Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Françafrique. Jean Ping doit-il être transféré devant la CPI ?

par SLT 1 Septembre 2016, 21:13 Gabon Françafrique Elections Ali Bongo Jean Ping France néocolonialisme Articles de Sam La Touch

Françafrique. Jean Ping doit-il être transféré devant la CPI ?

Dans le régime françafricain gabonais, le chaos semble sourdre d'un combat de dupe entre l'aile droite de la françafrique (personnifiée par les Bongo) et l'aile gauche de celle-ci représentée par Jean Ping. Tandis que des médias comme le Nouvel Obs.com nous proclame pour la énième fois que c'est la fin de la Françafrique, il semble que les intérêts de Paris ne soient en rien menacés par les deux candidats en lice. Encore qu'Ali Bongo avait commencé à se tourner vers d'autres pays tel que la Turquie comme l'ex-dictateur françafricain Bozizé en lien avec les Chinois en Centrafrique.

Rappelons nous que dans les dictatures françafricaines les candidats de l'opposition sont souvent des gens du sérail françafricain. En l'occurence Ping est un ancien ministre de l'ex-dictateur gabonais Omar Bongo. Rappelons nous que Ping en bon élève françafricain avait refusé le décompte des voix lors des fraudes massives organisées par Ouattara en Côte d'ivoire avec l'entier soutien de l'Etat, des médias et de l'armée française.

« La réouverture des résultats de l`élection (de Côte d'Ivoire en 2010, ndlr) serait une grave injustice et un précédent fâcheux. L’Union Africaine (UA) ne reviendra pas en arrière. Il y a des gens qui demandent de recompter les voix. Les opinions sont libres. Les gens sont libres de dire ce qu’ils veulent. Mais, nous, notre position est claire », Jean Ping (à la 16e session ordinaire de l`Union africaine, l'UA).

Coiffé sur le poteau suite aux fraudes usuelles des dictateurs des régimes françafricains, il appelle avec ses soutiens de l'impérial socialisme français au recompte des voix. La position sera donc également claire pour le très françafricain Jean Ping. Un niet de rigueur ! Mais, suite aux violences commises par ses partisans, ne devrait-il pas lui aussi, à l'instar de Gbagbo, être arrêté par l'armée française et transféré à la CPI dans une logique barbare si typique des méthodes et moeurs françafricaines si prompts à défendre le "partage de la culture" avec l'Afrique ?

Haut de page