Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

«François, tu es un criminel»: le président Hollande a ordonné le massacre de femmes et d’enfants syriens en représailles à l’attaque du 14 juillet, attribuée à Daech (Global Research.ca)

par Michel Chossudowsky 22 Juillet 2016, 18:00 François Hollande Bombardements Crimes de guerre Syrie France

hollande-prisoner

Peu après l’attaque terroriste du 14 juillet à Nice, qui a fait 84 morts, le président de la France, François Hollande, a laissé entendre lors d’une allocution officielle que l’attaque était l’œuvre du groupe armé État islamique basé au nord de la Syrie (sans preuve). Il a aussitôt ordonné aux forces aériennes françaises d’intensifier la campagne de bombardement en cours prétendument contre Daech au nord de la Syrie. 

« Nous allons renforcer nos actions en Syrie et en Irak. Nous allons continuer à frapper ceux qui nous attaquent dans leur repaire », a dit Hollande lors de son allocution nationale, en laissant entendre que la France a été attaquée par une puissance étrangère.

Dans une déclaration ultérieure, François Hollande a dit ceci :

« La France est affligée par cette nouvelle tragédie (…). C’est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste. Alors nous devons faire la démonstration d’une vigilance absolue et d’une détermination sans faille.

À 22 heures le 14 juillet, il a écrit sur son compte Twitter que la France est « éplorée, affligée, » mais plus forte que « les fanatiques [Daech] qui veulent aujourd’hui la frapper. »

«François, tu es un criminel»: le président Hollande a ordonné le massacre de femmes et d’enfants syriens en représailles à l’attaque du 14 juillet, attribuée à Daech (Global Research.ca)

Il a réitéré ses propos lors de son allocution télévisée à la nation :

Le plus ironique, c’est que le ministre de l’Intérieur de la France, qui encadre les opérations policières à la grandeur du pays, a confirmé que Daech n’était pas derrière l’attaque terroriste du 14 juillet :

Le ministre de l’Intérieur de la France Bernard Cazeneuve a dit qu’il n’y avait aucune preuve liant Daech à l’attaque du 14 juillet à Nice, malgré le fait que le groupe terroriste en a revendiqué la responsabilité. (…) M. Cazeneuve a indiqué que les enquêteurs n’avaient jusqu’à maintenant établi aucun lien entre Bouhlel et un réseau terroriste particulier. (The Independent, 18 juillet 2016)

Mais cela n’a pas empêché François Hollande de lancer des raids aériens prétendument contre le groupe armé État islamique (Daech).

 

François, tu es un criminel

François Hollande, en ignorant du revers de la main le conseil de son propre gouvernement, est allé de l’avant et a ordonné une intensification de la campagne de bombardement, qui s’est soldée par le massacre de plus de 140 Syriens innocents, surtout des femmes et des enfants.

Mais ces bombes n’ont jamais visé Daech.

POURQUOI? Parce que la France fournit de l’argent et des armes à Daesh, tout comme les autres partenaires de la coalition.

Ces bombes étaient dirigées contre le peuple syrien, l’attaque terroriste du 14 juillet servant de prétexte et de justification pour tuer des femmes et des enfants syriens.

Le président Hollande a beau être « affligé par cette nouvelle tragédie » [l’attaque de Nice], elle ne justifie pas pour autant un acte de représailles contre la Syrie qui a tué plus de 140 civils. Cet ordre de tuer, il venait du palais de l’Élysée.

« Œil pour œil » : la loi du talion et le Code d’Hammurabi.   

Réponse du gouvernement syrien en réaction à l’opération criminelle du président Hollande

Damas a soumis l’affaire au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et au président du Conseil de sécurité de l’ONU, l’ambassadeur du Japon Koro Bessho.

Il a souligné le fait que les avions de combat français, qui font partie de la soi-disant « coalition internationale » conduite par les États-Unis, ont commis un massacre injuste au‑dessus des territoires de la Syrie à proximité de la frontière syro-turque, en bombardant le village de Toukhan al-Kubra au nord de la ville de Manbij. Ce faisant, ils ont tué un grand nombre de familles et détruit leurs maisons. 

Cette agression française injuste a tué plus de 120 civils, dont la plupart étaient des femmes, des enfants et des personnes âgées, en plus d’en blesser des dizaines d’autres. Selon des rapports sur place, le sort de civils qui se trouvent sous les décombres est encore inconnu.

Le ministère a ajouté que l’agression française intervient un jour après une autre agression commise le 18 juillet 2016 par les avions de combat américains contre la ville de Manbij et qui a fait plus de 20 martyrs parmi les civils et des dizaines de blessés.

Le gouvernement de la République arabe syrienne condamne avec les termes les plus sévères les deux massacres sanglants perpétrés par les avions de combat français et étasuniens qui appartiennent à la soi-disant coalition internationale qui lance ses missiles et ses bombes sur des civils au lieu de prendre pour cible les gangs terroristes (…). La Syrie affirme aussi que ceux qui veulent sérieusement combattre le terrorisme devraient le faire en coordination avec le gouvernement syrien et son armée, a indiqué le ministre.

Il a ajouté que la poursuite du soutien qu’apportent les États-Unis, la France, la Turquie, l’Arabie saoudite, la Grande-Bretagne et le Qatar aux réseaux terroristes qu’ils dénomment « modérés », comme le Front al-Nosra, Jaish al‑Fatah, Jaish al‑Islam, Liwa al‑Tawhid et d’autres organisations terroristes affiliées à Daech et à Al‑Qaïda, est une preuve flagrante de la complicité de ces pays avec les groupes terroristes et de leur manque de sérieux dans la lutte contre le terrorisme. (SANA, 19 juillet 2016)

Le ministère des Affaires étrangères de la Syrie a demandé à l’ONU et à la communauté internationale de « condamner ce massacre perpétré par la France ». Le gouvernement syrien appelle le Conseil de sécurité de l’ONU :

d’envisager des mesures punitives contre les États et les régimes qui soutiennent et financent le terrorisme, notamment les régimes en place à Riyad, Doha, Ankara et Paris, de leur interdire de soutenir le terrorisme et de les obliger à respecter et à faire respecter les résolutions de l’ONU pertinentes (2170, 2178, 2199 et 2253). (ibid)

 

Faites passer le message haut et fort :

François tu es un criminel,  Obama tu es un criminel… 

 

 

 

Michel  Chossudovsky

Haut de page