Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mafia du CO2 : 80% de l’argent volé en France est parti en Israël (Haaretz)

par Haaretz 19 Juin 2016, 08:23 CO2 Israël France Escroquerie Mafia

L’essentiel des gigantesques sommes (entre 1,7 et 3 miliards d’euros) volées au contribuable français par une bande d’escrocs franco-israéliens a pris le chemin d’Israël, et l’Etat français n’a guère manifesté à ce jour sa volonté de les récupérer.

Dans un nouvel article consacré à cette « mafia du CO2 » dont une partie des membres sont actuellement jugés à Paris, le correspondant en France du quotidien Haaretz, Dov Alfon, annonce tout de même que la justice française va se montrer un peu plus dynamique à l’avenir.

Un premier procès impliquant les membres de la bande présents en France (les autres sont soit réfugiés en Israël, soit morts des suites de règlements de comptes internes) vient de se terminer devant le tribunal correctionnel de Paris. Le procureur a requis à l’encontre du principal accusé, Arnaud Mimran, une peine de 10 ans de prison et la confiscation de tous les biens sur lesquels il sera possible de mettre la main. Selon Haaretz, à peine 30 millions d’euros de transferts de la fraude hors de France vers Israël auraient à ce stade été identifiés (ce qui ne veut pas dire récupérés, bien entendu).

Mis en délibéré, le jugement sera rendu le 7 juillet prochain, et on ne sait évidemment pas si Arnaud Mimran et ses comparses auront d’ici là été eux aussi se mettre à l’abri en Israël, des fois que les juges français aient la mauvaise idée de suivre les réquisitions du procureur.

Sitôt le jugement du 7 juillet rendu, écrit Dov Alfon, le parquet financier devra décider de lancer ou pas une « chasse au trésor » qui s’annonce difficile, même avec de la bonne volonté, en raison des innombrables complicités dont ont bénéficié les fraudeurs.

meyer_habib_netanyahou
Meyer Habib et Benjamin Netanyahou

Le parquet devrait notamment s’intéresser au rôle joué par la société Track Performance Ltd, dont les associés sont Arnaud Mimran lui-même et Meyer Habib, député à l’Assemblée Nationale et l’un des principaux relais de Benjamin Netanyahou en France.

Cette société a été enregistrée auprès de l’ambassade d’Israël en France, et ses statuts fondateurs ont été signés dans les locaux de la représentation diplomatique. Mais parmi les curiosités de Track Performance Ltd, on remarque la présence supposée, comme actionnaire, de Anna Dray, ex-épouse de Mimran, et fille du milliardaire Claude Dray, assassiné dans des conditions mystérieuses.

Ladite Anna Dray est censée résider au Chili, selon les statuts constitutifs de Track Performance Ltd. Sauf que l’intéressée a formellement démenti auprès de Haaretz avoir jamais été actionnaire de la société, avoir jamais mis les pieds au Chili, non plus que dans les locaux de l’ambassade israélienne en France, ni dans les bureaux du cabinet d’avocats israéliens –cabinet ayant au demeurant également Netanyahou et Habib comme clients- où s’est domiciliée la société.

Du côté des médias israéliens, ce sont évidemment les déclarations de Mimran au procès de Paris, lorsqu’il a affirmé qu’il avait arrosé largement Netanyahou pendant des années, qui ont retenu l’attention, d’autant plus que Netanyahou s’est empêtré dans sa communication, commençant par démentir tout lien avec l’escroc, pour finir par concéder qu’il avait bien profité de ses largesses.

Habib, lui aussi sur la sellette, reste pour le moment droit dans ses bottes : « Arnaud Mimran m’a effectivement demandé d’entrer au capital de la société qu’il voulait créer pour montrer son attachement à Israël. Mais à ma connaissance, cette société n’a jamais été active, elle n’a jamais ouvert de compte bancaire, et ne m’a en tout cas jamais rapporté le moindre shekel », déclare-t-il au journaliste Dov Alfon, pas franchement convaincu par ces « explications ».

Haut de page