Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques de la propagande ordinaire: quand la chaîne allemande ZDF était prise les deux mains dans le pot de confiture (vidéo)

par Donipress 17 Octobre 2016, 12:10 Ukraine Donetsk Médias ZDF Propagande

La chaîne publique allemande ZDF pensait crever l'audimat avec son documentaire sur le président de la fédération de Russie "Homme de pouvoir, Poutine". Mais cracher sur le président russe n'a plus la cote. Non seulement le documentaire a fait un flop, mais en plus, il a entraîné des critiques virulentes sur les mensonges dont il est truffé. À vouloir en faire trop, la chaîne ZDF voit finalement ce film se retourner contre elle.

En plus de citations tronquées, et de parallèles douteux entre le soutien de Vladimir Poutine à Bachar el-Assad et des prises de vue de cadavres ensanglantés sous des draps, la chaîne ZDF est allée encore plus loin en utilisant le conflit en cours dans le Donbass pour appuyer ses propos. Et quoi de mieux pour faire passer Poutine pour un dictateur que de lui faire endosser le rôle de l'envahisseur en Ukraine?

Pour salir président russe, les "journalistes" de la ZDF (enfin si on peut encore appeler ça des journalistes) n'hésitent pas à travestir la réalité, voir même à l'inventer quand elle ne correspond pas à leurs desiderata. Et après avoir visionné certains extraits de ce documentaire, on se dit que certains réalisent des documentaires comme d'autres réalisent des films de science-fiction. Mais des films de série Z…

On commence avec une scène de flammes, de destructions et de bombardements attribués bien entendu à l'armée russe. Mais il y a un problème. À bien y regarder les soldats filmés arborent le drapeau ... ukrainien sur leurs épaulettes, comme l'atteste cette image issue du reportage:

Et ce n'est pas la première fois que la chaîne ZDF se fait attraper après avoir produit ce genre de faux. Cette même chaîne avait diffusé le reportage d'un journaliste russe à Ouglegorsk (dans la région de Donetsk) sur les positions des milices populaires, en le faisant passer pour un reportage de journalistes ukrainiens essuyant des tirs venant des milices populaires.

Mais continuons. On enchaîne ensuite avec le témoignage d'un soit-disant soldat russe qui combat dans le Donbass. Le dénommé "Igor", dont le véritable nom est en fait Iouri Labyskin, a été retrouvé par la chaîne Rossiya. Il s'agit en fait d'un chômeur de Kaliningrad, qui n'arrive plus à payer ses factures, et qui a accepté de jouer le rôle du soldat russe dans le Donbass en échange de 50 000 roubles (environ 650 €). Le pauvre homme, qui n'a même jamais été dans l'armée, a dû répéter pendant plusieurs jours et prendre des notes avant de passer devant la caméra. Et même ainsi, sa prestation manque cruellement de crédibilité.

L'expert allemand est obligé de lui montrer comment tenir son arme et les gestes à effectuer. Voire même parfois de lui souffler son texte en plein tournage, car Iouri est malheureusement un mauvais acteur. Ils vont même jusqu'à embaucher une jeune femme avec son bébé pour quelques heures en échange de 2000 à 3000 roubles (30 à 40 €), afin de les faire passer pour sa femme et son enfant, qu'"Igor" est censé avoir laissé derrière lui pour l'amour de la mère-patrie et un salaire de 25 000 roubles (325 €) par mois. Un salaire qui a de quoi faire rêver beaucoup de soldats, bien réels ceux-là, des forces armées des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

L’apothéose est atteinte lorsque le journaliste de la chaîne Rossiya entre en caméra cachée dans le bureau de recrutement de l'armée où Iouri est censé avoir été s'engager. A sa demande de s'engager pour partir dans le Donbass la réponse du soldat est claire comme de l'eau de roche: "Comment ça le Donbass? Tu es venu pour servir de mercenaire? Tu te crois à Blackwater ou quelque chose dans le genre? Il n'y a pas d'unités pour le Donbass. Qui t'a raconté de telles absurdités?" On se le demande…

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir la vidéo sous-titrée en français (il faut activer les sous-titres):

Haut de page