Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Etats-Unis. Maintenir l’EI à Deir ez-Zor pour une victoire à Mossoul (OLJ)

par OLJ 20 Septembre 2016, 09:44 Deir ez-Zor USA EI Collaboration Terrorisme Bombardements Impérialisme Articles de Sam La Touch

Etats-Unis. Maintenir l’EI à Deir ez-Zor pour une victoire à Mossoul (OLJ)

La coalition internationale menée par les États-Unis a reconnu samedi qu'elle était à l'origine des raids meurtriers contre les positions de l'armée syrienne au mont Tubar, à 4 kilomètres au sud de l'aéroport de Deir ez-Zor, mais en précisant qu'il s'agissait de bombardements accidentels. La coalition aurait donc commis une bavure en confondant les cibles terrestres. Selon le commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom), « la coalition ne ciblerait jamais intentionnellement une unité militaire syrienne ». Cependant, cette thèse serait difficilement soutenable pour plusieurs raisons.

Premièrement, des sources militaires et le communiqué du porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, confirment que les quatre raids ont été effectués par deux avions militaires antitanks A-10 et deux chasseurs F-16 dotés de mitrailleuses lourdes avec pour objectif de détruire les fortifications de l'armée syrienne dans ces zones. Deuxièmement, ces bombardements ne visaient pas une cible mobile, mais une position fixe tenue par l'armée syrienne au vu et au su de tous dans une zone où seuls deux acteurs sont impliqués sur le terrain : l'armée syrienne et l'État islamique. Par ailleurs, comme le relève le spécialiste Fabrice Balanche dans son analyse de la situation, « le mont Tubar subissait, au moment des frappes américaines, une attaque de l'EI. Mais il n'était pas prévu que l'aviation de la coalition vienne prêter main forte à l'armée syrienne. Elle ne l'a effectivement jamais fait puisqu'elle s'est toujours abstenue de bombarder l'EI dans la périphérie de Deir ez-Zor ».

L'attaque de samedi n'est d'ailleurs pas sans rappeler celle du 6 décembre 2015 contre un camp des forces spéciales syriennes dans la zone d'al-Baghlia à l'est de Deir ez-Zor, et dans laquelle l'implication américaine avait été soulevée par la Russie. À l'époque, Igor Konachenkov s'était interrogé en ces termes : « Si les États-Unis ne sont pas impliqués dans cette frappe, pourquoi les représentants du Pentagone, étant les chefs de la coalition contre Daech, passent sous silence la présence d'avions de leurs alliés, le 6 décembre dans la région de Deir ez-Zor ? N'est-ce pas parce que la coalition reçoit toute l'information, sur les cibles de Daech à viser, de la part du Pentagone ? »
Si ces frappes meurtrières de la coalition ont suffisamment affaibli l'armée pour donner l'ascendant à l'EI, qui au terme de son offensive a pu s'emparer de la zone, les raisons de cette action quelques jours à peine après la conclusion d'un accord difficile avec les Russes ne sont pas tout à fait claires.

(Lire aussi : Les enjeux de la trêve syrienne en 10 questions)

Mossoul vs Deir ez-Zor
Deux explications sur cette attaque surprise semblent cependant s'imposer. L'affaiblissement des forces du régime qui mènent l'offensive contre l'EI à Deir ez-Zor n'est pas un non-sens dans le cadre des préparatifs de la bataille finale de Mossoul en Irak. En effet, si Washington mène une guerre totale contre l'EI et prive le groupe d'une zone de repli à Raqqa et Deir ez-Zor, non seulement les combats s'annoncent d'une grande férocité dans le cadre d'une offensive acharnée et extrêmement coûteuse, mais il faudrait également compter sur une plus grande participation des unités de mobilisation populaire Hached al-Chaabi, en Irak. Or, si les Américains planifient une victoire-éclair à moindre coût, il est exclu, pour atteindre cet objectif, de concéder un rôle de premier plan aux milices chiites dans la deuxième ville d'Irak, capitale de l'EI. Dans cette perspective, le groupe doit conserver sa base arrière en Syrie.

Par ailleurs, il est fort probable que les Américains aient eu connaissance du plan russo-iranien pour reprendre la totalité de Deir ez-Zor. Or une reconquête de cette zone par les alliés du régime signifierait la réouverture de l'axe stratégique Téhéran-Bagdad-Damas et donc le rétablissement d'une continuité territoriale et d'une profondeur stratégique ; ce que Washington entend à tout prix éviter.

Les développements de ces derniers jours risquent de compromettre sérieusement l'accord fragile et difficilement accepté par les Américains en raison, selon des sources proches des négociateurs, de l'opposition du Pentagone à cette trêve. Ces évolutions en Syrie mettent en lumière le fait que la guerre contre le terrorisme n'incarne pas la dimension principale de ce conflit. Les bombardements des Israéliens contre les positions de l'armée syrienne au Sud pour, selon certains observateurs, faciliter l'offensive des combattants du Front Fateh al-Cham (ex-Nosra) et, à quelques jours d'intervalle, les raids aériens de la coalition à Deir ez-Zor, tendent à confirmer l'hypothèse que la priorité est à présent l'affaiblissement durable du régime syrien.

Haut de page