Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Attentat contre l’hyper cacher : BFMTV déterre l’affaire Claude Hermant (ASI)

par Guillaume Borrel 3 Juin 2016, 00:26 Claude Hermant Ahmedy Coulibaly Attentat Hypercacher Paris Armes Trafic France BFM TV

Le 31 mai 2016, la chaîne de télévision BFMTV, appartenant au groupe NextRadioTV, propriété de Patrick Drahi et Alain Weill, a publié un article revenant sur l’affaire Claude Hermant, un ancien du service d’ordre du Front National reconvertit dans le trafic d’armes et qui aurait fourni les fusils d’assaut ayant servis à Amédy Coulibaly à réaliser sa prise d’otages meurtrière à l’hyper cacher de Paris en janvier 2015.

bfmtv

L’affaire avait originellement été révélée il y a plus d’un an par le journal régional La Voix du Nord[1] qui avait mis à jour les liens existants entre Claude Hermant et la Gendarmerie nationale dont il était l’indic. Ancien du « service action » du DPS, Claude Hermant, avait participé à un certain nombre d’opérations de déstabilisation en Afrique dans les années 90 sous la direction de Bernard Courcelle, ancien chef du service de sécurité du parti, et avait également mené des actions visant à : « Fournir la logistique dans des quartiers sensibles pour donner aux jeunes la possibilité de s’exprimer par la violence. »[2]

Les réseaux du DPS, le service d’ordre du Front National, présentaient ainsi de fortes similitudes avec le fonctionnement opérationnel et les objectifs des réseaux Gladio en Europe, tels qu’ils ont été décrits par Daniel Ganser[3].

La police judiciaire de Lille, qui a démantelé le réseau de Claude Hermant en Belgique et qui a pu établir que ce dernier avait fourni les armes ayant servi à la tuerie de l’hyper cacher, est en possession d’éléments concrets, dont des emails, établissant la collaboration de Claude Hermant avec la gendarmerie française. Ainsi, selon ce dernier, cité par BFMTV :

« Toutes les livraisons d’armes faisaient l’objet d’une autorisation et d’une surveillance de la gendarmerie. [4]»

Toutefois, les documents en possession du ministère de l’intérieur relatifs au réseau de Claude Hermant et ses relations avec ses services, sont classifiés secret défense et les juges lillois en charge de l’instruction de l’affaire Hermant n’ont pas pu obtenir leur déclassification jusqu’à présent. C’est ainsi le journal en ligne Mediapart, en septembre 2015, qui avait révélé que les services d’Europol avaient établis la connexion entre les armes utilisées par Amédy Coulibaly, un fusil d’assaut Kalachnicov et deux pistolets Tokarev, et le réseau de Claude Hermant[5], grâce à leurs numéros de série. Sans la fuite publiée par Mediapart, les juges Lillois n’auraient peut-être jamais pu établir la connexion entre le réseau Hermant et Amédy Coulibaly. Les services du ministère de l’intérieur maintiennent ainsi la version d’une étanchéité complète entre les deux dossiers.

Alors que l’arrestation de Claude Hermant et ses connexions avec le dossier Amédy Coulibaly avaient été largement passées sous silence par les médias en mai 2015, on peut ainsi se demander ce qui pousse soudainement BFMTV à déterrer ce dossier aujourd’hui alors que l’article publié par Sarah-Lou Cohen, la chef du service police-justice de la chaîne, ne contient aucun élément nouveau.

Cette publication a toutefois permis d’exposer à nouveau cette affaire au grand jour et l’article a été largement repris par la presse française, de 20 Minutes au Figaro, en passant par le Nouvel Observateur.

On peut ainsi penser qu’il s’agit d’une tentative de médiatisation pour faire pression sur l’exécutif afin d’obtenir la déclassification des documents relatifs à la relation entre Claude Hermant et les services de gendarmerie. Toutefois, si Claude Hermant était bien un « indic de haut vol » et qu’il agissait pour le compte de la gendarmerie nationale comme il l’affirme, ces informations relanceraient et étayeraient le scénario de l’attaque sous faux-drapeau et l’action des réseaux de type Gladio, concernant les attentats de Janvier. Les implications de la connexion entre Claude Hermant et les services de gendarmerie apparaissent ainsi potentiellement explosifs. La publication de l’article de BFM TV et ses échos médiatiques pourraient ainsi être le signe d’une tentative de rébellion des juges d’instruction face à l’exécutif et au secret défense…

Guillaume Borel*

 

 

[1]Benjamin Duthoit, « Trafic d’armes présumé de Claude Hermant: la piste Coulibaly se confirme », in La Voix du Nord, 03 mai 20115

[2]Guillaume Borel, « Attentats de Paris : de nouveaux éléments troublants », in Arrêt sur Info, 09 mai 2015

[3]Daniel Ganser, Les armées secrètes de l’OTAN, éditions Demi-Lune, Paris, 2011

[4]Sarah-Lou Cohen, « Hyper Cacher: un ex-indic de la gendarmerie a vendu des armes à Amédy Coulibaly », BFMTV, 31 mai 2016

[5]Karl Laske, « Attentats de Paris: l’énigme des armes de Coulibaly », Mediapart 11 septembre 2015

 

*Guillaume Borel est l’auteur de l’ouvrage Le travail, histoire d’une idéologie, qui vient de paraître aux Éditions Utopia.

Haut de page