Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cameroun - Déstabilisation : Le plan secret de la France ? (Le Courrier)

par Olivier Mbelle 12 Août 2016, 04:40 Cameroun France Destabilisation Françafrique Armes Ambassade de France

Cameroun - Déstabilisation : Le plan secret de la France ? (Le Courrier)
Cameroun - Déstabilisation: Le plan secret de la France
Par Olivier Mbelle
mbelleolivier@gmail.com
Le Courrier

Les services de Police et de Gendarmerie de l'aéroport international de Yaoundé-Nsimalen interceptent des colis d'armes.

Une fois de plus, le destinataire de ces inquiétants colis est la représentation diplomatique de l'Hexagone au Cameroun. 237online.com Des stratèges des questions de sécurité évoquent de sombres manœuvres en préparation contre le régime de Yaoundé. Destinées à l'ambassade de France à Yaoundé, des armes ont été récupérées par les services de contrôle de l'aéroport international de Nsimalen le 26 juillet 2016.

Il s'agit de 3 caisses d'armes légères, des pistolets automatiques, portant l'estampille AOG. Le terme générique renvoie à (Airplane on Ground), expression qui signifie «urgent» dans le jargon du transport et du frêt aérien. Selon des sources sécuritaires nationales qui revendiquent la paternité exclusive des photos prises sur place ce soir-là, et à qui on doit cette indiscrétion, ce ne serait pas la première fois qu'une telle saisie est effectuée sur du matériel militaire destiné à la représentation permanente de la France au Cameroun. Certaines autorités des services de sécurité présentent cette saisie d'armes comme une preuve des manœuvres de déstabilisation du Cameroun par la France.

D'autres sources des services de renseignements camerounais déclarent qu'une frange d'officiers supérieurs camerounais et leurs homologues français tiendraient de manière récurrente des réunions dans un domicile tenu secret au quartier Bastos à Yaoundé. Plus grave encore est l'accusation qui fait état de ce que certains d'entre ces officiers supérieurs et officiers généraux auraient été achetés par la France pour favoriser une insurrection armée au Cameroun.

L'indiscrétion aurait filtré d'un officier supérieur dissident de cette entreprise et qui aurait saisi à cet effet le haut commandement militaire pour dénoncer la machination ourdie par ses frères d'armes. Sollicité par Le Courrier, aucune réaction officielle de la part de la représentation diplomatique française à Yaoundé n'a été entendue pour donner un son de cloche contraire à ces révélations confidentielles.

Argumentaire

Christine Robichon, désignée par l'Elysée le 16 septembre 2013 comme ambassadrice de France au Cameroun, en remplacement de Bruno Gain, arrive dans quelques mois en fin de séjour. De sa mission au Cameroun, on retiendra qu'elle s'est illustrée par des propos et prises de position assez curieux envers le pouvoir de Yaoundé. Notamment sur la question de la révision de la Constitution. Pour l'ensemble de son œuvre contre le régime de Yaoundé, cela lui a valu quelque animosité et généré un fort sentiment antifrançais. Elle sera remplacée par Gilles Thibault.

Militaire de formation de grade de Colonel de l'armée de terre, spécialiste des services de renseignements, d'espionnage et de contre-espionnage est actuellement en poste à Ouagadougou au Burkina-Faso. Sur les tablettes d'autres services de renseignement étrangers et présenté par eux comme potentiellement dangereux pour les régimes, le barbouze français est désigné comme l'auteur du coup de force qui a contraint Blaise Compaoré à quitter précipitamment le palais présidentiel Kosia du Faso.

Voudra-t-il récidiver et acter sous d'autres cieux, notamment ceux du Cameroun ? Blaise Compaoré, frère d'armes de Guerrandi Mbara Goulongo, devenu son conseiller militaire a été un soutien important pour l'officier renégat camerounais exilé au Burkina-Faso après sa tentative du putsch manqué contre Paul Biya le 6 avril 1984. Selon une source diplomatique, Manuel Valls, l'actuel Premier ministre français aurait au cours d'un entretien avec son homologue israélien Benjamin Netanyahou, interpellé celui-ci sur la question de l'assistance et du soutien militaire d'Israël pour le Cameroun.

L'argument pour infléchir le Premier ministre de l'Etat Hébreu, apprend-on, aurait été le non- respect de la démocratie et des droits de l'Homme et des libertés. Que cachent la récurrence de l'acheminement des armes au Cameroun en destination de l'ambassade de France ? De plus, la participation des officiers supérieurs et officiers généraux à des réunions avec leurs homologues français pourrait- elle dissimuler quelque chose de pernicieux ? De quoi s'entretiendraient-ils au cours de celles-ci ? Ensuite l'activisme de Christine Robichon ne manque pas d'intérêt.

Pourrait-on aisément douter que l'arrivée de Gilles Thibault en remplacement de Robichon puisse radicalement être à l'opposé des desseins que la France nourrit contre le Cameroun ? Non content de n'avoir pas réussi à faire partir Paul Biya du pouvoir par des manœuvres officielles, aurait-on du côté de l'Hexagone, prévu le plan «B»? S'il était avéré, le plan opérationnel visant une insurrection sur le territoire national voudrait que les mouvements partent du front de l'Est, pas assez contrôlée au goût de certains.

Olivier Mbelle
mbelleolivier@gmail.com

Le Courrier

Haut de page