Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Collaborer avec Daech ? Aucun problème quand il s’agit de multinationales françaises (Nouvel Obs.com)

par Wiam Berhouma 29 Juillet 2016, 12:22 EI Lafarge Collaboration Multinationales France

Assemblée générale du groupe Lafarge à Paris le 7/05/15 (MEIGNEUX/SIPA)

Assemblée générale du groupe Lafarge à Paris le 7/05/15 (MEIGNEUX/SIPA)

LE PLUS. Il y a un mois, "Le Monde" publiait une longue enquête sur les arrangements entre Daech et Lafarge, multinationale française numéro un mondial du ciment. Il y a quelques jours, "Le Figaro" affirmait que l’entreprise avait été blanchie par un rapport parlementaire. Vraiment ? Wiam Berhouma s’interroge : pourquoi n’a-t-on pas entendu les politiques sur ces révélations ?

Lire :
http://abonnes.lemonde.fr/syrie/article/2016/06/21/syrie-les-troubles-arrangements-de-lafarge-avec-l-etat-islamique_4955023_1618247.html

Le 21 juin dernier, "le Monde" publiait une enquête édifiante et détaillée sur les arrangements de Lafarge avec Daech en Syrie. On y apprenait notamment que pour continuer à faire prospérer ses activités, l’entreprise a procédé à maintes négociations avec le groupe terroriste et accepté de lui payer des taxes. Aucun montant n’est précisé mais ce “partenariat” ayant duré plus d’un an, entre 2013 et 2014, on peut aisément imaginer qu’il s’agit de plusieurs milliers d’euros.

Des responsables politiques qui brillent par leur silence

Contre toute attente, ces révélations n’ont pas fait grand bruit, et peu nombreux ont été ceux qui s’en sont émus. Elles ont, certes, été relayées par la presse nationale et internationale mais ont vite disparu de nos radars.

Pire encore, rares sont les responsables politiques à s’être emparés du sujet et à avoir exigé que lumière soit faite. Les mêmes qui sont habitués à répéter en boucle qu’il faut lutter contre Daech par "tous les moyens à notre disposition" et qu’il ne faut faire aucune distinction entre les terroristes, ceux qui les protègent et ceux qui les financent, ont tout à coup brillé par leur silence.

Seule une élue parisienne (Danielle Simonnet) s’est indignée que la mairie de Paris puisse renouveler le partenariat qui lie Lafarge et Paris-Plages comme si de rien était. L’autre initiative notable vient de l’ONG SumOfUs qui a lancé une pétition qui a recueilli près de 40.000 signatures en quelques jours pour que la maire de Paris cesse tout partenariat avec le géant du ciment.

Les multinationales passent avant la lutte contre le terrorisme ?

Pourquoi le personnel politique, d’ordinaire si prompt à se dresser publiquement contre les alliés du terrorisme, s’est curieusement tu dans cette affaire ? Pourquoi ne pas avoir pris ce dossier à bras le corps ? Pourquoi notre Premier ministre, qui nous a pourtant habitués à ces déclarations martiales et intransigeantes, n’a pas réagi à ces informations ? Est-ce parce que Lafarge est une grande entreprise française ? Est-ce que les intérêts des multinationales passent avant la lutte contre le terrorisme ?

On est en droit de se poser la question. On l’est d’autant plus qu’un mois après les accusations portées par "le Monde", un court article du "Figaro" dévoilait, sans plus d’informations, qu’une enquête parlementaire avait blanchi Lafarge... Comme ça. En 30 jours. Dans la discrétion la plus totale. Le député Jean-Frédéric Poisson aurait assuré que rien ne permet d’établir que Lafarge ait "participé, directement ou indirectement, ni même de façon passive" à ce financement.

Les éléments apportés par "le Monde" (notamment des échanges de courriels montrant bien qu’il y a eu transactions entre une entité de Lafarge et des groupes terroristes) sont pourtant sans équivoque. L’ironie de l’histoire étant que si un kebab du 93 avait été accusé de tels arrangements, le gouvernement aurait dépêché une équipe en Syrie même pour enquêter et nous en aurions entendu parler des semaines et des semaines.

Alors que Daech est responsable de plusieurs milliers de morts à travers le monde et que nos blessures communes sont très régulièrement ravivées par de nouvelles pertes, il appartient plus que jamais à l’État français et à la justice de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir de nouvelles attaques. Au lieu de bombarder des populations civiles en Syrie, François Hollande devrait ainsi commencer par enquêter sur l’implication d’entreprises françaises sur place.

Haut de page