Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Londres pourrait ne "jamais" déclencher sa sortie de l'UE (AFP)

par AFP 27 Juin 2016, 17:52 UE Brexit Grande-Bretagne

Le Royaume-Uni pourrait ne "jamais" déclencher sa sortie de l'Union européenne malgré la victoire du Brexit au référendum de jeudi, a estimé dimanche un diplomate européen.

"Mon sentiment personnel, c'est qu'ils ne notifieront jamais" à l'UE leur intention de quitter l'Union, a déclaré ce diplomate sous le couvert de l'anonymat.

Selon l'article 50 du traité de Lisbonne signé en 2007, qui n'a jamais été utilisé jusqu'ici, pour engager son retrait, le Royaume-Uni doit notifier au Conseil européen, composé des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres, son intention de quitter l'Union et négocier ensuite, pendant deux ans maximum, un "accord de retrait".

"Nous voulons que Londres déclenche l'article 50 maintenant, pour qu'il y ait de la clarté. Comme nous ne pouvons pas les y forcer, je m'attends à ce qu'ils prennent leur temps", a déclaré le diplomate. "Et je n'exclurais pas, c'est mon sentiment personnel, qu'ils puissent ne jamais le faire", a-t-il ajouté.

Malgré la pression croissante des responsables européens, le Premier ministre conservateur David Cameron, pro-UE, ne devrait pas entamer la procédure de sortie de l'UE dès mardi à Bruxelles, où débute un sommet européen de deux jours, selon un responsable européen. "Nous ne nous attendons pas, à ce stade, à ce que Cameron déclenche l'article 50", a déclaré ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

En annonçant vendredi sa démission après la victoire du Brexit, M. Cameron a précisé qu'il ne quitterait ses fonctions qu'en octobre et qu'il incomberait à son successeur de déclencher le processus de retrait et de négocier avec Bruxelles. Selon les partenaires européens, la procédure devrait être lancée d'ici Noël au plus tard. "Il ne peut y avoir aucune négociation avec le Royaume-Uni tant qu'il n'y a pas de notification", a souligné le diplomate européen.

Samedi, les ministres des Affaires étrangères des six pays fondateurs de la construction européenne ont pressé Londres de démarrer le processus de sortie "dès que possible".

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a exprimé l'impatience de Bruxelles. "Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement", a-t-il dit.

Par ailleurs, le diplomate européen a déclaré que l'UE avait reçu depuis vendredi des "milliers" de mails de Britanniques se disant mécontents du résultat du référendum, dont certains qui ont voté en faveur du Brexit et le regrettent.
"C'est la première fois, en une décennie de mails incendiaires de Britanniques, que nous sommes inondés de mails d'amour", a-t-il dit.

Haut de page