Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kadhafi « a exhorté Israël à faire cesser les bombardements de l’OTAN dans les derniers jours » (Middle East Eye)

par Middle East Eye 17 Avril 2016, 17:14 Libye Kadhafi Impérialisme OTAN Israël Bombardements

 

Un émissaire d’un pays tiers aurait averti des responsables que la chute de Kadhafi mettrait en danger l’Europe autant que la Libye

Kadhafi a été renversé en août 2011 et tué le mois suivant par des rebelles soutenus par les frappes aériennes de l’OTAN (AFP)
 
 

Mouammar Kadhafi a demandé l’aide israélienne pour faire cesser les frappes aériennes de l’OTAN contre lui quelques jours avant sa chute, selon des rapports en provenance d’Israël.

Le dirigeant libyen, qui avait appelé à la destruction d’Israël à plusieurs reprises au cours de ses 42 ans de règne, s’est vu opposé un refus et a perdu le contrôle du pays en août 2011, selon un reportage radio de l’armée israélienne diffusé mercredi.

La demande a été formulée via un diplomate d’un État tiers non identifié, qui s’est rendu à Jérusalem pour rencontrer les dirigeants israéliens.

Cet émissaire a tenté de convaincre Israël d’user de son influence auprès de la France et des États-Unis pour mettre un terme à la campagne aérienne qui ciblait les forces de Kadhafi, en appui aux rebelles hostiles au gouvernement.

Selon le rapport de la radio de l’armée, Israël a rapidement décidé de ne pas agir.

En mars 2011, l’OTAN a débuté sa campagne de bombardement en Libye en soutien à l’insurrection contre le gouvernement qui avait éclaté le mois précédent.

Puis, en septembre 2011, les frappes aériennes de l’OTAN ont pris pour cible le convoi de Kadhafi alors qu’il tentait de fuir – le dirigeant déchu a ensuite été tué par un groupe de rebelles sur le terrain.

Au cours de ses quatre décennies au pouvoir, Kadhafi n’a jamais appelé l’État d’Israël par son nom, le désignant à la place par l’expression « entité sioniste ».

L’émissaire, dont l’identité n’a pas été divulguée dans ce rapport, aurait averti les dirigeants israéliens que la chute de Kadhafi mettrait la Libye et l’Europe en danger.

Les rumeurs à l’été 2011 selon lesquelles Kadhafi était peut-être sur le point de tomber ont suscité une vague d’efforts diplomatiques pour assurer une issue sécurisée pour le dirigeant et sa famille.

Une Israélienne qui a entretenu pendant six ans une relation avec Saïf, le fils de Kadhafi, avait révélé l’année suivante qu’elle avait fait appel à Tony Blair – l’ancien Premier ministre britannique et diplomate au Moyen-Orient – pour sauver Saïf, affirmant que Blair était l’un de ses contacts de haut rang.

 

Haut de page