Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Françafrique : toujours plus de coopération militaire, toujours pas de démocratie (Bastamag)

par Bastamag 15 Avril 2016, 17:40 Françafrique Congo-Brazzaville Elections Tchad Collaboration Armée française Dictature

Ces élections sont passées relativement inaperçues dans l'actualité. Dimanche 10 avril, les Tchadiens se rendaient aux urnes pour élire leur président. Le 8 avril, c'était à Djibouti.

Ces élections sont passées relativement inaperçues dans l'actualité. Dimanche 10 avril, les Tchadiens se rendaient aux urnes pour élire leur président. Le 8 avril, c'était à Djibouti. Le 20 mars, au Congo Brazzaville. Les électeurs gabonais éliront leur président en août. Partout, ces élections sont loin de se dérouler dans un climat serein d'alternance démocratique. Au Congo, Denis Sassou Nguesso, déjà au pouvoir depuis 1979, avec une interruption entre 1991 et 1997, a été réélu à la tête du pays dans des circonstances largement contestées. En novembre, il avait modifié la constitution qui limitait le nombre de mandats successifs. À Djibouti, le président Ismaïl Omar Guelleh, au pouvoir depuis dix-sept ans, a été réélu pour un quatrième mandat.

Au Tchad, Idriss Deby, au pouvoir depuis vingt-six ans, brigue un cinquième mandat. Les résultats du vote ne sont pas encore connus. Déjà, des premières contestations sur la légalité du scrutin se font entendre. Avant le vote, plusieurs leaders syndicaux et de la société civile tchadienne ont été arrêtés. Au Gabon, la longévité du pouvoir est dynastique. C'est le fils d'Omar Bongo, Ali Bongo, qui brigue un nouveau mandat pour les élections prévue à l'été. Son père a gouverné le pays pendant quanrante-deux ans, de 1967 à 2009.

Bases militaires et accord de coopération

Or, dans ces quatre pays, la France entretient toujours d'étroites relations de coopération militaire, rappelle l'ONG Survie dans un rapport publié le 4 avril.« Djibouti, Tchad, Congo-Brazzaville, Gabon, ces dictatures africaines jouent un rôle central dans le dispositif militaire français en Afrique, dont l'importance stratégique a été réaffirmée depuis 2012 et les « guerres africaines » de François Hollande. », dénonce l'association.

Le Congo-Brazzaville, par exemple, a signé un premier accord de coopération militaire avec la France en 1974. Celui-ci est régulièrement actualisé par de nouvelles conventions. La dernière date de 2015. « La coopération militaire officielle entre la France et le Congo s'opère actuellement sur trois volets : le soutien direct, à travers la présence de conseillers français auprès des cadres des forces armées et de la gendarmerie ; la formation des éléments des forces armées, de la police et de la gendarmerie ; et l'équipement de ces forces », précise Survie.

Au Tchad, « soutien à un régime infréquentable, corrompu et répressif »

Djibouti, entre Mer Rouge et Océan Indien, est un pays stratégique sur la route entre l'Afrique, le Canal de Suez, le Moyen-Orient et l'Asie. La France possède sa plus grande base militaire extérieure, avec 1900 hommes [1]. Les forces françaises stationnées à Djibouti ont notamment participé aux opérations militaires Turquoise au Rwanda en 1994, Licorne en Côte d'Ivoire en 2002, et Sangaris en Centrafrique en 2014 [2]. Un nouvel accord de coopération militaire a été signé avec Djibouti en 2011.

Le Tchad aussi est stratégique pour les opérations militaires extérieures de la France. Car N'Djamena accueille depuis 2014 le poste de commandement de l'opération de lutte contre le terrorisme au Sahel, Barkhane [3]. Celle-ci a pris le relais de l'opération Épervier, débutée en 1986 et qui avait aussi pour point névralgique le Tchad. L'installation de Barkhane à N'Djamena « contribue à justifier le soutien à ce régime infréquentable, corrompu et répressif », accuse l'association [4]. D'autant que l'Armée française apporte son soutien à son homologue tchadienne à travers « 14 coopérants militaires sous uniforme tchadien » qui « continuent de remplir différentes missions clefs : pilotage des restructurations, appui au commandement, renseignement, logistique, restructuration de la garde nomade, restructuration de l'enseignement militaire, aide à la reconversion », souligne Survie.

Au Gabon, qui votera cet été pour réélire ou pas le fils de l'ancien président Bongo, la France possède aussi une base militaire permanente de 900 hommes, « le plus important « réservoir de capacités » de la France sur la côte occidentale de l'Afrique », selon les députés Yves Fromion et Gwendal Rouillard [5]. Un accord de partenariat de défense entre la France et le Gabon a par ailleurs été conclu en 2010 [6]. « Comme l'ambassadeur de France l'a déclaré aux rapporteurs, l'intérêt de ces infrastructures tient à ce que « la France y est chez elle », soulignaient les deux députés en 2014. Un sentiment d'être chez soi dans toute une partie de l'Afrique qui, malheureusement, ne sert en rien les aspirations démocratiques de la population.

bastamag.net

Haut de page