Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La ruée britannique vers l'Afrique : le nouveau colonialisme (Countercurrents)

par Countercurrents 16 Juillet 2016, 15:44 Grande-Bretagne Afrique Pillage Multinationales Colonialisme Articles de Sam La Touch

La ruée britannique vers l'Afrique : le nouveau colonialisme (Countercurrents)

L'Afrique fait face à une invasion coloniale nouvelle et dévastatrice conduite dans la détermination de piller les ressources naturelles de l'Afrique, particulièrement son énergie stratégique et ses ressources minérales. C'est le message d'un nouveau rapport s'intitulant ‘The New Colonialism : Britain’s scramble for Africa’s energy and mineral resources’ ("le Nouveau Colonialisme : la ruée britannique pour l'énergie et les ressources minérales de l'Afrique") qui met en évidence le rôle du gouvernement britannique dans ce processus de pillage.

Réalisé par Mark Curtis, le rapport révèle le degré auquel les entreprises britanniques contrôlent maintenant les ressources minérales clés de l'Afrique, notamment or, le platine, les diamants, le cuivre, l'huile, le gaz et le charbon. Il documente comment 101 entreprises inscrites à la Bourse de Londres (LSE) - la majeure partie d'entre elles britanniques - ont des opérations minières dans 37 pays africains subsahariens et contrôle collectivement plus de 1 trillion de $ de valeur de ressource en Afrique.

Le gouvernement britannique a utilisé son pouvoir et son influence pour assurer que les sociétés minières britanniques aient accès aux matières premières de l'Afrique. Le rapport expose la participation à long terme du gouvernement britannique (des partis Travailliste et Conservateur) pour influencer et contrôler l'accès des entreprises britanniques aux matières premières. L'accès a été sécurisé par un jeu des chaises musicales entre la classe politique et les sociétés minières britanniques, avec au moins cinq représentants gouvernementaux britanniques prenant des sièges dans les conseils des sociétés minières opérant en Afrique.

Aidé par les règles d'OMC, la force de levier britannique sur les systèmes politiques et économiques de l'Afrique ont abouti à ce qu'une entreprise comme Glencore a été capable de de disposer de revenus 10 fois supérieurs à ceux du produit intérieur brut de la Zambie.

Sous l'apparence d'un Royaume-Uni aidant l'Afrique dans son développement économique (une poursuite du discours colonial paternaliste), 134 milliards de $ ont été investis dans le continent chaque année en forme de prêts, d'investissement étranger et d'aide, tandis que le gouvernement britannique a permis de réaliser plus de 192 milliards de $ en profit issus de l'Afrique émanant de ses entreprises...

Le rapport met en évidence les rôles joués par des entreprises majeures, comme Rio Tinto, Glencore et Vedanta. Du déplacement de peuple, des meurtres révélant l'importance des violations de droits de l'homme, de la dégradation environnementale et de l'évasion fiscale, l'Afrique semble être devenue en accès libre au pillage. En fait, dans une infime minorité de cas, les gouvernements africains ont accès à un actionnariat dans les projets des multinationales. Et même s'ils l'ont, il a tendance à être limité à 5-20 %.

Mark Curtis soutient qu'un pays africain pourrait profiter d'opérations minières en insistant pour que les entreprises emploient un grand pourcentage de personnel du pays et achètent une grande proportion des marchandises et des services du pays. Cependant, les règles d'Organisation Mondiale du Commerce empêchent des pays africains de mettre en place de telles politiques...

Source : 

- Countercurrents Britain’s Scramble For Africa : The New Colonialism

Haut de page