Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloqués en Libye à cause de l'UE, les migrants d'Afrique noire sont torturés (Slate.fr)

par Slate.fr 13 Juillet 2016, 07:24 Libye Afrique Racisme Torture UE

En Libye, les migrants venus d'Afrique noire sont détenus soi-disant pour les empêcher d'atteindre les côtes européennes.

Les mots «actes de torture», «enlèvements», «séquestration», «esclavage» et «viols» reviennent souvent dans les témoignages des migrants venus d'Afrique noire jusqu'en Libye, dernière étape avant l'Europe. Erna Rijnierse, de Médecins sans frontières (MSF), rapporte à l'Associated Press (AP) que des dizaines de survivants passés par ce pays racontent des histoires sordides de torture et de séquestration.

Les cicatrices anciennes et nouvelles sur les corps de ceux qui parviennent à arriver jusqu'en Italie attestent d'«actes de torture sur la durée», signale Erna Riejnierse. Laye Donzo, originaire du Liberia, arrêté et retenu prisonnier pendant cinq mois, a témoigné auprès d'AP: «Ils te frappent comme si tu étais un animal. Tant que tu es en prison, ils te frappent. Je ne sais pas combien de fois ils l'ont fait. Ils frappent tout le monde.» Il ne sait pas qui l'a enlevé et détenu. En Libye, les frontières entre milices armées, gangs et les forces de sécurités des gouvernements rivaux sont particulièrement floues, souligne AP. Les migrants sont placés en détention, soi-disant pour les empêcher d'atteindre les côtes européennes. En réalité, leurs bourreaux leur volent tout leur argent et les mettent au travail forcé.

Amnesty International et Human's Right Watch rapportent également des viols. Une Ivoirienne de 26 ans a tenté de s'enfuir avec un groupe de femmes d'une sorte de prison à Tajoura où elle était détenue depuis deux mois et forcée à des rapports sexuels quotidiens. Une fois rattrapée, les violences se sont accrues. «Sept des filles ont réussi à s'enfuir mais ils ont rattrapé le reste d'entre nous. Ils ont déshabillé une des filles, une Nigériane, et l'ont violée sous nos yeux dans la cour.»

Exactions

Dans un pays en crise depuis la chute de Mouammar Khadafi en (...) Lire la suite sur Slate.fr

Haut de page