le notait le Navy Times, la marine américaine a déjà envoyé de manière provocante dans les eaux territoriales chinoises deux destroyers lance-missiles, l’USS Lassen en octobre dernier et l’ USS Curtis Wilbur en janvier, des opérations menées en vertu la prétendue liberté de navigation.

L’arrivée du groupe d’attaque Stennis suit une série de déclarations incendiaires la semaine dernière de hauts responsables américains, dont le secrétaire à la Défense Ashton Carter et l’Amiral Harry Harris, chef du Commandement américain du Pacifique (PACOM) qui ont plaidé pour une augmentation des dépenses militaires devant des commissions du Congrès. Le Pentagone prévoit de déployer dans le cadre du « pivot » 60 pour cent de ses navires de guerre et avions militaires dans la région Asie-Pacifique d’ici 2020.

Leur témoignage devant le Congrès coïncidait avec des révélations opportunes et exagérées dans les médias que l’armée chinoise avait envoyé missiles et combattants antiaériens à Woody Island et construisait des installations radar sur un autre îlot. L’Amiral Harris a accusé la Chine de militariser la mer de Chine méridionale et dit que la marine américaine ferait plus d’« opérations de liberté de navigation » et avec une plus grande complexité dans l’avenir.

Dans un discours prononcé mardi, Carter a critiqué la Chine pour avoir « placé des systèmes ‘anti-accès’ et des avions militaires sur une île contestée » et averti que: « ces activités ont le potentiel d’augmenter le risque d’une erreur de calcul et les conflits entre États réclamant. » Pour souligner l’avertissement, il a carrément exigé que : « la Chine… ne poursuive pas la militarisation en mer de Chine méridionale, » et dit : « Les actions spécifiques auront des conséquences spécifiques. »

À New Delhi le 2 mars, l’amiral Harris a proposé la formation d’une coalition stratégique quadrilatérale, impliquant les États-Unis, l’Inde, le Japon et l’Australie, pour contrer la Chine, et sauvegarder « l’ordre mondial fondé sur des règles qui a si bien servi cette région. » Le système international fondé sur des règles est devenu le slogan souvent répété d’un ordre mondial dominé par les États-Unis et dans lequel Washington fixe les règles.

L’entrée du groupe d’attaque Stennis en mer de Chine méridionale devait aussi coïncider avec l’ouverture le 4 mars du Congrès annuel national du Peuple en Chine. Les responsables chinois ont rejeté l’assertion des États-Unis que la Chine était en train de militariser. La porte-parole du Congrès Fu Ying a déclaré : « L’accusation peut conduire à une mauvaise estimation de la situation. Si vous regardez la question de près, ce sont les États-Unis qui envoient les avions et les navires militaires les plus avancés dans la mer de Chine méridionale. »

Un commentaire publié le 4 mars par l’agence de presse d’Etat Xinhua accuse les États-Unis de faire monter les tensions en mer de Chine méridionale et souligne cette évidence que la Chine dépend de la liberté de navigation dans ces eaux pour le commerce avec l’Afrique et le Moyen-Orient. « En tant que pays fortement tributaire de cette importante voie navigable, la Chine est le dernier pays au monde à souhaiter des turbulences en mer de Chine méridionale, » dit-il.

La détermination de Washington à maintenir la « liberté de navigation » pour ses navires de guerre dans ces eaux est liée à ses préparatifs de guerre avec la Chine. La stratégie de combat « AirSea » du Pentagone envisage des frappes massives aériennes et de missiles sur le continent chinois à partir des navires de guerre, des sous-marins et des bases de l’ouest du Pacifique, complétés par un blocus économique coupant les importations vitales de matières premières et d’énergie de la Chine.

Le contrôle de la mer de Chine méridionale est vital pour deux éléments de cette stratégie de guerre : elle est voisine des bases militaires clés du sud de la Chine comme les installations navales de l’île d’Hainan et en même temps elle se trouve à cheval sur les routes maritimes menant, via l’Asie du Sud-Est, vers l’Afrique et le Moyen-Orient.

La réponse de la direction chinoise au « pivot » des États-Unis est conditionnée par les intérêts de classe qu’elle représente: ceux d’une élite super-riche qui s’est elle-même enrichie au détriment de la classe ouvrière à travers le processus de la restauration capitaliste. Tout en recherchant sans cesse un accommodement avec l’impérialisme américain, le Parti communiste chinois renforce sa propre armée et attise le nationalisme chinois qui divise et sépare les travailleurs de Chine de ceux du reste de l’Asie et du monde entier.

Le caractère délibéré de l’intervention du Stennis en mer de Chine méridionale est souligné par le fait que le groupe a dévié, pour aller dans cette zone, de sa route de la côte ouest des États-Unis vers la Corée du Sud où il participera aux manœuvres conjointes Key Resolve/Foal Eagle. Les exercices de la Corée du Sud et des États-Unis, impliquent cette année des centaines de milliers de soldats appuyés par des blindés, de l’artillerie, des navires et des avions de guerre. Ils répéteront une nouvelle stratégie commune impliquant des frappes préventives de la Corée du Nord, dont l’assassinat de ses hauts dirigeants.

Le passage du porte-avions d’une poudrière en Asie du Sud-Est à un autre en Asie du Nord-Est et d’une provocation à une autre, est une manifestation de l’envergure des préparatifs américains de guerre contre la Chine et de leur caractère irresponsable. Une erreur de calcul ou un faux pas a le potentiel de déclencher un conflit aux conséquences terribles pour toute l’humanité.

(Article paru d’abord en anglais le 5 mars 2016)

Avertissement : nous tenons à préciser aux lecteurs que ce site est entièrement gratuit, nous ne recevons aucun argent de la publicité et ne souhaitons pas en recevoir. La publicité sur ce blog est choisie par l'hébergeur pour son compte, nous ne pouvons être tenus responsables de la nature et du type de publicité diffusée ! (SLT)

Haut de page