Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tensions aux sommets franco-britannique et franco-allemand (WSWS)

par Francis Dubois 7 Mars 2016, 16:18 France Grande-Bretagne Allemagne Tensions UE

Tant le sommet franco-britannique du 3 mars à Amiens que la rencontre entre Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel à Paris le lendemain sont symptomatiques des énormes tensions qui se développent entre les principaux pouvoirs impérialistes européens.

Intitulée « 34e rencontre franco-britannique » la rencontre entre Hollande et le premier ministre britannique Cameron, accompagnés de leurs ministres des Affaires étrangères et de la Défense respectifs, était lourde de symboles et ses décisions de conséquences. On associa la rencontre à une commémoration de la « bataille de la Somme », une des plus meurtrières de la Première Guerre mondiale et on mit l’accent sur le « sacrifice » franco-britannique.

Remarquable était l’absence, dans une telle cérémonie, de tout représentant du gouvernement allemand, les pertes allemandes, presque un demi-million d’hommes, ayant été dans cette bataille à la hauteur de celles des forces de l’entente, mais aussi les déclarations officielles. Hollande a dit à la conférence de presse conjointe au Musée d’Amiens, « Je rappelle que le Commonwealth avait donné un lourd tribut, avait payé un lourd sacrifice, pour que notre pays puisse être défendu et pour que la liberté puisse être préservée. Une fois encore, je veux saluer la mémoire de ces soldats tombés. »

Le sommet était principalement axé sur le renforcement des liens militaires entre la France et le Royaume-Uni. Les représentants des deux pays ont insisté sur l’importance de la coopération militaire et ont résolu toute une série de mesures dans ce domaine.

La déclaration commune dit: « La France et le Royaume-Uni sont les principaux garants de la sécurité de l’Europe et les plus grands investisseurs européens en matière de défense. Notre partenariat stratégique de défense est essentiel pour nous permettre d’atteindre nos objectifs communs partout dans le monde. »

La déclaration annexe sur la « sécurité et la défense » qui contient les mesures spécifiques de coopération militaire réaffirme l’importance du traité franco-britannique de Lancaster House, signé en 2010, qui est qualifié « d’ambition inédite ». Elle précise que « la relation de défense bilatérale, déjà riche, s’est encore intensifiée…Nous sommes déterminés à lui faire franchir en 2016 une nouvelle étape. »

Les mesures comprennent entre autre le développement renforcé d’armements communs dont un programme de 2 milliards de Livres destiné au développement d’un drone militaire. Un autre projet est la construction d’un corps expéditionnaire commun de 7000 hommes qui réalisera sa première manoeuvre le mois prochain en Grande Bretagne.

« Nous sommes parvenus à un niveau d’interopérabilité sans précédent. La France et le Royaume-Uni pourront dès lors envisager de planifier et de mener une première opération de déploiement avec les forces de réaction rapide des deux pays », dit la déclaration à ce propos.

Celle-ci insiste encore sur le rôle indépendant et commun des forces nucléaires des deux pays. « La France et le Royaume-Uni réaffirment le rôle unique et essentiel que continue de jouer la dissuasion nucléaire dans leurs stratégies de défense respectives. »

Dans le domaine du nucléaire, les deux pays ont annoncé la construction prochaine de deux réacteurs EPR à Hinckley Point sur la côte ouest de l’Angleterre.

Le rapprochement de la France avec la Grande Bretagne se fait au moment où les tensions entre Paris et Berlin s’accroissent fortement. Celles-ci sont apparues au grand jour à la conférence de Munich sur la sécurité le mois dernier quand le premier ministre français Valls avait attaqué publiquement la politique en matière de réfugiés de la chancelière allemande Angela Merkel.

Depuis l’intervention impérialiste en Libye en 2011, à laquelle l’Allemagne n’avait pas participé, sa politique étrangère et militaire a radicalement changé. Début 2014, ses dirigeants avaient proclamé une politique étrangère agressive et la fin de la « retenue militaire ». Ils se sont depuis, embarqués dans un renouvellement de la politique de grande puissance et un réarmement accéléré qui attise les inquiétudes des rivaux européens. L’Allemagne joue un rôle de plus en plus actif dans de nombreux conflits, comme en Afrique et maintenant en Syrie, et un rôle de plus en plus important dans l’OTAN.

Il est clair que les représentants de l’impérialisme britannique et français s’en inquiètent et ressentent le besoin d’une alliance contre elle. Ce que le journal régional Courrier Picard exprimait le lendemain de la rencontre dans un article intitulé « L’entente cordiale ravivée dans la Somme ».

La rivalité fondamentale entre l’impérialisme britannique et français demeure. Lorsque Cameron avait proposé un référendum mettant un Brexit à l’ordre du jour et exigé de renégocier les termes du maintien du Royaume Uni dans l’UE, il avait déclenché des réactions ouvertement hostiles à Paris. Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius l’avait à l’époque accusé de vouloir une « Europe à la carte ». En amont du sommet, le ministre français de l’Economie Emmanuel Macron a dit de façon provocante que si la Grande-Bretagne sortait de l’UE, il « déroulerait le tapis rouge » aux établissements financiers opérant sur la place financière de Londres et ne pouvant plus alors accéder complètement au marché unique, et les inciterait à s’établir à Paris.

La réunion entre la chancelière allemande Angela Merkel et Hollande à Paris le 4 mars fut révélatrice de l’état des relations entre les deux pays. Merkel s’était rendue à Paris pour tenter d’obtenir l’appui de Paris pour sa politique dans la crise des réfugiés: fermeture hermétique des frontières extérieures de l’UE, maintien et reprise des réfugiés par la Turquie et un mécanisme permanent de répartition dans l’UE selon un système de quotas.

Hollande s’est contenté de réitérer l’accord déjà donné d’accueillir 30.000 réfugiés en France confirmant ainsi la position mise en avant par Valls à Munich. Il n’a proposé qu’un navire pour contribuer à l’opération de l’OTAN, sous direction allemande, de refoulement des réfugiés dans la mer Egée.

Après la rencontre, le quotidien Süddeutsche Zeitung a écrit, « Les espoirs allemands que Hollande se montrerait favorable au plan à long terme de Merkel, de prendre des réfugiés à la Turquie sont cependant restés vains. » Le site web Wirtschaftsnachrichten a dit « la chancelière Merkel a du encaisser vendredi un sérieux revers dans sa politique à propos des réfugiés. »

Nombreux sont les commentateurs qui voient les relations entre les deux pays durablement endommagées et les tensions monter entre Paris et Berlin. Zeit on line écrit : « Avant le sommet sur les réfugiés rien ne peut dissimuler le fait qu’il existe de profonds désaccords ». Après la conférence de Munich, le gouvernement allemand avait utilisé cette formule pour tenter de rétablir un semblant de normalité: « Valls n’est pas l’interlocuteur de Merkel ».

Le Monde réagit ainsi à l’échec de la rencontre: « Mais où est la France? Pourquoi ne monte-t-elle pas au créneau, pour faire entendre la voix du premier partenaire politique de l’Allemagne, alors que la crise des migrants vire au cauchemar et menace l’Europe dans son existence même ? »

Il est clair que l’énorme crise politique et économique du capitalisme engendre d’énormes tensions entre les Etats impérialistes européens qui remettent à l’ordre du jour des conflits militaires entre eux, y compris sur le sol européen. Alors que l’Allemagne réagit aux contradictions restées sans solution qui l’ont déjà conduite par deux fois à vouloir conquérir l’Europe pour devenir puissance mondiale, la France et la Grande-Bretagne tendent à nouveau à s’allier contre leur rival économiquement dominant et de plus en plus présent sur le plan militaire.

Avertissement : nous tenons à préciser aux lecteurs que ce site est entièrement gratuit, nous ne recevons aucun argent de la publicité et ne souhaitons pas en recevoir. La publicité sur ce blog est choisie par l'hébergeur pour son compte, nous ne pouvons être tenus responsables de la nature et du type de publicité diffusée ! (SLT)

Haut de page