Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des zones d'ombre demeurent sur la fusillade de Munich (Sputniknews)

par Sputniknews 24 Juillet 2016, 08:23 Munich Fusillade Zones d'ombre

La police tente de lever les dernières zones d'ombre sur les motivations de l'auteur de la fusillade de Munich, un jeune fasciné par les tueries de masse, alors qu'un débat s'est engagé sur le durcissement de la législation des armes en Allemagne.

 

Il est établi que ce Germano-Iranien de 18 ans souffrant de troubles psychiatriques a prémédité son coup et piégé ses victimes sur Facebook. Dans son sac à dos, les enquêteurs ont retrouvé environ 300 munitions, ce qui signifie que le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd.

 

Accès aux armes

La police va devoir déterminer comment il a pu se procurer son arme, un pistolet Glock 17 de calibre 9 mm acquis illégalement: le numéro de série était limé. Déjà un débat s'est engagé en Allemagne sur la nécessité de durcir la législation sur les armes à feu.

"Nous devons examiner avec beaucoup de soin si et où il nous faut le cas échéant légiférer", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière, dans l'édition dominicale du quotidien Bild.

Le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, a aussi appelé à tout faire "pour restreindre l'accès aux armes létales et le contrôler strictement", a-t-il dit au groupe de presse Funke.

 

 

Inspiré par Breivik

Le jeune homme vivant chez ses parents dans un logement social était obsédé par les tueries de masse. Les enquêteurs ont retrouvé en particulier dans sa chambre des documents sur le Norvégien Anders Behring Breivik, qui avait abattu 77 personnes, des jeunes surtout, en 2011.

 

Par ailleurs, le quotidien Bild relève que l'arme utilisée à Munich est la même que celle dont s'était servi Breivik, même s'il s'agit d'un pistolet très répandu.

Harcèlement à l'école

Les autorités ont révélé que le tueur avait été victime de harcèlement. Bild émet l'hypothèse qu'il pourrait s'en être pris à dessein à de jeunes étrangers car il était maltraité notamment dans son école.

 

Une de ses camarades de classe a indiqué à la chaîne de télévision britannique ITV qu'il était souvent seul et peu apprécié dans l'école, indique l'AFР.

 

L'Allemagne reste sous le choc. Cette tuerie est intervenue quatre jours seulement après une attaque à la hache dans un train régional, également en Bavière, commise par un jeune djihadiste de 17 ans. Elle intervient plus généralement dans un contexte de forte crainte en Europe, alimenté par les risques d'attentats.

Haut de page