Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gloire à Areva, bienfaitrice de l'humanité ! (Blog Keating)

par Juliette Keating 1 Juillet 2016, 21:32 Areva Proces Françafrique France Uranium Lauvergeon

Areva, on l'encense ou elle se venge. Quand il s'agit d'évoquer la multinationale du nucléaire français, il faut choisir son vocabulaire et plutôt dans le glossaire des louanges, si on ne veut pas être traîné au tribunal. Areva intente un procès en diffamation à Jean-Jacques MU, ancien blogueur du Club Mediapart, pour avoir relayé un article critique de la Coordination Anti-nucléaire du Sud-Est.

 © Fournier (pour la Gueule Ouverte) © Fournier (pour la Gueule Ouverte)

 

Areva, on l'encense ou elle se venge. Quand il s'agit d'évoquer le géant du nucléaire français, il faut choisir son vocabulaire et plutôt dans le glossaire des louanges, si on ne veut pas se voir traîner au tribunal. Déjà en 1974, le canard écologiste antinucléaire La Gueule Ouverte, qui ne mâchait pas ses mots, avertissait ses lecteurs : « les multinationales, fascisme sans frontières. » Heil Areva ! Aujourd'hui la liberté d'informer sur les horreurs et les magouilles du nucléaire ne s'exerce qu'aux risques et périls du citoyen qui se croyait, encore un peu, en démocratie.

Et puisqu'il nous faut savoir que nul n'est assez petit pour l'oser défier, Areva sort le marteau-pilon pour écraser la mouche du coche : JJMU, retraité blogueur, n'appartenant à aucun groupe ni aucun parti. Jean-Jacques MU est poursuivi en correctionnelle par Areva pour diffamation. Le délit ? Avoir relayé un article de la CAN-84 (Coordination Anti-nucléaire Sud-Est) sur son blog hébergé par Mediapart.

 

Jean-Jacques MU © Sophie Leleu/ABC'éditions Jean-Jacques MU © Sophie Leleu/ABC'éditions

Le 27 juillet 2014, Areva repère l'article relayé par Jean-Jacques Mu sur les référentiels Mediapart. Les avocats relèvent des termes qui peuvent être traduits pour diffamation devant les tribunaux : ils interpellent Mediapart qui retire immédiatement l'article incriminé. L'affaire aurait pu en rester là. Mais, quelques jours après (le 31 juillet 2014), Areva constate que Jean-Jacques MU a publié un nouveau billet, en retirant les mots qui fâchent, mais qui donne le lien vers le même article de la CAN Sud-Est. Au cours du mois d'août 2014, les avocats de la multinationale ne chôment pas : ils paient un huissier qui trace les codes IP de l'administrateur de la Coordination Anti-nucléaire ainsi que ceux du blogueur. La CAN est un collectif, il n'y a pas d'auteur unique de l'article : qu'importe, Areva porte plainte contre X et... contre Jean-Jacques MU, en s'appuyant sur la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, laquelle stipule que si l'on ne peut condamner l'auteur des termes jugés diffamatoires, on condamnera l'éditeur de ces mots, ses supports, ses diffuseurs, ses colporteurs et donc, au vingt-et-unième siècle, ses blogueurs-relayeurs.

 

Jean-Jacques MU risque une condamnation pour avoir diffusé sur son blog un article de la Coordination Anti-nucléaire du Sud-Est, qu'il jugeait important de porter à la connaissance du public.

De quoi s'agissait-il ? Du conseil municipal d'Avignon et de la signature d'un contrat entre la ville et la Fondation Areva. Comme toutes les multinationales bienfaitrices de l'humanité, Areva possède une fondation qui subventionne, entre autres, des projets éducatifs. Mieux vaut fourrer très tôt dans la tête des « enfants de ZEP » la propagande les conditionnant à aduler les ogres du profit qui les exploiteront toute leur vie en détruisant la planète : ça coûte pas cher et ça rapporte gros. Et comme l’Éducation nationale a les poches de plus en plus vides, l'argent, même radioactif, n'a plus d'odeur. L'article de la CAN84 reproche vertement à certains élus EELV de n'avoir pas voté contre la signature de ce contrat avec la Fondation Areva : ils n'ont pas voté du tout, en sortant de la pièce au moment opportun.

Areva n'était donc qu'un point secondaire de l'article relayé par Jean-Jacques MU, qui visait le conseil municipal d'Avignon. Pourtant, la multinationale attaque la CAN84 et le blogueur, pour une poignée de formules qu'elle estime diffamatoire parce qu'elles sont critiques. Laisser parler à son sujet de « géant de la mort nucléaire », c'est mauvais pour l'image de la marque, et tant pis si, depuis les sales mines d'uranium jusqu'à son exploitation dans les centrales, la tambouille nucléaire n'a rien de propret ni de favorable à l'avenir radieux que nous promettent les publicités. Braves gens, n'évoquez jamais « les crimes d'Areva », quand il vous revient en mémoire que le nucléaire, ce fleuron de l'industrie française, fait planer sur des populations entières des risques permanents. Oubliez Fukushima, oubliez Tchernobyl, oubliez les cancers de la thyroïde qui frappent massivement les populations d'enfants contaminés lors des catastrophes nucléaires qui ont détruit leurs villes, ne prononcez pas les mots « contaminer et tuer des enfants », ils pourraient être mal perçus par la susceptible Areva qui n'hésitera pas à vous coller un procès.

Il est bien évident que le relais, in-extenso pendant seulement 24 heures, d'un article de la CAN84 sur le blog de Jean-Jacques MU, n'a pas porté atteinte aux affaires notoirement florissantes de la multinationale du nucléaire. Areva, qui réussit l'exploit de se mettre en danger économique tout en brassant des milliards, supporte très mal les critiques des simples citoyens et montre une exigence bien plus grande sur les mots contenus dans un article relayé par un blog que sur la sécurité des travailleurs dans ses mines d'uranium au Niger.

Puisque ce sont les libertés d'information et d'expression que menace Areva à travers ce procès en diffamation qui se tiendra au TGI de Paris le 30 août 2016, il nous revient de soutenir Jean-Jacques MU, en faisant largement connaître cette affaire, en étant présent devant le tribunal le jour du procès, en participant à la cagnotte qui lui donnera les moyens qu'il n'a pas, pour préparer sa défense.

A l'heure où les multinationales font condamner les lanceurs d'alerte et traquent les citoyens ordinaires qui osent les critiquer, répondons : non, nous ne nous tairons pas !

Lire l'article de Corinne N sur son édition

Haut de page