Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Vidéo] Le théâtre norvégien s’excuse d’avoir couvert les crimes de guerre israéliens (Chroniques de Palestine)

par Ali Abunimah 4 Octobre 2016, 23:07 Israël Crimes de guerre Colonialisme Sionisme

norvege

Cette courte vidéo montre les excuses émouvantes du Théâtre National de Norvège pour sa collaboration au cours des dernières années avec le théâtre Habima financé par le gouvernement israélien. Le gouvernement israélien a réagi avec fureur à la vidéo, en la comparant à la propagande nazie.

« Ceci est un grand jour pour le Théâtre National de Norvège », dit une femme se tenant sur une scène sombre. « C’est le jour où nous nous excusons publiquement pour notre collaboration honteuse avec Habima, le théâtre national d’Israël. »

« Quand notre directeur de théâtre a convenu cette collaboration, il y a deux ans, nous ne savions pas quel puissant rôle Habima et d’autres institutions d’art israéliennes jouent dans la normalisation de l’occupation israélienne, » dit l’actrice du Théâtre National. « Nous ne savions pas que l’art et le théâtre sont des outils extrêmement importants pour l’État d’Israël pour construire une image de lui-même comme une nation humaniste et non pas comme la machine de guerre de l’apartheid qu’il est en réalité. « 

 

« Nous ne le savons pas parce que nous n’avions pas fait un seul effort de recherche. »

 

On ne se rend pas compte tout de suite que ce n’est pas le vrai problème.

Mais en fait, la vidéo et les  « excuses » écrites ont été publiées comme une œuvre d’art ce vendredi, en ligne et dans le journal national Morgenbladet.

L’ambiguïté était délibérée et ceux qui ne font pas attention aux petits caractères pourraient ne pas avoir remarqué que c’était présenté comme un jeu d’acteurs.

La femme dans la vidéo est Gjertrud Jynge, actrice de renommée nationale enNorvège.

Complicité

Les créateurs de cette pièce sont l’artiste de scène Pia Maria Roll et Marius von der Fehr, un artiste, journaliste et militant. Ils voulaient attirer l’attention nationale sur la complicité du monde artistique dans les violations par Israël des droits desPalestiniens.

« En Norvège, nous avons toujours cette idée vraiment banale que si vous êtes un artiste, vous êtes par nature dans l’opposition et libre, » explique Roll à The Electronic Intifada.

« Mais en fait, le théâtre le plus important en Norvège refuse de parler de la façon dont l’État d’Israël, ou tout État, utilise le théâtre pour justifier son occupation et ses abus. »

« L’art et la culture ont toujours été liés au pouvoir, » dit-elle, « Vous ne pouvez conduire un grand théâtre d’État sans parler du fait que vous êtes un outil pour l’élite établie. »

Les créateurs sont des membres du groupe de réflexion TeaterTanken, qui est opposé à la collaboration avec l’institution de l’État israélien.

Les militants ont dit que le Théâtre national du partenariat de la Norvège, en particulier à la suite de l’attaque d’Israël sur Gaza l’année 2014, légitimait l’occupation israélienne en Palestine.

Mais selon Roll, la direction du théâtre de Norvège est restée totalement insensible à ces préoccupations – qui sont documentées sur un site Web cré pour le projet des « excuses ».

Par exemple, Habima a organisé un séminaire sur le « terrorisme » pour les responsables européens du monde du théâtre au Centre interdisciplinaire d’Herzliya, une université profondément ancrée dans le complexe militaire et de renseignements d’Israël.

Habima a également mis en scène des pièces à Ariel, une colonie israélienne construite en Cisjordanie occupée.

La construction de colonies sur des terres militairement occupées est un crime de guerre, selon la quatrième Convention de Genève.

Pour von der Fehr, la pièce est aussi un moyen d’élargir la discussion sur la complicité de la Norvège dans l’occupation israélienne et le déni des droits desPalestiniens, sur l’industrie de l’armement et la participation norvégienne à l’exploration pétrolière et gazière dans les domaines maritimes contrôlés par Israël.

« Vide et superficiel »

Jusqu’à présent, la direction du théâtre norvégien semble impassible. L’article et la vidéo« ne représentent pas le Théâtre National et l’attitude de la Norvège – mais est une expression de la liberté artistique, » a écrit un porte-parole à The Electronic Intifada. « Le Théâtre national de Norvège a plus foi dans la collaboration à travers les frontières nationales avec des artistes et des régimes que nous pouvons critiquer, que dans les boycotts et le silence. »

Pour Roll, cette réponse caractérise ce qu’elle a qualifié d’approche dédaigneuse du théâtre depuis le début. Elle a également fait valoir que le théâtre a donné une fausse vision de l’appel palestinien pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions contre Israël.

« Ils n’ont toujours pas pris la peine de s’interroger et de découvrir ce qu’est le BDS », a déclaré Roll. « Ils prétendent toujours que nous demandons à boycotter les artistes israéliens, et ce n’est pas le cas. BDS invite au boycott des institutions et pas des individus.  »

« Bien qu’ils parlent de dialogue, c’est vraiment vide et superficiel », a ajouté Roll. « Ils n’invitent absolument aucun Palestinien dans tout ce qui se déroule autour de l’affaire Habima. »

Et, ajoute Roll, après la publication de l’article dans Morgenbladet la radiodiffusion de l’État norvégien, NRK, a invité à un débat Hanne Tomta, le directeur du théâtre national. Mais selon Roll, Tomta a décliné l’invitation, refusant en réalité l’occasion de discuter des questions soulevées.

Aussi bien que dans les médias norvégiens, la pièce des « excuses » a bénéficié d’une couverture en Israël.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a comparé la vidéo à la « propagande morbide du Troisième Reich de Joseph Goebbels et du cinéaste nazie Leni Riefenstahl », et a demandé qu’elle soit retirée immédiatement de l’Internet.

« Israël appelle le Théâtre National de Norvège, au nom de laquelle les déclarations diffamatoires ont été faites, de les répudier clairement et immédiatement ainsi que de prendre les mesures nécessaires pour que la vidéo soit retirée de chaque site », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Les officiels norvégiens ont rapidement cherché à calmer les partisans de l’occupation israélienne et de la colonisation de la terre palestinienne. L’ambassade du pays à Tel-Aviv a tweeté qu ‘ « il était fermement opposé au boycott. »

Roll et von der Fehr sont encouragés par la réaction que leur pièce a suscitée.

« Cela a créé beaucoup d’agitation et nous ne savons pas encore l’ampleur que tout cela va prendre », a déclaré Roll.

Ali Abunimah | 25 sept 2016

Traduction : Chroniques de Palestine. Adaptation : JM Flémal.

Source: Pour la Palestine.

Haut de page