Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'hebdomadaire français L'Obs s'autocensure au Maghreb et en Afrique de l'Ouest (Russia Today)

par Russia Today 18 Août 2016, 09:22 Obs Autocensure Afrique

Le dernier numéro de l'hebdomadaire «L'Obs», daté du 11 août 2016, n'est pas en kiosques dans plusieurs pays africains et du Golfe. Le journal français explique ne pas avoir voulu prendre le risque de voir sa dernière édition censurée dans ces pays.

Impossible de se procurer le prochain numéro du magazine «L'Obs» dans plusieurs pays africains notamment le Gabon, la Côte d'Ivoire, le Maroc, la Tunisie et l'Algérie. L'exemplaire sera aussi introuvable au Qatar.

Pour quelle raison ? La crainte de se faire censurer pour sa nouvelle Une. Le journal consacre en effet son numéro estival au sexe féminin. En illustration, il y a le célèbre tableau «L'origine du Monde» peint par Gustave Courbet en 1866.

Contactée par le site internet marocain «Le Desk», la direction du magazine français a tenu à justifier son choix : «Certes le sujet n'est pas aussi sensible que lorsqu'il s'agit de religion, mais nous avons estimé que notre couverture ne passerait pas. Nous ne voulions pas prendre de risque inconsidéré. Nous ne voulions pas non plus modifier notre couverture, uniquement pour ces destinations ». La direction du magazine précise que les «exemplaires destinés au Maghreb avaient déjà été imprimés et prêts à être expédiés».

Enfin, dans ce même numéro, un article est consacré au financement de l'islam de France, qui concerne aussi des pays tels que le Qatar, l'Algérie ou le Maroc. Toutefois, il est impossible d'affirmer que la non-distribution de l'hebdomadaire dans ces pays soit directement lié à cet article.

Ce n'est pas la première fois que «l'origine du Monde» pose un problème de censure : En 2011, un internaute français avait assigné en justice le réseau social Facebook. Celui-ci, particulièrement modérateur en ce qui concerne la nudité, avait censuré un lien vers un documentaire sur la célèbre peinture de Gustave Courbet. L'affaire judiciaire est toujours en cours.

Haut de page