Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le cours de l’or dopé par le dollar et des craintes sur l’économie mondiale (Blog finance)

par Elisabeth Studer 18 Juin 2016, 08:39 Or Dollar Economie Crise

Le cours de l’or aura poursuivi cette semaine sa nette tendance haussière amorcée en fin de semaine dernière, dopé par un dollar affaibli par les derniers chiffres sur l’emploi américain. Il aura ainsi atteint de nouveaux plus hauts inégalés depuis trois semaines.

L’once de métal jaune est en effet montée vendredi à 1.278,22 dollars, un maximum depuis le 18 mai.

Même si la monnaie américaine s’est quelque peu reprise à la fin de cette semaine, elle n’a pu compenser les lourdes pertes enregistrées la semaine précédente consécutives au discours de la Réserve fédérale américaine (Fed) laissant clairement entendre qu’il serait extrêmement improbable qu’une nouvelle hausse de ses taux d’intérêt soit à l’ordre du jour de sa prochaine réunion de politique monétaire les 14 et 15 juin prochains.

Désormais, les mauvais chiffres sur les créations d’emploi au mois de mai aux États-Unis, au delà d’attiser les craintes quant à une éventuelle faiblesse de la reprise de l’économie US réduisent quasiment à néant la probabilité d’un nouveau resserrement monétaire américain durant l’été.

Si un nouveau relèvement des taux d’intérêt de la banque centrale américaine permettrait au dollar d’être plus rémunérateur et donc plus attractif pour les marchés, le report d’une telle mesure pèse a contrario sur le billet vert mais encourage les achats d’or, libellés en dollars, ces derniers devenant de facto moins onéreux pour les investisseurs munis d’autres devises.

Fait nouveau : la Fed vient également d’exprimer ses inquiétudes sur une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (appelée « Brexit ») à l’issue du référendum du 23 juin, mettant en garde contre les « importantes répercussions économiques » qui en résulterait.

Le fait que la Banque mondiale ait nettement abaissé mardi dernier ses prévisions de croissance au niveau mondial sur fond d’activité « anémique » dans les pays riches et d’affaiblissement des économies émergentes, rend également les investisseurs particulièrement prudents, les poussant à se tourner vers les actifs les moins risqués, et donc vers l’or, le précieux métal bénéficiant en plein de ses qualités de valeur refuge.

. « L’économie mondiale est exposée à des risques majeurs », souligne tout de même l’institution dans son rapport semestriel, évoquant notamment les menaces « géopolitiques » et la volatilité financière.

Selon la Banque mondiale, le produit intérieur brut (PIB) mondial ne devrait progresser cette année que de 2,4 %, marquant le cas échéant une stagnation par rapport à 2015 et une nette dégradation par rapport à janvier, date à laquelle l’établissement financier tablait encore sur 2,9 % de croissance.

Au final, vendredi au fixing du soir sur le London Bullion Market, l‘once d’or a terminé à 1.275,50 dollars contre 1.240,50 dollars le vendredi précédent.

Haut de page