Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une étude américaine lie la santé, le stress et la discrimination (L'encre noire)

par Claude Ribbe 6 Avril 2016, 04:14 Sante Discrimination Racisme Etude Stress USA

Selon une étude publiée jeudi 9 mars par la Société américaine de psychologie  (American Psychological Association, APA),  plus de la moitié des adultes américains disent avoir été victimes de discrimination au travail, par les forces policières ou dans d’autres situations. Ce phénomène de société est lié à des niveaux élevés de stress et une santé déclinante dans la population américaine.

En Amérique les minorités raciales et ethniques sont en moins bonne santé que l'ensemble des Américains blancs. Cette disparité en santé peut provenir de déterminants économiques, d'éducation, de la géographie et du voisinage, de l'environnement, des soins de qualité inférieure, de l'accès insuffisant aux soins, de l'incapacité à naviguer dans le système, de discriminations et / ou de stress.

En Amérique les minorités raciales et ethniques sont en moins bonne santé que l’ensemble des Américains blancs. Cette disparité en santé peut provenir de déterminants économiques, d’éducation, de la géographie et du voisinage, de l’environnement, des soins de qualité inférieure, de l’accès insuffisant aux soins, de l’incapacité à naviguer dans le système, de discriminations et / ou de stress.

L’étude est basée sur une enquête en ligne menée auprès de 3.361 adultes au mois d’août 2015 par Harris Poll pour l’association comptant plus de 150 000 membres. La Société américaine de psychologie  est rattachés à une controverse suite à ses «techniques d’interrogatoire renforcée» utilisées par l’administration Bush dans le cadre des mesures contre le terrorisme.

Annuellement l’association recense le stress des Américains, mais dans les dernières années elle a choisi de mettre l’accent sur la discrimination, car il semble de plus en plus être une cause de stress selon les dires de Jaime Diaz-Granados, directeur exécutif de l’APA pour l’éducation.

Ce choix d’orientation de l’étude de l’organisation est principalement dû aux récents événements impliquant des affrontements entre policiers, la communauté noire et hispanique qui ont alimenté les tensions raciales aux États-Unis, selon Diaz-Granados.

Les indications suggèrentque la discriminationcontribue au stress, et le stress chroniquese traduit parune mauvaise santé.

« Ce que nous avons découvert est qu’il y a clairement un lien entre la discrimination et le stress», a déclaré Diaz-Granados. « C’était dans tous les groupes. Nous avons constaté que ces gens qui ont déclaré avoir subi de la discrimination ont présenté un niveau de stress plus élevé, ainsi qu’une moins bonne santé par rapport aux gens du même groupe qui ont déclaré ne pas être victime de discrimination. »

Selon l’enquête de l’APA, les personnes qui ont déclaré une santé passable ou mauvaise étaient plus susceptibles d’être stressés que ceux qui ont déclaré être en bonne ou excellente santé. Et ces mêmes groupes de personnes qui ont déclaré être les plus stressés étaient également plus susceptibles de dire qu’ils n’avaient pas accès aux soins médicaux dont ils avaient besoin.

Presque  70% des adultes sondés déclaraient avoir été victimes de discrimination et 61% disent qu’ils le vive sur une base quotidienne sous la forme d’un service médiocre, de menaces, par manque de courtoisie ou de respect.

Et qui sont ces angoissés?  Le rapport sur la discrimination avance qu’elle est plus répandue chez les Noirs américains. Plus de 75% des Noirs interrogés ont déclaré qu’ils sont victimes de discrimination quotidiennement et environ 40% des hommes noirs ont dit qu’ils ont été traités injustement par la police. Cela inclut d’être fouillé, menacé ou maltraité.

Même l’anticipation d’être la proie de discriminations peut causer du stress. Près d’un tiers des adultes noirs et hispaniques ont avoué aux sondeurs qu’ils sont hypervigilant concernant leur apparence afin d’être traité normalement, obtenir un bon service ou d’éviter d’être victime d’harcèlement, selon l’APA. Cette hypervigilance peut conduire à un stress supplémentaire, a déclaré l’organisation.

«Il est clair que la discrimination est répandue et impacte de nombreuses personnes», a déclaré Jaime Diaz-Granados, directeur exécutif de l’APA pour l’éducation. «Quand les gens reçoivent de façon répétitive un traitement injuste, cela  contribue à l’augmentation de leur stress et la détérioration de leur santé. »

The American Journal of Public Health et The Du Bois Review:  Social Science Research on Race ont consacré des numéros entiers à la question du racisme et du stress.

Haut de page