Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Etats-Unis pensent que la Russie a sciemment bombardé une base secrète US en Syrie pour forcer la coopération avec Washington (Washington Times)

par Tom Woods 24 Juillet 2016, 16:01 USA Syrie Russie Bombardements Jordanie Tension Articles de Sam La Touch

AP Photo/Alex Brandon
AP Photo/Alex Brandon
Les Etats-Unis pensent que la Russie a sciemment bombardé une base secrète US en Syrie pour forcer la coopération avec Washington
Par Tom Woods
Article originel : U.S. believes Russia purposefully bombed secret U.S. base in Syria to force Washington’s hand
Washington Times

Traduction SLT

Des officiers militaires étatsuniens croient qu'un avion russe, opérant en dehors de la Syrie, a bombardé intentionnellement en juin une base secrète US en territoire syrien près de la frontière jordanienne.

Le Wall Street Journal rapporte que la Russie a pris cette action contre la base, qui parfois renferme secrètement des forces étatsuniennes et britanniques, pour faire pression sur la Maison Blanche pour faciliter la constitution d'actions concertées avec la Russie sur le théâtre de guerre syrien.

L'administration Obama s'est pliée aux souhaits de la Russie après le bombardement, qui a tué quatre rebelles soutenus par les Etats-Unis. Un contingent de forces spéciales britanniques avait récemment quitté l'installation la veille. La base est utilisée pour empêcher des combattants de l'Etat islamique d'entrer en combat contre la coalition étatsunienne à partir de la Jordanie.

Les Russes ont donné des excuses confuses concernant ce bombardement qui était dans une zone dans laquelle ils n'avaient pas opéré auparavant. Plusieurs explications se sont révélées être imprécises.

La Russie a longtemps voulu trouver une légitimité au travers d'effort coordonné avec les pays Occidentaux en Syrie. Malgré le fait que quelques soldats occidentaux pourraient avoir été tués et que le bombardement pourrait avoir refroidi les relations entre la Russie, le Pentagone et la C.I.A., le Département d'État et la Maison Blanche recherchaient toujours un compromis

Haut de page