Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Vidéos] L'Armée Française a-t-elle été piégée en Côte d'Ivoire en 2004 ? (Réseau international.net)

par Réseau international 29 Mars 2016, 10:17 Côte d'Ivoire Armée française Hôtel Ivoire Crimes contre l'humanité Massacre Piege Françafrique France 2004

 

 

Le 9 Novembre 2004, l'armée française tire sur la foule à Abidjan en côte d'Ivoire, provoquant 16 morts et 76 blessés. Cet évènement, dont nous connaissons la portée, avait été analysé en détail par Canal+ qui avait essayé de rétablir les faits. Aujourd'hui, au procès de Laurent Gbagbo à la CPI, les mensonges continuent encore à prévaloir. Ces mensonges ont la vie d'autant plus dure que l'Armée Française s'est empêtrée dans des versions contradictoires, peut-être pour se protéger, ou peut-être parce qu'elle n'avait pas tout compris.

Le 9 Novembre 2004, l'armée française tire sur la foule à Abidjan en côte d'Ivoire, provoquant 16 morts et 76 blessés. Cet évènement, dont nous connaissons la portée, avait été analysé en détail par Canal+ qui avait essayé de rétablir les faits. Aujourd'hui, au procès de Laurent Gbagbo à la CPI, les mensonges continuent encore à prévaloir. Ces mensonges ont la vie d'autant plus dure que l'Armée Française s'est empêtrée dans des versions contradictoires, peut-être pour se protéger, ou peut-être parce qu'elle n'avait pas tout compris.

Pourtant, à la lumière de ce que nous savons aujourd'hui, lors des mouvements de foules de ces dernières années, en Tunisie, en Egypte, en Syrie, en Ukraine, etc., les actions sanglantes sont presque toujours déclenchées à la suite de tirs de snipers. Et en Côte d'Ivoire, il y en avait au moins un. Des soldats, avec les nerfs à fleur de peau face à une foule en colère, peuvent perdre leur sang-froid quand un coup de feu éclate et que l'on n'en connait pas l'origine. Il se pourrait très bien que ce soit un tir de sniper qui ait déclenché le carnage.

Dans la troisième vidéo, quelques éléments qui nous sont aujourd'hui familiers viennent accréditer le coup monté. C'est le cas par exemple quand les soldats partent en « oubliant » leurs papiers d'identité sur place, dans la chambre du sniper (comme le passeport du 11/9 ?). Peut-on imaginer des soldats professionnels faire une telle bourde ?

Si cette hypothèse est vraie, tant la France que la Côte d'Ivoire, se sont fait piéger et sont ainsi entrées dans une spirale irréversible.

 

 

Haut de page