Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PREUVES DÉCLASSIFÉES : DES SOLDATS US ONT VIOLÉ DES GARÇONS DEVANT LEURS MÈRES (The Antimédia)

par The Antimedia 5 Mars 2016, 14:17 USA Armée US Torture Barbarie Preuves declassifiees

PREUVES DÉCLASSIFÉES : DES SOLDATS US ONT VIOLÉ DES GARÇONS DEVANT LEURS MÈRES (The Antimédia)
PREUVES DÉCLASSIFÉES : DES SOLDATS US ONT VIOLÉ DES GARÇONS DEVANT LEURS MÈRES The AntimédiaTraduction 
par Le Bonnet des Patriotes  
Lu sur alterinfo.net
 

 

Selon un certain nombre de sources médiatiques mainstream, le Pentagone cherche à cacher une vidéo troublante qui n’a pas été rendue publique avec le reste du rapport sur la torture.



Selon plusieurs journalistes renommés dont Seymour Hersh, l’horrible vidéo a été enregistrée à Abou Ghraib, le notoire cachot de torture US en Irak qui avait fait les gros titres il y a à peu près une décennie, quand les méthodes inhumaines employées dans cette prison ont été exposées.

Malheureusement, il semble que les preuves dévoilées il y a des années ne faisaient qu’égratigner la surface.



Alors que la vidéo est toujours confidentielle, Hersh affirme que ce n’est qu’une histoire de temps avant sa sortie.



Livrant un discours à l’ACLU (Union US des Libertés Civiques, American Civil Liberties Union, ndlr) la semaine dernière, après que le rapport sur la torture ait été initialement publié, Hersh a fait quelques allusions à ce qui se trouve sur la vidéo secrète du Pentagone.
 



Lors du passage le plus révélateur de son discours il a dit que :



"En débattant dessus, ummm… Certaines des pires choses qui se sont passées et que vous ne connaissez pas, ok? Des vidéos, um, il s’y trouve des femmes. Certains d’entre vous ont peut-être lu qu’elles faisaient sortir des lettres, des communications à leurs hommes. Ceci est Abou Ghraib… Les femmes faisaient sortir des messages qui disaient, « S’il te plaît viens me tuer à cause de ce qui s’est passé » et en fait ce qui s’est passé est que ces femmes avaient été arrêtées avec de jeunes garçons, des enfants dans des cas qui ont été enregistrés. Les enfants ont été sodomisés avec les caméras en action. Et le pire de tout est la bande sonore des garçons en train de hurler et que possède votre gouvernement. Ils sont dans la terreur totale. Cela va sortir. »



C’est impossible de vous dire comment en sommes-nous arrivés là? Qui sommes-nous? Qui sont les gens qui nous y ont envoyés? Quand j’ai fait Mỹ Lai  j’ai été très troublé comme n’importe qui dans son état normal par ce qui s’était passé. Je me suis retrouvé dans quelque chose que j’ai écrit à la fin j’ai écrit que les gens qui ont commis ces meurtres étaient autant des victimes que les personnes qu’ils ont tuées à cause des cicatrices qu’ils avaient, je peux vus raconter certaines des histoires personnelles de certains qui étaient dans ces unités et qui ont été témoins de ça. Je peux aussi vous dire que des plaintes écrites ont été adressées aux officiers les plus gradés et donc nous avons affaire à une quantité énorme de comportements criminels qui a été étouffée au plus haut niveau là-bas et plus haut, et nous devons l’obtenir et nous l’aurons. Nous l’aurons. Vous savez qu’il y en a suffisamment là dehors, ils ne peuvent (applaudissements)… Donc cela va être une année d’élections intéressante. »"





Mis en rapport avec un autre discours que Hersh a donné plus tôt cette année, il devient évident que les femmes qui ont été témoins de ces jeunes garçons se faisant violer étaient en réalité leurs mères.





Pendant un discours à Chicago en juin dernier Hersh a été cité disant :



"Vous n’avez pas encore commencé à voir les choses horribles faites aux enfants de femmes détenues, alors que les caméras tournaient."



D’autres articles du Guardian de Londres évoquaient aussi de jeunes détenus irakiens se faisant brutalement violer par des soldats US.





Il y a dix ans quand le scandale initial d’Abou Ghraib était aux infos, le Guardian avait publié le témoignage d’un détenu d’Abou Ghraib qui aurait été témoin de l’une de ces agressions brutales.



L’ancien détenu Kasim Hilas a dit dans son témoignage :



"J’ai vu [nom occulté] baiser un gosse, son âge devait être entre 15 et 18 ans. Le gosse avait très mal et ils ont recouvert toutes les portes de draps. Quand ensuite j’ai entendu les hurlements j’ai grimpé à la porte parce qu’en haut elle n’était pas recouverte et j’ai vu [occulté], qui portait l’uniforme militaire mettant sa bite dans le cul du petit gosse, je ne pouvais pas voir le visage du gosse parce que son visage n’était pas devant la porte. Et la femme-soldat prenait des photos."

 

Aujourd’hui, plus d’une décennie plus tard les preuves de ces évènements commencent à émerger, mais le Ministère de la Défense [US] fait encore de son mieux pour le garder sous le radar. C’est pourquoi maintenant plus que jamais, il est important de maintenir la pression et forcer la publication de ces preuves, pendant que le rapport [du Sénat US] sur la torture est toujours frais dans les esprits de la population en général.
 

 





Source: The anti media

Haut de page